L’armée impériale à Lützen (16 novembre 1632) selon différentes sources

L’armée impériale à Lützen (16 novembre 1632) selon différentes sources

1- L’armée impériale à Lützen selon Guthrie : 17,000 hommes (9900/10000 fantassins, 6900/7000 chevaux, 38 canons)

d’après les dessins de Holk (7 brigades de 1000 h, dont 5 en première ligne, et 6 compagnies de cavalerie mixées 2 à 2, 6 compagnies de 500 piétons et 2 escadrons soit 12 compagnies de cavalerie)

Devant l’armée : 7 canons lourds à gauche et  31 canons à droite (dont 4 + 13 canons lourds au moulin)

Aile gauche, cavalerie en échelons, du centre vers l’extérieur : Gotz KUR (9), Piccolomini KUR (11), Trcka KUR (7), Holk KUR (8), Hagen ARK (12), plus manches de mousquetaires et Croates : Beygott (5),  Corpses (10), Isolano (5), Reway (5).

Centre, 1ère ligne (infanterie) : Trcka IR (7), Kehraus IR (10), Comargo IR (11), Grana IR (8), Waldstein IR (11), Trcka DR (5) dans le moulin.

Centre, 2nd ligne :  Alt-Saxon IR (8) et Colloredo IR (7) encadrés par escadrons de Westrumb CR (2) et Tontinelli CR (4).

Centre, 3ème ligne : Mansfeld IR (5), Baden IR (8), Jg-Breuner IR (5), Jg-Breuner IR (10), Alt-Breuner IR (10), encadrés par Lohe KUR (6) et Drost ARK (5) à gauche et Westfalen KUR (10) à droite.

Aile droite, cavalerie : Hatzfeld KUR (6), Goschutz ARK (5+5), Leittersheim ARK (10), Desfurs KUR (6) plus manches de mousquetaires.

 

2- L’armée impériale à Lützen selon Brzezinski : 12,000 hommes (7000 fantassins, 4850 chevaux, 34 canons), aussi réalisé d’après les dessins de Holk (7 brigades de 1000 h, dont 5 en première ligne, et 6 compagnies de cavalerie mixées 2 à 2, 6 compagnies de 500 piétons et 2 escadrons soit 12 compagnies de cavalerie)

Aile gauche (cavalerie en échelons, flanquant les 3 lignes du centre en 4 escadrons plus croates) : Croates (Isolano 5, Beygott 5, Corpses 10, Revay 5), Gotz KUR (9), Piccolomini ARK (12), Leutersheim ARK (6), Lohe KUR (5) et Loyers ARK (5), manches de mousquetaires.

Centre 1ère ligne (infanterie et artillerie) : Comargo IR (10), GFZM Breuner IR (13), Breuner&Grana IR (10+8), Colloredo&Chiesa IR (7+?), Waldstein&Alt-Saxen IR (11+8), 34 canons (dont 17 canons lourds au moulin).

Centre 2ème ligne : Tontinelli ou Lindelo KUR (6), Westfalen KUR (10), BredaKUR/ARK en 3 escadrons.

Centre 3ème ligne (infanterie) : Baden IR (8), Jg-Breuner IR (10), en 2 bataillons, avec Compagnies de mousquetaires commandés  en soutien, derrière.

Centre 4ème ligne (cavalerie) : Goshütz ARK (5) et WestrumbARK (3) en 2 escadrons.

Aile droite (cavalerie en échelons, en 4 escadrons plus croates, du centre vers la droite) : Croates, Holk KUR (6), Trcka KUR (4) & Desfours KUR (6), Hagen ARK (13) et Drost ARK (5), manches de mousquetaires.

L’infanterie et la cavalerie de Pappenheim arrivent vers midi en renfort : régiments d’infanterie Gil de Haes, Goltz, Moriamez, Pallant, Reinach et Würzburg ; régiments de cavalerie Bönninghausen, Sparr et Lamboy, dragons, croates de Batthyanyi et Orossy.

3- Gualdo Priorato : 32,500 hommes sans Pappenheim

Aile gauche : 28 escadrons de Croates (Isolani) , 30 escadrons de cuirassiers (derrière) et 10 escadrons de Croates (encore derrière).

Centre : artillerie, 1 gros bataillon de 25 compagnies  (4 régiments : Bertaut-Waldstein, Chiesa, Colloredo, Savelli) et 7 canons  en première ligne,  2 bataillons totalisant 32 compagnies (5 régiments: Galas, Grana, Holck, Geysa, Breuner) en deuxième ligne, 1 bataillon à 22 compagnies regroupant 4 régiments (Walstein, Contrès, Fugger, Lauenbourg) en troisième ligne avec, à sa droite, 1 gros bataillon à 16 compagnies (3 régiments : Dohna, Montecuccoli, Tersica).

Aile droite : 17 canons près des moulins, 24 escadrons de Cuirassiers (régiments Gonzague, Strozzi et Coronino) avec “maniches” de mousquetaires en première ligne, suivis de 2 gros escadrons en deuxième ligne (régiments Colloredo, Reichemberg, Sparr, Schaumbourg et Officutz), suivi de 15 escadrons de dragons (Forgatz) et Croates en troisième ligne.

Remarques : Holk est un régiment de KUR et non d’infanterie. Coronini & Gonzague  sont des régiments d’infanterie et non de cavalerie. Montecuccoli serait un régiment de cavalerie et non d’infanterie, de même que Tersica, tout au moins sur cette aile.

Gualdo s’est clairement inspiré de la carte du Theatrum Europaeum pour reconstituer l’ordre de bataille impérial.

 

4- Abelinus (Theatrum Europaeum) : 40,000 hommes

Aile gauche

Première ligne : 1 troupe/compagnie (truppen) de croates, 3 escadrons de cavalerie. Seconde ligne identique (1 unité de croates et 3 escadrons de cavalerie).

Centre

Quatre gros bataillons (brigada) en losange (1-2-1). 7 canons devant le premier bataillon/brigade.

Aile gauche

2 escadrons de cavalerie l’un derrière l’autre. Derrière les moulins : 2 escadrons de cavalerie mémés à des mousquetaires, un gros bataillon d’infanterie (brigade) puis 2 escadrons de cavalerie. 14 canons devant les 4 moulins.

 

 

Stéphane Thion

Légende :

IR : Régiment d’infanterie ; DR : régiment de Dragons ; KUR : Régiment de cuirassiers ; ARK : Régiment d’Arquebusiers à cheval.

Sources :

Abelinus, Theatrum Europaeum ;

Gualdo Priorato, L’Histoire des dernières campagnes et négociations de Gustave Adolphe en Allemagne (traduit de l’italien en 1772)

Brzezinski, Lützen 1632 – Osprey Military – Campaign ;

Guthrie, Battles of the Thirty Years War – Greenwood Press ;

image_pdfimage_print
Les armées du Hesse-Cassel durant la guerre de 30 ans (1631-1648)

Les armées du Hesse-Cassel durant la guerre de 30 ans (1631-1648)

Les Hessois feront partie des alliés les plus fidèles de la Suède puis de la France. Ils décideront notamment de la victoire de Condé et Turenne, en 1645, à Nördlingen. En 1632, l’armée hessoise compte 5 régiments d’infanterie, 6 régiments de cavalerie dont un Leib régiment (Gardes du corps), un régiment de dragons et trois compagnies franches, dont une de jaegers à cheval. Des six régiments d’infanterie, les quatre premiers sont « colorés » : vert pour le premier, rouge pour le second, blanc pour le troisième, bleu & blanc pour le quatrième. Le corps qui fait partie de l’armée de Turenne à Allerheim (ou seconde bataille de Nördlingen, en 1645), compte 6 régiments d’infanterie formant chacun un bataillon de 500 hommes en moyenne, 6 régiments de cavalerie formant 10 escadrons de 300 chevaux en moyenne, et 27 pièces d’artillerie principalement de calibre 4 à 8 livres.

Les six régiments d’infanterie en 1631 sont les régiments Leib (régiment vert), Dalgwigt (régiment rouge), Geiso (régiment blanc), Uffeln (régiment bleu et blanc), Riese et Uslar. Les six régiments de cavalerie sont les régiments de cavalerie Leib, F. Dalwigt, K. Dalwigt, Seekirch, Uslar et Mercier, auxquels s’ajoutent le régiment de dragons Scharrkopf, un régiment de chasseurs montés et deux compagnies franches.

En 1645, les sept régiments d’infanterie sont les régiments Ros (régiment vert), Stauff (régiment rouge), Kotz (régiment blanc), Uffeln (régiment bleu et blanc), Wrede, Franc et Lopez. Les six régiments de cavalerie sont les régiments de cavalerie Leib, Groot, Barcourt/Bruckhurst, Schwert, Geiso, Rauchhaupt et Ohm (ex-régiment weimarien).

En 1648, les régiments d’infanterie, maintenant au nombre de 13, sont ceux de Wartenburg (régiment vert), Stauff (régiment rouge), Geiso (régiment blanc), Uffeln (régiment bleu et blanc), Gunterade, Thungen, Willich, Wurtemberg, Saint-Andreas, Benthon, Stemfels, Motz et Ahlfeld, auxquels s’ajoutent 14 compagnies franches. Les régiments de cavalerie sont les régiments Leib, Groot, Ernst, Wied, et Tarent, auxquels s’ajoutent une compagnie supplémentaire de gardes (Leib) et la compagnie de gardes (Leib) de Geiso.

Stéphane Thion

Source principale : Guthrie (2003), The later Thirty Years War, Greenwood Press.

image_pdfimage_print
Traduction française de Tercios, par Genesteal

Traduction française de Tercios, par Genesteal

Cette traduction est mise à la disposition des joueurs disposant de la version originale ou de la version anglaise de Tercios. Vous devez posséder l’une ou l’autre pour pouvoir l’utiliser.

A noter que cette version est enrichie de quelques règles supplémentaires facilement identifiables dans le texte proposées par Genesteal et le groupe de joueurs autour de lui.

image_pdfimage_print
Les pions “Désordre” par Egemen Cakaloglu

Les pions “Désordre” par Egemen Cakaloglu

Télécharger les pions “désordre” version “Morions”

Télécharger les pions “désordre” version “Polonais”

Télécharger les pions “désordre” version “Ottomans”

Télécharger les pions “disorder” version “Morions” rouge en anglais

Télécharger les pions “disorder” version “Morions” jaune en anglais

Télécharger les pions “disorder” version “Polonais” en anglais

Télécharger les pions “disorder” version “Ottomans” en anglais

image_pdfimage_print