Archives de
Tag: Suède

La bataille de Wittstock (4 octobre 1636)

La bataille de Wittstock (4 octobre 1636)

Wittstock (1636) : Les Suédois reprennent l’initiative

Les exploits des armées suédoises, durant la guerre de Trente Ans, ne se sont pas arrêtés à la mort de Gustave-Adolphe. Breitenfel (1631) et Lützen (1632) ne seront que les prémices d’une longue série. D’autres généraux brillants sauront reprendre le flambeau du défunt grand roi-général : Baner, Torstensson, Bernard de Saxe-Weimar puis Wrangler feront trembler les armées impériales et saxonnes seize années de plus.

Les premières années de la guerre de Trente Ans

La guerre de Trente Ans est à l’origine un conflit religieux opposant les partis catholiques et réformistes de l’empire des Habsbourg. Il trouve ses origines en Bohême, la république Tchèque d’aujourd’hui, dans les opérations de « contre-réforme » menées par les catholiques, à l’instigation de l’empereur Ferdinand II de Habsbourg, qui tentaient de reconquérir le terrain perdu face à l’église réformée. En 1609, Rodolphe II accorde la liberté religieuse à ses sujets de Bohême. Les protestants tchèques bénéficient en plus d’avantages politiques et de dispositions particulières pour que les édifices consacrés au culte soient utilisables par les différentes confessions. La Lettre de majesté de 1609, accordée à contrecœur par Rodolphe II, fut une épine dans le pied des catholiques mais aussi des Habsbourg, au premier rang desquels le tout nouvel empereur et roi de Bohême, Ferdinand II. Les catholiques mobilisent alors toutes leurs énergies pour reprendre le contrôle des paroisses protestantes. Chaque fois qu’il est possible, dans les conflits qui opposent les deux confessions, le pouvoir royal, en Bohême, ou impérial, sur les terres de l’empereur, intervient en faveur des catholiques. C’est le règlement brutal d’un tel différent en faveur des catholiques qui donnera lieu à la « défenestration de Prague », le 23 mai 1618. Dès lors, Ferdinand II n’aura de cesse de rétablir le pouvoir impérial ainsi que la prééminence de la religion catholique au sein de l’empire.

Les états de Bohême se révoltent alors et donnent la couronne de Bohême à l’Electeur Palatin Frédéric V. Mais les forces protestantes sont mal préparées : l’armée de la ligue catholique, commandée par Tilly, écrase celle de la confédération de Mathias de Thurn, Mansfeld et Christian d’Anhalt, le 7 novembre 1620 à la bataille de la Montagne Blanche, non loin de Prague. Christian de Brunswick subit plus tard une défaite totale face à Tilly le 6 août 1623 à Stadtlohn et les différents succès impériaux entre 1620 et 1624 commencent à inquiéter fortement les puissances européennes : Provinces Unies, Etats protestants d’Allemagne du Nord, Angleterre, Danemark, Suède mais aussi France. A cette époque, les Provinces Unies sont en guerre contre l’Espagne et ne peuvent intervenir, la Suède est en conflit avec la Pologne et la France fait face à des rebellions protestantes. Au mois de juin 1625, c’est donc Christian IV de Danemark qui se porte au secours de la cause protestante. Mais le 26 avril 1626, Wallenstein, entré au service de l’empereur, bât Mansfeld à la bataille du Pont de Dessau puis Tilly écrase l’armée de Christian IV le 26 août à Lutter-am-Barenberg. Les années 1627 et 1628 seront alors des années de conquête des territoires de Christian IV et de ses alliés en Allemagne du Nord, puis de réorganisation religieuse dans les territoires conquis. Le traité de paix du 7 juin 1629 met fin à l’intervention danoise. Ferdinand II a maintenant les mains libres pour publier son édit de restitution de 1629, qui remet en cause les sécularisations abusives réalisées depuis 1555. Si le temps des conflits armés parait révolu, celui des complots est à son zénith. Wallenstein suscite de nombreuses inimitiés au sein de l’empire, notamment celles du duc Maximilien de Bavière et de Tilly. Encouragé par son entourage et par les agents de Richelieu, l’empereur Ferdinand II renvoie Wallenstein le 34 août 1630. Redoutant la victoire de Ferdinand II, la diplomatie française contribue ainsi à ce que l’empereur se « coupe un bras », à la veille de l’intervention suédoise.

La Suède entre en lice

Car au même moment, les succès de Ferdinand II, la diplomatie et les subsides françaises motivent Gustave Adolphe, roi de Suède, à intervenir en Allemagne du nord. Tilly, craignant l’arrivée de l’armée suédoise, ordonne l’assaut de Magdebourg et la population de la ville est massacrée le 20 mai 1631. Mais la victoire de Gustave Adolphe sur Tilly à Breitenfeld, le 17 septembre 1631, pousse l’empereur à rappeler Wallenstein. Celui-ci laisse la Bavière du duc Maximilien se faire ravager par les troupes suédoises pendant que Tilly meurt d’une blessure fin avril 1632. Gustave Adolphe échoue face à Wallenstein, sous les murs d’Alte feste, une forteresse proche de Nuremberg, en juillet 1632. Le roi de Suède se reprend vite et bat Wallenstein à la bataille de Lützen, le 16 novembre 1632. Cette victoire sera pourtant dramatique puisque le « lion du nord » y trouve la mort.

Poussés par la France de Louis XIII et le chancelier suédois Oxenstierna, les généraux suédois Baner, Horn, Torstensson et l’allemand Bernard de Saxe Weimar continuent la guerre, malgré la lassitude des populations. Wallenstein bat les suédois à Steinau en septembre 1633 mais Bernard de Saxe-Weimar entre à Donauwörth puis à Ratisbonne le 14 novembre 1633. La prise de Ratisbonne, ville de la Diète d’Empire, aura une conséquence importante puisqu’elle pousse le duc Maximilien de Bavière à comploter une fois de plus contre Wallenstein : le généralissime est finalement assassiné dans la nuit du 25 au 26 février 1634. Ce forfait ne profitera pourtant pas aux suédois puisque, le 6 septembre, le maréchal Horn subit une lourde défaite à Nördlingen. Les suédois abandonnent alors la Bavière et Bernard de Saxe-Weimar retourne en Alsace. Finalement, un traité de paix est signé, le 30 mai 1635, entre l’Electeur de Saxe et l’Empereur, traité qui sera étendu à tous les princes allemands qui le souhaitent.

La bataille de Nördlingen, le 6 septembre 1634, aura été le tombeau de l’infanterie suédoise. Prudemment, le duc Bernard de Saxe Weimar choisit donc de suivre sa propre voie, et entre au service de la France. Mais, à la tête de l’armée suédoise, deux élèves de Gustave Adolphe sont prêts à reprendre le flambeau,: Johan Baner et Lennart Tortensson. C’est à Baner qu’échoit la respon­sabilité de rebâtir l’armée suédoise : énorme, buveur invétéré, paranoïaque, cynique et brutal il n’en reste pas moins un géné­ral excellent et bon meneur d’hommes.

La bataille de Wittstock, 4 octobre 1636

Nous sommes en 1635. Conséquence de la victoire de Nördlingen, l’armée saxonne de l’électeur Jo­hann Georg, jusqu’alors indécise, rejoint l’armée impériale du lieutenant général Melchior von Hatzfeld. Le 11 avril 1636, les deux armées font leur jonction, obtenant ainsi un surnombre de deux contre un par rapport aux Suédois.

Hatzfeld en profite pour prendre l’offensive vers le Nord, reprenant plusieurs vil­les aux Suédois, alors qu’un autre général impérial, Marrazino, prend l’offensive en Poméranie suédoise. Magdebourg, assiégée par Hatzfeld, se rend aux alliés le 13 juillet 1636. De son côté, Baner campe en Westphalie, dans l’attente de renforts.

Le 12 août 1636, rejoint par Leslie, Baner prend l’initiative. Les deux adversaires engagent alors une série de marches et de contremarches, Hatzfeld parvenant à empêcher les Suédois d’entrer en Saxe. Ne se laissant pas décourager, le général suédois marche sur Perleburg (septembre 1636) mais Hatzfeld ne le suit pas. Le Suédois décide alors de porter le coup sur Werben, qui avait été repris par les Impériaux. Cette initiative va réussir à Baner qui parvient à prendre Havelberg, la plus grande partie des provisions des alliés et le pont de Sandau. Alors que Werben résiste au siège suédois, Hatzfeld et Johann Georg décident de réunir leurs forces à Klitzing, marchant sur Ruppin en passant par Wittstock. Les alliés lèvent le camp le 29 septembre à l’aube.

Devant Werben, Baner est le jour même informé de ce départ. Il décide d’intercepter l’armée alliée avant qu’elle ne réalise sa jonction avec Klitzing. Il quitte Werben le 30 septembre au matin, traverse la rivière Dosse à Wusterhausen le 2 octobre et atteint Fretzdorf le 3 octobre. Hatzfeld, informé de la manœuvre de Baner, prend une formidable position sur les hauteurs s’éten­dant de Wittstock à la rivière Dosse. Baner va accepter le com­bat mais, fort de la douloureuse expérience de Nördlingen, il ne choisit pas d’attaquer les retranchements catholiques de front : il va tenter un double enveloppement.

Les différentes estimations de l’effectif de l’armée impériale et saxonne de Hatzfeld différent de 13 à 23 000 hommes, 18 à 19 000 hommes paraissant un bon compromis. Les différentes estimations donnent un chiffre comparable pour l’armée suédoise, 16 à 21 000 hommes, 18 000 hommes paraissant le plus vrai­semblable.

Alors que Torstensson (aile droite) et Leslie (centre) prennent pour objectif la colline de Scharfenberg, afin de déborder la gauche impériale, Stalhansk et King (aile gauche) vont tenter de déborder l’aile droite alliée. La réserve suédoise, commandée par Vitzthum, doit suivre, en soutien de Baner, Leslie et Karr. Stalhansk et King, ayant progressé lentement, n’arriveront qu’en fin de journée. Vitzthum, qui éprouve une haine terrible pour Baner, va pour sa part volontairement ralentir son avance.

Hatzfeld, ne comprend que tardivement la situation. Il mène alors personnellement trois de ses régiments de cuirassiers (Wildberg, Hatzfeld, Polniskow) pour parer à la menace. Le quatrième régiment (Schonickel), dont le moral a été très entamé lors d’un précédant combat, refusera de suivre le mouvement.

Apercevant les dispositions d’Hatzfeld, Torstensson emmène ses quatre escadrons d’élite occuper la position clef que forme la colline de Scharfenberg. Ses 950 cavaliers, fatigués par leur progression, vont pourtant se faire battre par les 1300 cuirassiers d’Hatzfeld. Baner apparaît alors à la tête de ses 1350 chevaux pour relever Torstensson mais les 8 escadrons d’Ulhefeld viennent dans le même temps renforcer Hatzfeld. Les Suédois sont peu à peu délogés du Scharfenberg. Bientôt, ce sont quatre brigades d’infanterie impériales qui débouchent en soutien de leurs cuirassiers. Après avoir délogé du bois les cinq cents mousquetaires commandés de Torstensson, les impériaux tentent de tourner la cavalerie suédoise. C’est à ce moment critique qu’apparaît Leslie : sa cavalerie charge aussitôt l’infanterie ennemie, mettant un terme à la tentative de débordement, alors que son infanterie se déploie. C’est alors que des cuirassiers impériaux – probablement les régiments Rittberg, Falkenstein et Puccheim, tombent sur le flanc de l’infanterie suédoise, taillant en pièce deux brigades. Mais la résistance héroïque de l’infanterie de Leslie permettra à Baner de tenir jusqu’au signal qui annonce l’entrée en scène de la seconde pince de la tenaille. L’arrivée de la cavalerie de Stalhansk face à Marrazino transforme ainsi cette dure journée en victoire suédoise. Vitzthum, qui faisait la sourde oreille aux appels de Baner, se résigne enfin à relever Leslie. Mais il payera cher cette désobéissance. La nuit tombe, donnant l’occasion à Hatzfzeld d’entamer une retraite ordonnée.

 

 

Les armées impériale et saxonne à Wittstock (1636)

Général en chef : lieutenant-général comte Melchior von Hatz­feld

Avant-Garde, dans le bois au dessous de Scharfenberg : 4 régiments de dragons à 250 hommes (régiments Bissinger, Gall a Burke, Leslie et Marrazino), soit 2 unités de dragons démontés.

Aile droite : Marrazino

Premier échelon (Marrazino) : 6 régiments de cavalerie (cuirassiers impériaux Marradas, régiments saxons Vitzthum, Schierstadt, Kalkstein, Trauditsch et Strein) en 9 escadrons : 3 escadrons de cuirassiers impé­riaux et 6 escadrons de demi-cuirassiers saxons.

Second échelon (Kalkstein) : 5 régiments de cavalerie (cuirassiers impériaux Wintz, régiments saxons Alt-Taube, Bose, Wolframsdorf et Rocahu) en 6 escadrons : 1 escadron de cuirassiers impé­riaux et 5 escadrons de demi-cuirassiers saxons.

Centre : duc Johann Georg Wettin, électeur de Saxe

Premier échelon (duc Johann Georg) : 7 « brigades » (ba­taillons) d’infanterie : 5 brigades impériales (Goltz, Manteuffel, Enan, Wallenstein et Colloredo) 1 brigade bavaroise de la Ligue (Thun) et 1 brigade saxonne (Bunau).

Artillerie : 17 pièces légères de bataillon (2 à 4 livres), 8 piè­ces moyennes (6 et 8 livres) et 5 pièces lourde (24 livres).

Second échelon (Wildberg) : 5 régiments de cavalerie (cuirassiers impériaux Ruck, régiments saxons Kalkreuter, Baudissin, Gersdorff et Hanau) en 7 escadrons : 1 escadron de cuirassiers impé­riaux et 6 escadrons de demi-cuirassiers saxons.

Troisième échelon : 6 « brigades » (bataillons) d’infanterie : 3 brigades impériales (Bourre, Hatzfeld, Strassoldo) et 3 brigades saxonnes (Schleinitz, Pforte et Bose).

Quatrième échelon : 5 régiments de cavalerie (régiments de cuirassiers impériaux Rittberg, Falkenstein et Pucheim, régiments brandebourgeois Alt-Burgsdorf et Duke Franz) en 5 esca­drons : 3 escadrons de cuirassiers impériaux, 2 escadrons de demi-cuirassiers brandebourgeois.

Aile gauche : Hatzfeld

Premier échelon (Hatzfeld) : 5 régiments de cavalerie im­périaux (régiments de cuirassiers Wildberg, Hatzfeld, Polniskow et Schonickel, régiment d’arquebusiers Del Maestro) en 8 escadrons : 6 escadrons de cui­rassiers et 2 escadrons d’arquebusiers.

Second échelon (Ulhefeld) : 6 régiments de cavalerie (régiments de cuirassiers Ulhefeld, Mansfeld, Montecuccoli, Harrach, Bissinger et Darmstadt) en 8 escadrons : 7 escadrons de cuirassiers impé­riaux et 1 escadron de cuirassiers du Hesse-Darmstadt.

Note : L’armée Impériale et Saxonne aligne 13 brigades d’infan­terie (autour de 9 000 hommes), 43 escadrons de cavalerie (9 à 9 500 cavaliers), 4 régiments de dragons (1000 hommes) et 30 canons.

Pour LM Tercios, les brigades/bataillons sont des escadrons classiques modernisés (Classic Squadron, option modernised). Les escadrons de cuirassiers impériaux sont cuirassiers et les escadrons saxons sont cuirassiers option modern cavalry. Les arquebusiers à cheval sont mounted arquebusiers et les dragons sont dragons. Pour l’artillerie, voir la ventilation entre light, medium & heavy dans la liste ci-dessus. L’artillerie légère sera transformée en regimental gun.

Au vu des effectifs, n’hésitez pas à diviser par 2 ou 3 le nombre de bataillons et d’escadrons !

 

L’armée suédoise à Wittstock (1636)

Général en chef : feld marshal Johan Baner

Aile droite – Torstensson

Premier échelon (Torstensson) : 2 régiments de demi-cui­rassiers suédois (Gadau et Klingsor) en 2 escadrons, 1 régiment finnois (Bjelke) en 2 escadrons, 1 unité de mousque­taires commandés, avec 2 pièces légère de ba­taillon (3 livres).

Second échelon (Baner) : 3 régiments de demi-cuirassiers livoniens et allemands (Courlande, Livonie et Wachtmeister) en 7 escadrons : 2 es­cadrons de demi-cuirassiers de Courlande, 2 escadrons de demi-cuirassiers livoniens et 3 escadrons de demi-cuirassiers allemands.

Troisième échelon : 3 régiments de demi-cuirassiers alle­mands (Franz Heinrich, Krakau et Schlang) en 6 escadrons.

Centre : Leslie & Karr

5 « brigades » (bataillons) d’infanterie : 1 bri­gade suédoise, 2 brigades écossaises (Leslie et Karr), 1 brigade de vétérans allemands (brigade bleue) et brigade alle­mande de Sabelitz, 20 pièces légères de bataillon (3 livres) et 20 pièces lourde (12-24 livres).

3 régiments de demi-cuirassiers allemands (Baner, Torstensson et Wurzburg) et 1 régiment de demi-cuirassiers suédois (Smaland) à un escadron suédois, pour un total de 5 escadrons.

Aile gauche : Stalhansk

Premier échelon (Stalhansk) : un régiment de cavaliers fin­nois à 2 escadrons (Wittenberg) et 4 régiments de demi-cuirassiers allemands (Stalhansk, Dewitz, Bruneck et Boy) en 9 es­cadrons.

Second échelon (King) : 6 régiments de demi-cuirassiers allemands (Glaubitz, Beckermann, Hoditz, King, Wopersnow et Stuart) en 9 escadrons.

Réserve : Vitzthum

4 « brigades » d’infanterie : 1 brigade suédoise (Thomasson) et 3 brigades allemandes (Wrangel, Rutven et Bauer), 10 pièces légères de bataillon (de 3 livres).

7 régiments de demi-cuirassiers allemands (Douglas, Goldstein, Jens, Duval, Pfuhl, Berghofer et Jarotzky) en 12 escadrons.

Note : L’armée suédoise aligne 9 brigades d’infanterie (7 500 hommes), 52 escadrons de cavalerie (10 500 cavaliers) et 60 ca­nons.

Pour LM Tercios, les brigades d’infanterie sont des bataillons réformés modernisés (Reformed batalions option modernised). La brigade suédoise et la brigade bleue allemande sont veterans. Les suédois n’utilisent en effet plus la « brigade suédoise » depuis la mort de Gustave Adolphe. Vous pouvez néanmoins utiliser des escadrons modernes pour les suédois mais en enlevant l’unité de mousquetaire. Les escadrons de demi-cuirassiers sont cuirassiers option modern cavalry (ou directement modern cavalry demi-cuirassiers si vous avez le supplément Kingdoms). Les escadrons de cavalerie finnois ont en plus l’option Fearless. Voir le calibre des pièces d’artillerie dans la liste ci-dessus. L’artillerie légère de bataillon sera transformée en regimental gun.

Au vu des effectifs, n’hésitez pas à diviser par 2 ou 3 le nombre de bataillons et d’escadrons !

Je n’ai pas vérifié l’équilibre en termes de budget. N’hésitez pas à donner quelques options supplémentaires à l’armée qui possède le budget le plus faible afin d’équilibrer les chances.

La bataille de Wolfenbuttel (29 juin 1641)

La bataille de Wolfenbuttel (29 juin 1641)

Wolfenbuttel (1641) :  Quand les Français de Guébriant volent au secours des Suédois !

Peu connue, la bataille de Wolfenbuttel voit une armée franco-suédoise affronter les Impériaux de l’Archiduc Leopold et Piccolomini.

Cette année là, c’est le comte de Guébriant, succédant au duc de Longueville, qui est à la tête de l’armée franco-weimarienne d’Allemagne. Leonard Torstensson a été appelé pour succéder au brillant Baner, mort le 20 mai, mais en l’attendant, c’est Königsmark qui est en charge de l’armée suédoise.

Début juin 1641, la ville de Wolfenbuttel est assiégée par les Brunswickois de Klitzing. Ceux-ci, craignant une attaque des Impériaux, appellent le comte de Guébriant à leur secours. L’Archiduc Leopold, secondé par Piccolomini, a de son côté réuni une forte armée composée d’Impériaux et de Bavarois. Le 28 juin au matin, l’armée franco-suédoise franchit l’Oder et se poste vis-à-vis de la digue construite par Klitzing pour inonder la ville. Quatre heures plus tard l’Archiduc et Piccolomini apparaissent. Ils installent leur armée sur une hauteur face à Wolfenbuttel. Prenant peur, les Brunswickois fuient vers les franco-weimariens, en semant la confusion dans leurs rangs. Les Brunswickois parviennent même à convaincre certains généraux Suédois d’abandonner le siège ! Mais Guébriant est là. Prenant les choses en main, il parvient à convaincre ses alliés de combattre. Pendant ce temps, les impériaux vont occuper cette journée à détruire les travaux de siège. L’attaque est planifiée pour le lendemain.

L’armée alliée, estimée à un peu plus de 24 000 hommes (5 400 brunswickois, 6 000 franco-weimariens et 13 000 suédois) se déploie sur une position solide : les troupes du Brunswick-Lünebourg occupent l’extrême gauche, appuyées sur la rivière Ocker et la digue, les Français et Weimariens de Guébriant sont au centre gauche, sur le plateau de Limberg, bien protégés par une large tranchée. Les Suédois de Königsmark occupent le centre droit et la droite, face au bois de Fimmelsen (ou Fümelsen). Une batterie de douze canons placée sur une colline centrale couvre la ligne de bataille.

Les forces impériales et bavaroises, estimées à près de 21 000 hommes vont se déployer face à l’aile droite alliée, formant un angle : à l’aile droite, Piccolomini avec la cavalerie impériale de Bruay devra réaliser une attaque de diversion sur l’aile gauche alliée ; les Impériaux de l’Archiduc Leopold, au centre, et les Bavarois de Wahl, à gauche, renforcés par les défenseurs de Wolfenbuttel, porteront l’attaque sur les Suédois. La gauche bavaroise déborde la droite suédoise : les brigades suédoises traversent donc un marais situé sur leur flanc et forment des abattis pour arrêter la cavalerie ennemie.

La bataille

Il est neuf heures du matin. Sans attendre les Impériaux, les Bavarois se jettent sur les Suédois qui tiennent ferme. Le vieux régiment bleu (alt-blau), un peu avancé, fini par plier, entraînant dans sa retraite toute la première ligne suédoise. Heureusement, c’est à ce moment que le régiment de cavalerie Baner charge les Bavarois de flanc, permettant au régiment d’élite de repartir à l’attaque. Trois attaques successives n’auront pas permis aux Bavarois de rompre les Suédois. Les régiments de Wahl se résolvent alors à se retirer dans les bois.

Il est maintenant midi. L’Archiduc Leopold et Piccolomini ayant erré plusieurs heures, par manque de reconnaissance du terrain, ne lancent leur attaque trois heures après celle des Bavarois, alors que ceux-ci ont été repoussés. Avec trois brigades d’infanterie impériale, l’Archiduc Leopold attaque le centre franco-weimarien qu’il parvient à repousser. Mais une batterie de 12 livres stoppe l’élan impérial. L’Archiduc lance alors deux régiments de cuirassiers à l’assaut de cette batterie et, dans le même temps, engage de nouvelles brigades sur le centre allié. Son attaque échoue une fois de plus, les franco-weimariens résistant fermement.

Un peu plus loin sur la gauche alliée, Piccolomini est parvenu à ébranler les Brunswickois. Tout le centre franco-weimarien menace maintenant de céder. Mais Taupadel, à la tête de quatre escadrons de cavalerie, parvient à prendre l’ennemi de flanc, faisant plier l’aile droite impériale.

Il est quinze heures. Sur l’aile droite alliée, les Bavarois, qui tiennent toujours la lisière du bois de Fimmelsen, reprennent l’offensive. Les régiments de cavalerie bavarois débouchent par une clairière et tentent une percée. Cette charge est dans un premier temps stoppée par la cavalerie suédoise commandée par le comte Hoditz. Mais celui-ci est gravement blessé dans l’action. Les Bavarois profitent alors de la confusion qui s’empare des Suédois. Guébriant, qui a senti le danger, envoie Taupadel à la tête de quatre escadrons weimariens renforcer l’aile droite suédoise. La charge de Taupadel à la tête de deux de ses régiments de cavalerie (Nassau et Taupadel) fait plier les cuirassiers bavarois. Königsmark en profite pour reformer sa cavalerie et repartir à l’attaque : Ses escadrons enfoncent quelques unités ennemies. L’infanterie de Wahl reflue alors dans les bois, au bord de la rupture. Au même moment, les Impériaux resserrent leurs rangs, essayant tant bien que mal de tenir le centre et l’aile droite.

L’heure de la retraite sonne

Vers dix-neuf heures, Piccolomini rameute ses escadrons vers le bois de Fimmelsen, afin de soutenir les Bavarois. Il parvient à rallier les régiments de Wahl. Ceux-ci, épuisés, ne pourront repartir à l’attaque. L’heure de la retraite a sonné. Ce jour là, la cavalerie impériale, placée au début de l’action à l’arrière-garde, aura brillé par son absence : « Elle reçut tant de coups de canon qu’elle se retira sans attaquer » écrira Guébriant. Les cavaliers de Piccolomini se déploient alors à quelque distance du bois de Fimmelsen pour protéger la retraite de la cavalerie bavaroise et de l’infanterie impériale.

Les Impériaux et Bavarois perdirent ce jour là un peu plus de 3100 hommes, ainsi que 45 drapeaux et cornettes. Le général Wahl trouvera la mort durant la bataille. Les alliés ne déplorent pour leur part que 200 tués et 500 blessés. La part prise à cette victoire par Guébriant aurait été fondamentale. « Il empêcha la retraite, il persuade le combat, il y commanda, et il y fit merveilles de sa personne » rapporte la Gazette de France.

Ordre de bataille allié (24 400 hommes)

Suédois (13 000 hommes dont 6 000 cavaliers) :

L’armée suédoise compte au total 12 brigades d’infanterie, 43 escadrons de cavalerie et 26 canons : au centre, quatre brigades d’infanterie sont commandées par Wrangel et trois brigades par Pfuhl, le reste des brigades occupant les fortifications entre franco-weimariens et suédois. La cavalerie est disposée sur les ailes suédoises et en seconde ligne : Wittenberg commande l’aile gauche de cavalerie (entre franco-weimariens et suédois) et Königsmark commande l’aile droite, dont le premier échelon compte quinze escadrons.

Nous ne possédons pas l’ordre de bataille exact des alliés. Mais une montre datant du 30 juin 1641 nous permet de connaître les régiments qui étaient présents lors de la bataille, sans connaître leur position exacte sur le champ de bataille.

L’infanterie « suédoise » (en réalité allemande à l’exception du vieux régiment bleu) compte les régiments Baner (c’est à dire le régiment Alt-Blau à 12 compagnies), Torstensson (12 compagnies), Pfuhl (8), Wrangel (8), Wittenberg (12), Mortaigne (12), Österling (8), Döring (8), Paikull (8), Bibau (8), Schneeberg (8), Ruth (12), Piettenberg (12), Innes (8), Strijks (8), Haake (8), Goltz (8), soit 17 régiments totalisant 168 compagnies et formant 12 brigades de la taille d’un bataillon.

La cavalerie « suédoise » compte les régiments Baner (12 compagnies), Torstensson (8), Cratzenstein (8), Pfuhl (5), Wittenberg (8), Königsmark (12), Billinghausen (12), Gustafson (10), Henrik (12), Horns (8), Landgrave d’Hesse (12), Derfflinger (8), Hoditz (10), Douglas (8), Witzleben (12), Birkenfeld (8), Seckendorf (8), Duwall (8), Geres (8), Jeskew (6), Fritzlews (8), Schlangen (12), Kinsky (6), Höcking (8) et Grünes (dragons, 8), pour un total de 25 régiments totalisant 228 compagnies en 42 escadrons. Les régiments Baner, Königsmark, Billinghausen, Gustafson, Henrik, Landgrave d’Hesse, Hoditz, Witzleben et Schlangen formaient probablement chacun deux escadrons ; les régiments Pfuhl, Jeskew et Kinsky chacun un escadron ; les régiments Torstenson, Cratzenstein, Wittenberg, Horns, Dörfflinger, Douglas, Birkenfeld, Seckendorf, Duwall, Geres, Fritzlews, Höcking et Grünes entre un et deux escadrons chacun.

A ces 7 000 fantassins et 6 000 cavaliers s’ajoutent 26 canons.

Français et Weimariens (6 000 hommes dont 2 000 cavaliers) :

Les régiments de cavalerie français sont probablement les régiments Guébriant et Watronville, répartis en quatre escadrons. Les régiments d’infanterie français sont probablement Melun, Guébriant, Nettancourt et Montausier formant deux bataillons.

Les régiments de cavalerie weimariens sont probablement Rosen, Taupadel, Nassau, Kanoffsky, Ohm, Muller, Schon, Caldenbach, Witersheim, Rotenham, formant vingt escadrons.

Les régiments d’infanterie weimariens ne sont pas connus parmi les huit existants (Forbus, Hattstein, Schonbeck, Flersheim, Hodiowa, Kannoffsky, Moser et Schmidtberg). Les régiments de Flersheim et Schmidtberg sont probablement présents.

Les bataillons ou brigades d’infanterie franco-weimariens sont de l’ordre de 1 000 hommes chacun. Les escadrons sont de petite taille, avec moins de 100 chevaux par escadron.

Quelques drapeaux de régiments français (dont certains étaient présents à la bataille)

Brunswick-Lunebourg (5 400 hommes dont 1 300 cavaliers) :

En 1638, Georges-Guillaume, duc de Brunswick-Lünebourg réunit une armée de 9000 hommes, qui atteignit plus tard à 12 000 hommes. Il nomme von Klintzig lieutenant général pour commander les troupes à son service.

La cavalerie comprend le régiment de cavalerie de la garde commandé par von Schönberg, les régiments de cuirassiers Meier, von Warberg, Koch et Danneberg. L’infanterie comprend le régiment « rouge » von Schlütter et le régiment « bleu » (peut être le régiment Braun) à six compagnies chacun, le régiment de la garde von Bessel et le régiment « jaune » von Waldow à deux compagnies chacun, pour un effectif total de 5 400 hommes, dont 1 300 cavaliers, engagés réellement dans la bataille.

A Wolfenbüttel, la cavalerie formait six gros escadrons d’un peu plus de 200 chevaux chacun : le Leib-régiment formait donc probablement 2 escadrons, les quatre autres régiments formant chacun un escadron.

Les 16 compagnies d’infanterie présentes provenant des quatre régiments cités formaient deux bataillons de 1000 à 1200 hommes, en plus des compagnies réparties dans les différents forts de l’extrême gauche.

L’aile franco-weimarienne compte ainsi six bataillons ou brigades d’infanterie, trente escadrons de cavalerie et cinq canons.

Ordre de bataille impérial et bavarois (20 à 21 000 hommes)

Même si les effectifs de l’armée bavaro-impériale restent sujet à conjecture, son ordre de bataille est lui parfaitement connu, grâce à deux schémas réalisés sur place par l’état-major. Vous en trouverez une reproduction ci-joint.

La cavalerie est répartie aux deux ailes et en réserve, l’infanterie occupant le centre, le tout sur trois échelons.

La cavalerie impériale occupe l’aile droite du dispositif, avec les régiments Montecuccoli, Alt-Piccolomini, Neu-Piccolomini (c’est à dire « vieux » et « nouveau » Piccolomini), Misling, Pompeji, Spiegell, Braganza, Caba, Bucheim, Harasdorf, Brouay et Gonzaga, le tout formant 25 escadrons. Des compagnies de dragons à pied provenant des régiments Gallas et Gall de Burk sont répartis entre les escadrons de cavalerie de la seconde ligne.

L’aile gauche de cavalerie comprend les régiments impériaux Geleen, Gisenburg, Sperreuter, Jung et Rodovan, les régiments impériaux Kolb, Löwenstein, Truckmüller, Gayling, Mercy, Werth et Spork, le tout formant aussi 25 escadrons. Comme pour l’aile droite, des compagnies de dragons à pied provenant du régiment bavarois Wolf sont répartis entre les escadrons de cavalerie de la seconde ligne.

Le centre compte onze bataillons d’infanterie répartis sur deux lignes, formés à partir des régiments impériaux Savelli, Caretto, Suys, Fernemont, Matthei, Gonzaga, Hage, Borri, Waldstein et (probablement) Rannft, ainsi que des régiments bavarois Hagenbach, Mercy, Hunoldstein, Hasslang, Gold et Winterscheid. La troisième ligne est occupée par sept escadrons de cavalerie, les gardes du corps de Piccolomini en formant quatre, le régiment de cuirassiers impérial Wintz un, et les régiments d’arquebusiers montés impériaux Munster et Grodetzky, à priori trois.

Onze canons et trois régiments de croates (Foldvary, Reikowitz et Losy) complètent le tout, sans que l’on sache leur position dans l’ordre de bataille.

Au total, l’armée impériale et bavaroise réunit 57 escadrons (y compris les croates), 11 bataillons et 11 canons.

 

Quelques drapeaux impériaux appartenant à un même régiment (régiment inconnu)

Simuler Wolfenbüttel

Wolfenbüttel est une bataille déséquilibrée avec un peu plus de 24 000 alliés bien protégés affrontant moins de 21 000 impériaux et bavarois. Néanmoins, le déploiement allié, reposant essentiellement sur la ligne de fortifications, est plus rigide. En contrepartie, l’armée impériale et bavaroise a l’initiative, c’est à dire le choix du point où va porter son effort. Piccolomini et l’Archiduc Leopold commandent les impériaux et bavarois, Guébriant et Königsmark les alliés. Pour les besoins du jeu, le comte de Guébriant est considéré comme général en chef de l’armée alliée, Piccolomini comme général en chef de l’armée impériale et bavaroise.

Pour équilibrer la partie, il est donc conseillé de limiter les possibilités d’activation des unités brunswickoises, à l’extrême gauche du dispositif allié : les unités de mousquetaires placées dans les fortins et les deux bataillons d’infanterie brunswickois ne devront pas quitter leur emplacement. Il en sera de même pour le bataillon français (ou brigade) de gauche formé des régiments Guébriant et Melun. La veille de la bataille, Guébriant, pour s’assurer la protection du fort qui gardait la digue, l’avait fait défendre par une brigade brunswickoise et par ces deux régiments, avec ordre de pénétrer dans le fort si nécessaire. Toujours dans un soucis d’équilibre, la cavalerie brunswickoise ne pourra pas quitter l’aile gauche alliée. Elle dépend d’ailleurs du général Klitzing.

Leifferten, Wolfenbüttel, Thÿde et Fimmelsen sont représentés par des villages (fortifiés ou non) et la plaine inondée au sud de Wolfenbüttel par un lac infranchissable.

 

Jouer avec la règle Liber Militum : Tercios

La bataille de Wolfenbüttel voit s’affronter deux armées importantes, avec plus de 20 000 hommes de chaque côté. Vous aurez donc besoin de beaucoup de figurines pour jouer à LM Tercios. Mon conseil est de réduire le nombre d’escadrons et de bataillons par deux (un bataillon/escadron sur la table pour deux bataillons/escadrons réels).

Tous les bataillons d’infanterie français, weimariens et brunswickois sont des bataillons réformés avec la règle « brigade » et sont armés de piques et de mousquets. Les suédois n’utilisent plus la « brigade suédoise » depuis la mort de Gustave Adolphe. Vous pouvez néanmoins utiliser des escadrons modernes pour les suédois mais en prenant l’option d’enlever l’unité de mousquetaire et de compenser en passant l’un des escadrons en vétéran. Les bataillons suédois sont de petite taille (moins de 600 hommes en moyenne) et la stamina de 3 des brigades « modernes » simulera ce petit effectif. Pour simplifier, compter 4 brigades de 3 escadrons suédois et 2 brigades de bataillons français, weimariens ou brunswickois. Pour les suédois, concentrer les bataillons de vétérans au sein d’une même brigade pour représenter le vieux régiment bleu (Alt-Blau).

Les régiments de cavalerie suédois, français et weimariens sont des escadrons de cavalerie moderne, de type « demi-cuirassiers » (les demi-cuirassiers ont un courage de 4 au lieu de 3 : voir page 18 de l’extension Kingdoms). Les régiments de cavalerie brunswickois forment 6 escadrons de cuirassiers (donc 3 unités à 2 escadrons). Il y a au total 72 escadrons de cavalerie alliés soit 36 unités de 2 plaquettes. Il y avait un régiment de dragons dans la cavalerie suédoise, mais ce régiment a à priori combattu au sein de la ligne de bataille : à vous de décider si vous préférez remplacer une unité de 2 escadrons de cavalerie par suédoise par 2 compagnies de dragons.

Les régiments d’infanterie bavarois et impériaux sont des régiments réformés à 3 bataillons réformés (Wallenstein a en effet réformé l’infanterie impériale en 1632), armés de piques et mousquets. Compter 3 brigades à 3 bataillons et une brigade à 2 bataillons

Les régiments de cuirassiers impériaux sont formés en partie d’escadrons de cavalerie moderne, de type demi-cuirassiers (Les demi-cuirassiers ont un courage de 4 au lieu de 3 : voir page 18 de l’extension Kingdoms), et en partie d’escadrons de Cuirassiers. Les gardes du corps de Piccolomini (3 escadrons) sont des cuirassiers « élite » (même s’ils n’ont pas combattus dans la réalité !). Les régiments d’arquebusiers impériaux sont formés d’escadrons d’arquebusiers à cheval. Les régiments de Croates sont formés d’escadrons de cavalerie légère (Light Horse) avec pistolets. Les compagnies de dragons sont formées chacune d’une unité de dragons.

La cavalerie impériale et bavarois comprend au total 57 escadrons dont 3 escadrons de gardes de Piccolomini, 6 escadrons d’arquebusiers à cheval, 48 escadrons de cuirassiers et 2 escadrons de Croates. Huit compagnies de dragons s’ajoutent à ce total. Cela nous donne donc 27 « régiments » à 2 plaquettes, 1 « régiment » à 3 plaquettes (gardes) et 8 compagnies (i.e. plaquettes) de dragons.

Nous ne connaissons pas la répartition des pièces d’artillerie par calibre. Pour simplifier, nous considérerons que tous les bataillons d’infanterie alliés (18) possèdent une pièce d’artillerie légère attachée (fauconneau). Le reste de l’artillerie (13 canons pour les alliés et 11 pour les impériaux et bavarois) est considérée comme artillerie moyenne.

La ligne de bataille alliée, entre l’aile gauche suédoise et la plaine inondée est protégée par des remblais de pierre et de terre, considérés comme des murs (règle « Wall »).

Si vous jouez à la règle LM Tercios avec budget (version règle imprimée), n’hésitez pas à passer quelques unités impériales ou bavaroises en « vétérans » et quelques unités de cuirassiers en « lourd » (heavy) afin d’équilibrer les armées.

Pour jouer ce scénario avec des effectifs plus facilement gérables, diviser tous ces chiffres (bataillons/escadrons d’infanterie et régiments/escadrons de cavalerie) par deux. Compter ainsi 2 brigades d’infanterie suédoise à 3 bataillons modernes et une brigade d’infanterie franco-weimarienne à 3 bataillons réformés pour les alliés et 2 brigades classiques à 3 bataillons pour le camp impériale (une brigade impériale et une brigade bavaroise). Pour la cavalerie alliée, compter 36 plaquettes (18 unités de 2 escadrons) et pour les impériaux, compter 30 plaquettes (15 unités de 2 plaquettes) plus 4 unités de dragons. Diviser aussi le nombre de pièces d’artillerie pas deux.

Bibliographie

Il n’existe à ma connaissance pas d’ouvrage qui aborde la bataille de Wolfenbüttel. « The later Thirty Years War » de William P. Guthrie y consacre tout de même une petite page.

Stéphane Thion

image_pdfimage_print