1

Présentation d’une liste d’armée française pour Tercios: l’Armée des protestants français devant Montauban en 1621

Présentation d’une liste d’armée française pour Tercios :

l’Armée des protestants français devant Montauban en 1621

Cette armée correspond à la liste qui a été jouée pour la Convention Tercios du 2 et 3 avril 2022. Elle se base sur la liste d’armée française mais exploite certaines possibilités afin de restituer les particularités des armées huguenotes (nom donné aux protestants français). Ces troupes furent placées sous le commandement en chef du duc Henri de Rohan lors des trois “guerres de Rohan” de 1621 à 1629 que les historiens nomment aussi les “révoltes huguenotes” . Elle sont en fait de véritables guerres, tout à fait comparables en effectifs combattants et moyens à la guerre civile anglaise sur laquelle nous somme plus que largement documentés par la littérature militaire anglo-saxonne.

Les troupes protestantes au siège de Montauban 

Milices montalbanaises au combat à Villebourbon lors du siège, lors de la sortie où fut tué Mayenne, commandant des troupes royalistes, détail d’une gravure (BNF)

Nous avons pas mal de documents d’archives et de sources concernant les troupes protestantes au siège de Montauban. Etienne Joly donne une ordre de bataille pour les troupes de Montauban, de l’infanterie, la cavalerie et l’artillerie (40 pièces dont 6 canons, 15 couleuvrines et d’autres pièces légères) :

Le comte d’Orval, François de Béthune fils de l’ancien ministre d’Henri IV, Sully, est le véritable chef durant le siège, Rohan ayant quitté la ville en août pour Castres.

Il a personnellement recruté une compagnie de 50 gendarmes et 30 gardes à cheval (mousquetaires ou carabins) portant, selon l’usage, des casaques aux armes de leur maître. (blanches barrées de rouge).

– Son régiment à 10 enseignes ,

-Le régiment de Quercy

-Le régiment de Montpouillan (Fils du Duc de la Force) futur régiment de Belsunce en 1653

150  gentilshommes volontaires

3 cornettes de chevaux légers (formation incomplète) soit environ 300 cavaliers

30 compagnies bourgeoises (200h chacune en théorie) soit 4000 hommes en tout.

Le recrutement est principalement local, les villes, les seigneurs lèvent , équipent et habillent des compagnies auprès d’une population directement concernée par la défense de ses croyances. Les assemblées donnent « commission d’y lever 4000 hommes », comme par exemple en Cévennes « tant de peiz que de cheval » pour Châtillon en 1621.  Les places de sureté comme Montauban, La Rochelle, Nîmes et Montpellier entretiennent un état de défense quasi permanent au sein des populations, ainsi Montauban,  le récit des guerres de Louis XIII indique qu’elle comporte« grande quantité de gens aguerris , tant par le naturel de la nation, que pour le long usage et pratiques ordinaires des armes, qu’ils ont maniées durant les troubles et les guerres civiles ».

Comme on le verra plus tard dans la New Model Army de 1642, ces troupes sont fortement disciplinées et endoctrinées. Le règlement, influencé par la rigueur calviniste, veille particulièrement à la discipline et à la moralité des soldats, le choix des pasteurs , donne défense de jurer et de mener une vie licencieuse. Les soldats et capitaines devront donner l’exemple et « seront exhortez d’avoir des pasteurs ordinaires » dans les compagnies (Mercure 1621). On précise bien l’interdiction de piller les paysans et de payer le logement (art 18 les capitaines répondront des excès et malversations de leurs soldats.). Les pasteurs jouent un rôle important et souvent paient de leur personne au sein des compagnies. Le comte Chastenet de Puységur nous l’atteste dans ses mémoires « Rohan et le comte d’Orval, son beau frère deuxième fils de Sully avaient recruté pour son compte un régiment fort de 10 compagnies, ils organisent la défense et nomment le marquis de la Force en commandant de la Place. Il divisa les habitants valides en 30 bataillons assistés de pasteurs comme Chamier, commandés par de bons officiers, continuellement exercés et soumis à une discipline vigilante et rigoureuse ». Ce même pasteur Chamier  meurt , coupé en deux par un boulet , alors qu’il repousse un assaut «  lequel estant armé de cuirasse et d‘une pique, s’étant levé sur le terrain près le bastion du Moustier, fut frappé du canon à l’endroit du ventre duquel sortirent les boyaux » [1]  . Les catholiques firent de sa mort spectaculaire un poème peu élogieux…En Cévennes, lors de la 2e guerre , Rohan fait précéder son entrée de pasteurs lisant les écritures. Nous sont parvenus les textes des prières des soldats protestants, dont celle du matin :

«Notre père… puisqu’il t’a plu nous faire la grâce de passer la nuit … pour ce que notre fragilité pourrait être cause sans ton aide spéciale, de nous faire facilement abuser des armes que tu nous as mises à la main, nous te supplions … que suivant l’enseignement de la Sainte Parole, en nous contenant de nos gages, et vivant en toute sobriété et modestie, sans noise, mutinerie, batteries, pilleries, blasphèmes, paillardise ni autre excès, tu nous fasses la grâce de cheminer en ta crainte, et nous employer saintement  en cette vocation des armes, à la quelle tu nous as appelés »

Toutefois, la motivation des ces troupes est locale. Envoyées trop loin, elle peuvent se débander comme ce régiment Cévenol envoyé en Ariège qui n’atteint jamais le Mas d’Azil, les deux tiers des hommes s’en étant retournés. De  même, Les Cévenols du capitaine Durfort, s’en retournant de Montauban, qu’il venaient de secourir seront pris en embuscade en annihilés près de la Lavaur au début de l’année 1622. On s’appuie aussi sur des troupes soldées « permanentes » , ainsi que des mercenaires.  Ceux-ci sont présents  à la Rochelle, Montpellier et Montauban. Ils sont Escossois ou anglais, comme les 600 anglais défendant la Rochelle, mais aussi hollandais, tels ces 200 hommes venus de Montélimar au siège de Lune et une compagnie de « chevaux légers écossais » commandés par un Stuart à Montpellier. Selon l’Histoire de la province du Languedoc de Dom Vayssette, un chargement d’armes venu des Pays bas s’échoue vers Aigues -mortes en 1621, puis un deuxième est saisi à Sète . Donc les protestants reçoivent bien des secours de Hollande, en matériel, mais aussi en hommes. 

Milices “règlées” de Montauban (détail d’un gravure du siège, BNF)

Certains mercenaires sont même des catholiques, risquant la condamnation à mort en cas de capture, et tous ont les mêmes défauts inhérents à ce type de troupe : pillage, indiscipline. En moyenne, les troupes protestantes, défendant leurs terres et leurs communautés sont notoirement moins pillardes que celles du roi qui « font le dégast », ne s’en prenant qu’aux bien des églises. Le règlement prévoit aussi la question des rançons puisque cette coutume perdure.

A Montauban, Montpellier et la Rochelle on trouve aussi la présence d’au moins une compagnie de « femmes desquisées en hommes et armées et furieuses »[1]  qui participent activement à la défense et galvanisent les troupes. Beaucoup de femmes servent aussi lors des sièges, apportant les fascines lors des sorties et des assauts. Les plus nombreux témoignages sont ceux de Montauban où le consul Natalis évoque jusqu’à « 300 femmes avec armes, cailloux et pelles lesquelles Dieu arma d’un si merveilleux courage que jaçoit , après que la mine eut joué …. Elles auraient accouru, non seulement jusque ladite brêche mais encore aucunes d’elles sortirent avec nos dits soldats jusques aux dites gabionnades combattant nos dits ennemis à grands coups de cailloux »

Natalis, 1er consul de Montauban raconte qu’au 4e jour de septembre , contre ville-bourbon : «Monsieur du Mayne fit donner un assaut au dit Ville-Bourdon avec environ deux mille hommes, les premiers desquels gagnèrent la demi-lune qui était au-devant du portal et seraient entrés dans les fossés des basions, contre lesquels avoient mis six eschelles faites de telle façon que deux hommes pouvoient aisement y monter de front….aucuns estoient parvenus jusques au bout et se seroient prins avec leurs mains d’autant que lesdictes eschelles estoient courtes aux barricades pour grimper dessus mais une jeune  fille avec une desdictes faux leur coupa les doigts au oremier et le fit tomber dans le fossé….Il y eut au dit assaut quelques femmes si courageuses qu’elle s’y présentèrent, tirèrent de mousquetades, et repoussant nos dits ennemis avec autres long bois en tuèrent plusieurs. Nous eûmes une marque spéciale de l’assistance du seigneur, lequel , à même heure, fit paraître l’arc en ciel, ores il fut net et clerc précise encore plus loin sur ce même assaut : «  se présenta une aussi grand multitude d’elles armées les aucunes de piques ou de demi-piques, autres de hallebardes, autres de faux à faucher près , manchées à rebours, autres avec des cailloux et autres des haches , avec les quelles armes sans craindre furie du canon qui jouait , ni les coups de mousquetades, même et qui… sans s’étonner de celles qui tombèrent mortes à leurs pieds des dits coups,  elles rompaient des piques des dits ennemis, en blessaient plusieurs et les culbutaient des échelles dans les fossés, voire jusques à être descendues dans iceux par les casemates et là à aider à en tuer plusieurs. En somme plusieurs attestèrent qu’elles n’avaient guère moins combattues que nos soldats même »[2]

Le 28 octobre, une autre femme s’illustre : « Où était le canon au faubourg du Moustier, s’étant trouvé une fille chambrière agée d’environ 22 ou 23 ans, appelée Marthe de Carnus, fille de forgeron, laquelle s’est montrée si courageuse qu’elle n’a point fait de difficulté de sortir hors de la ville, se mêler avec nos dits soldats et être allée sans crainte des arquebuzades jusques au dite canons desquels elle en a encloué un et eut continué d’en faire autant aux autres sans l’empêchement du dit feu, ce que plusieurs soldats n’avoient osé faire. Gloire en soit à l’éternel … Plus loin il complète son récit exemplaire [3]: « Ne se trouvant aucun capitaine ni soldat qui voulut monter jusques ausx dits canons pour les enclouer,… elle se présenta pour ce faire et au dit effet se fit bailler un marteu et des clous à un  des capitaines et… elle commença à enclouer un comme elle fit… Mais elle fut empêchée, tant à cause du feu, que par les chefs de nos dits ennemis… et vue la coïonnerie de leurs soldats de garde… de sorte que les voyant près elle se soit retiré avec nos dits soldats, sans craindre des mousquetades qu’on faisoit pleuvoir autour d’elle »

Tallemand des Réaux , dans ses truculentes historiettes, cite deux montalbanaises : « Une vendeuse de pomes, nommée la Salissote, présenta à la brèche, y eut le bras emporté , prend ce bras, le met dans son tablier et va chez le chirurgien. Comme on la pançoit, elledisoit, « coupez encore cela ». Elle vivoit encore en 1650 »

« A Montauban, comme un jeune soldat s’alloit s’exposer au péril qu’il y avait à mettre le feu à la galerie, une vieille femme luy osta le flambeau de la main en disant « mon enfant, tu pourras rendre de bons services à la Patri ; pour moy , je luy suis inutile ; j’ay assez vécut » et elle s’en alla mettre le feu à la galerie »

Autre particularité, on remarque  que ces milices « réglées » sont habillées par leurs propriétaires , des nobles ou des consuls, mais armées par les villes. Si  l’armement des compagnies urbaines « non réglées » est plus hétéroclite et uniquement adapté à la défense des remparts (faux, hallebardes , demi-piques, cailloux, quelques mousquets…), comme on en trouvera à Montauban (les compagnies de femmes) ou à Privas en 1629,  ce n’est pas le cas des compagnies bourgeoises et des régiments levés, bien équipés de piques, armures , mousquets et au moins d’arquebuses. Ainsi en est-il de la compagnie colonelle d’un des deux régiments de la ville de Castres formé par le Consul Bouffard Madiane en 1621. Son régiment de 4 compagnies de 100 « mousquetaires »[4] est doté d’un étendard dont la description, rarissime chez les protestants, nous est donnée dans ses Mémoires :  « Madiane fist le drapeau de son petit régiment (sa compagnie) en eschiquier, de blanc et bleu, avec une et bande blanche d’un bout à l’autre ».  Les armées sont confiées contre billet et son restituées après la guerre. Les compagnies bourgeoises sont armées par les villes qui fournissent les armes contre reçu. Les vitraux de Troyes nous montrent des régiments, dotés du même armement que les troupes royales, mais arborant les couleurs de Soubise (blanc rayé de rouge). D’autres gravures allemandes des sièges de 1621-1628 montrent des étendards rayés , comme au temps des guerres de Religion et la Hollande.

Les troupes issues des campagnes devaient avoir un habillement plus hétéroclite, chaque seigneur essayant de donner les couleurs de sa livrée à ses troupes ou au moins des signes distinctifs.  Cette mesure semble avoir été davantage pratiquée dans les cornettes de cavalerie que dans l’infanterie. Mais à Montauban, les compagnies ont des « accoutrements » c’est-à-dire des tenues uniformes et ceci est déjà attesté vers  1588, où selon Agrippa d’Aubigné, les Protestants du Languedoc avaient décider de se vêtir de même manière. D’autres sources indiquent que ceux de Montauban étaient tous « vestus de Jaune » en 1586, mais on trouve aussi le gris et noir dans les vêtements communs des habitant de cette ville ce qui est confirmé par les témoignages du siège qui évoquent les « couleurs » des régiments de la ville . Hector Joly, dans son journal du siège, y fait une référence explicite : « Donna l’occasion aux conseils de guerre de s’assembler et de créer extraordinairement ces cinq proconsuls… pour assister et ordonner aux conseil, ordonner des commissaires, et faire habiller les soldats venus au secours, ce qui tourna à telle conséquence, qu’en  fin , il fallut donner des accoutrements à toute la garnison, et même à la plupart des volontaires. » (p99) . En effet, Les troupes Cévénoles venues secourir Montauban en octobre 1621 n’en ont visiblement pas d’autre que les chemises blanches passées par-dessus leurs vêtements en signe de reconnaissance. Le chef Camisard, Jean Cavalier dans ses mémoires expliquera que la coutume des camisards de se vêtir de blanc « vient du temps des guerres de Rohan ».

[1] Chastenet de Puységur

[2] Natalis  p 52

[4]Attention, le terme signifie qu’il n’y a pas d’arquebusiers, mais il comporte, comme tous les régiments de l’époque, au moins un tiers de piquiers !

Note: Pour l’organisation de la cavalerie je vous renvoie à l’article (le combat de Fauch)

La liste d’armée

La Thématique est donc celle des troupes alignées devant Montauban à l’été 1621, lors du siège victorieusement remporté sur les troupes de Louis XIII. C’est une armée composée de régiments réguliers entraînés et par les compagnies de milices montalbanaises dont ses deux compagnies de femmes qui s’illustrèrent durant les sorties. L’armée représente un “parti” détaché pour une sortie en masse  composé de bataillons d’appui, de compagnies d’assaut supportées par des tirailleurs et d’un peu de cavalerie “légère” (chevaux légers et carabins) et pas d’artillerie (même si , au départ ma liste en comportait)

Ce qui donne ceci:

PROTESTANTS Français 1620-1629       
TYPES   NIVEAU POINTS VERTUS TRAITS ARMES ETC
COMMANDANT EN CHEF  3 50 drill (vertu) coordonnateur, préparé
Bataillon cévenol réformé 135 vétéran    
Régiment d’infanterie 0 5 Aucun    
bataillon réformé réformé 135 (vétéran) ou mousquets  
bataillon réformé réformé 135 (vétéran) ou mousquets  
Compagnie de mousquetiers 35 tirailleurs mercenaires arquebuses
 Milices montalbanaises 1 10 zélé    
Compagnie de mêlée LARGE 100 braves milices hallebardes
Compagnie de mêlée LARGE 100 braves milices hallebardes
Compagnie de mousquetiers 35 tirailleurs mercenaires arquebuses
Compagnie de mousquetiers 35 tirailleurs mercenaires arquebuses
Régiment de cavalerie 1 10 Agressif    
Chevaux légers   105 demi cuirasse vétérans
Chevaux légers   95 demi cuirasse  
Chevaux légers   95 demi cuirasse  
Régiment de cavalerie 1 10 infatigable    
Carabins (arquebusiers à cheval)   LARGE 90 Arquebuse caracole pistolets
Carabins     70 Arquebuse caracole pistolets

La liste présente plusieurs originalités par rapport à une lise française “classique”

Les compagnies de mousquetiers en grand nombre et au coût minimum (tirailleurs, mercenaires, armes obsolètes)

Pour le tournoi j’ai joué les régiments de ligne en Mousquets plutôt qu’en tant que vétérans. En effet j’ai considéré que les compagnies de mousquetiers représentaient les compagnies d’arquebusiers détachés. A la pratique, ces compagnies de mousquetiers se sont révélées très fragiles au tir comme en mêlée et n’ont pas joué pleinement leur rôle désorganisateur sur l’adversaire. Mis à part celles bien protégées par des couverts, elles ont donné des points à l’adversaire. 

Les compagnies de mêlées montalbanaises gonflées à bloc (large, brave, hallebardes)

Je voulais tester les compagnies de mêlées et représenter le fanatisme des milices protestantes menées au combat par les pasteurs en armes qui se sont faits tuer sur la brèche comme le pasteur Chamier. C’était aussi l’occasion , rare à Tercios, d’aligner un bataillon de femmes armées, des groupes d’assaut de gentilshommes volontaires, des pétardiers, bref de faire de belles unités. Avec une stamina , un combat et un courage  de 4, elles ont parfaitement joué leur rôle de béliers. De plus elles ont causé pas mal de soucis aux unités adverses (Tercios et plastuns cosaques protégés par leurs chariots). Leur vitesse de déplacement (5″) combiné au run (10″) créait une masse mobile, procurant les mêmes sensations qu’une armée de highlanders… mais Français ! Le seul regret fut de n’avoir pas rentabilisé les hallebardes puisque les adversaires n’ont pas été mis en désordre au bon moment lorsque les milices sont arrivées au contact. Toutefois, je pense qu’elles restent très utiles et

Le trait “zélé” du commandant permet de faire face à des imprévus (passer en “defend”) , mais résulte avant tout d’un choix de fluff. Un trait augmentant la mêlée pouvait être tout aussi efficace.

Une cavalerie française “légère” mais efficace.

La cavalerie protestante aligne très peu de gendarmes mais surtout des compagnie de “maîtres” , c’est à dire de chevaux légers, mal cuirassés selon les mots d’Henri de Rohan. De ce fait, ils n’ont comme seule option que la demi-cuirasse . Les unités sont peu coûteuses mais assez efficaces pour soutenir l’infanterie.

Le reste de la cavalerie est composé de deux unités d’arquebusiers à cheval ou plutôt “carabins” selon la terminologie française, armés de pistolets pour augmenter leur efficacité . L’unité “large” permet , avec l’option “infatigable” du commandant , de donner à ce régiment plus de résistance, puisque son rôle majeur est de retenir une aile ou de supporter par le feu les autres troupes.

Une infanterie réformée austère et classique

Les trois bataillons d’infanterie réformés ont joué efficacement leur rôle face aux unités d’infanterie de même acabit ou plus légères comme les plastuns. Ils souffraient de la faible qualité (0) du commandant qui n’était qu’en partie compensée par le général en chef. L’option mousquet donne l’allonge nécessaire, mais finalement ils se sont bien comportés en corps à corps, même si, sur le long terme, ils n’étaient pas de taille face aux  terribles tercios viejos. Les jouer tous en vétérans pouvait augmenter leur capacités. 

Pas d’artillerie !

Dans la première mouture, une batterie large avec mortier était censée représenter le “canon de Montauban”. J’y ai renoncé au profit d’un peu plus de cavalerie et d’un groupe de mêlée supplémentaire. Une batterie , même légère, aurait pu apporter l’effet désorganisant qui m’a manqué.

Conclusion:

Je n’ai pas eu le temps de “tester” cette armée. Je l’ai donc, comme mes adversaire (Espagnols, Cosaques), découverte “sur le tas” avec ses défauts et ses avantages. Elle fut toujours très “fun” de par sa composition inhabituelle. Ce qui prouve qu’il est possible de sortir des sentiers battus et de constituer des armées plus variées que ce que l’on peut imaginer à priori. Elle ouvre des possibilités pour des armées plus typées.. Imaginons ce que donnera une armée espagnole de tercios, soutenus par des milices catalanes énervées…. Comme en 1637 en Roussillon ou lors de la guerre des “Seguadores” en 1644 ? Ce n’est finalement pas si différent des listes anglaises qui sont multiples alors qu’il ne s’agit au départ que de la même armée…

ps: Merci aux photographes de la convention dont j’ai emprunté les images, notamment Jeremy Fedusky.