La bataille de Leucate (28 septembre 1637)

La bataille de Leucate (28 septembre 1637)

Année 1637. Voilà maintenant deux ans que la France est entrée en guerre, contre l’Espagne et l’Empire Habsbourg. L’année 1635 avait bien débutée pour les armes françaises. Alors que le maréchal de la Force chasse le duc de Lorraine, les maréchaux Châtillon et Brézé battent l’armée espagnole du prince Thomas de Savoie  à Avins, le 22 mai. Mais la mauvaise entente de ces deux maréchaux et les hésitations du prince d’Orange ne permettent pas aux deux maréchaux de progresser plus loin que Maestricht. En Suisse, le duc de Rohan chasse les impériaux de Valteline en cinq mois, puis se retourne contre l’armée espagnole du Milanais qu’il bât le 10 novembre.

L’année 1636 sera plus contrastée. En Bourgogne, le prince de Condé assiège Dôle mais doit battre en retraite face aux armées du duc de lorraine et de Galas qui franchissent le Rhin. Au mois d’août, les impériaux entrent en Bourgogne et mettent le siège devant Saint-Jean-de-Losne. Le duc Bernard de Saxe-Weimar et le cardinal de la Valette viennent secourir la ville qui résiste héroïquement, obligeant les impériaux à lever le siège le 4 novembre. En Italie, le maréchal Créqui est battu par les Espagnols de Leganez le 27 février à Vespolate, mais obtient sa revanche le 22 juin, à Tornavento. C’est des Flandres que vient la principale menace : le Cardinal-Infant, ayant rassemblé une vaste armée de 30 000 fantassins et 12 000 cavaliers, pénètre en Picardie le 2 juillet et prend La Capelle, Le Catelet et Bray-sur-Somme avant de se présenter devant Corbie. Louis XIII constitue alors une nouvelle armée avec tout ce qu’il a sous la main : il lève le Ban et l’Arrière-ban et renforce ainsi l’armée de Champagne, commandée par le comte de Soissons, et celle du maréchal Brézé rentrée de Hollande. Le Cardinal-Infant fait alors le choix de la prudence et ramène son armée en Flandres pendant que les Français mettent le siège devant Corbie, qu’ils prendront le 14 novembre.

La campagne 1637 débute sous de bons auspices, grâce à la prise des îles de Lérins par l’armée navale du cardinal de Sourdis, le 15 avril. Cette année-là, Louis XIII dispose de trois armées dans le Nord du pays. La première, commandée par le cardinal de la Valette, se trouve à Cambrai. la seconde commandée par le maréchal de La Meilleraye se trouve dans le Boulonnais, la troisième commandée par le maréchal de Châtillon se trouve sur les frontières de Champagne et de Luxembourg. Début juin, le cardinal de la Valette pénètre en Flandre et prend Cateau-Cambresis et Landrecies, en juillet. Alors que le maréchal de Châtillon piétine devant le Luxembourg, le duc de Weimar inflige une défaite au duc de Lorraine le 22 Juin sur la Saône. En Bourgogne, le duc de longueville prend Saint-Amour le 2 avril puis Lons-le-Saulnier le 25 juin. En Valteline, une révolte des Grisons oblige le duc de Rohan à quitter le pays, celui-ci rejoignant alors l’armée du duc de Weimar.

Mais l’Espagne a ouvert un nouveau front. Le 29 août, les Espagnols de Cerbellon (10 000 fantassins, 2 000 cavaliers et 24 canons) se présentent devant Leucate. Malheureusement pour eux, la petite garnison de Leucate commandée par de Barry (110 hommes plus 60 paysans) va résister plus d’un mois.

Le duc d’Halluin réunit une armée

Pendant que les Espagnols élèvent des retranchements sur la montagne de Leucate, le duc d’Halluin s’active. Il écrit à la noblesse du Languedoc, aux parlements de Toulouse et Montpellier, aux villes de la province de lui porter assistance. Ne disposant que de sa compagnie de gendarmes, des régiments de Languedoc et de Castelan, ce dernier en cours de recrue et prévu à l’origine pour l’armée d’Italie, il demande aux communes du pays d’assembler des milices. Le régiment de Vitry et la compagnie de chevaux légers de Boissac, sont envoyés en renfort de Provence. Ce seront les deux seules unités non levées en Languedoc.

Mais Halluin est conscient que Leucate doit tenir pour lui donner le temps de réunir cette armée. Il envoie Saint-Aunès, fils du seigneur de Barry, à la tête de 200 hommes du régiment de Languedoc pour renforcer la place. Cette tentative ayant échoué, il envoie Fabré, capitaine d’une compagnie du régiment de Serignan, à la tête de 300 hommes de la milice de Narbonne pour renforcer Sigean.

« Attaquez vivement les Espagnols » avait dit Richelieu à Halluin, « et ne leur donnez point le temps de se fortifier en Languedoc, comme ils ont fait vers Saint-jean-de-Luz. Ils n’ont pas trois mille bons soldats. Tout le reste n’est que de la milice ramassée. Nous le savons certainement. Si on les presse vivement, on en aura raison. Je ne doute point que vous ne fassiez l’impossible en cette rencontre. Qui attaque vigoureusement les Espagnols en a raison, et qui entreprend de les réduire par la patience, n’y trouve pas son compte. »

Le 22 septembre, le duc d’Halluin effectue une revue de ses troupes. Elles sont composées de 9 000 hommes de pied et 800 cavaliers, qui seront renforcées, les jours suivants, de 1 200 hommes de pieds et 200 cavaliers. De son côté, le comte de Cerbellòn ne reste pas inactif. Début septembre, l’effectif de l’armée espagnole est estimé à 12 000 hommes de pied et 1 300 hommes de cheval.

Mais, estimant qu’il n’a pas assez d’hommes pour défendre la tranchée d’une lieue qu’il a fait creuser, il demande au duc de Cardona un renfort de 2 à 3 000 hommes de pied. En réponse, le Conseil des Cents catalan fait lever un nouveau tercio de 500 hommes, soldé pour trois mois et le Conseil d’Aragon lève un tercio de 1 000 hommes. Mais Cardona s’aperçoit vite que ces unités ne passeront pas la frontière, leur constitution ne leur permettant ni de quitter leur pays, ni de porter la pique et le mousquet. De dépit, il envoie 3 compagnies en renfort à Cerbellòn.

Le champ de bataille

Selon le Mercure Français, « Leucate est une montagne sur le bord de la mer, et à l’extrémité de la France, du côté qu’elle confronte avec la plaine de Roussillon. La figure est comme une péninsule, qui est du levant, & du midi environnée de la mer, & du couchant bordée de l’étang, que les Français appellent de Leucate, et les Espagnols de Salces, parce que l’une et l’autre de ces places se trouvent sur le bord de cet étang ; l’une dans la France, et l’autre dans le Roussillon. La tête de la montagne de Leucate qui regarde la France du côté du nord a près de 1 500 pas de front, dont il y a une grande partie qui est inaccessible pour être d’un rocher escarpé, et il n’y a que fort peu d’endroits ou la pente adoucie par la terre, qui s’est éboulée de la montagne, puisse donner accès à cavalerie ; les avenues de cette montagne sont dans une plaine, commandée de cette éminence, sans qu’il y ait une continuation pour l’aborder ; et encore ces avenues sont restreintes par les étangs de la Palme et de Leucate, lors qu’ils viennent à grossir par les pluies. »

La bataille

L’armée du duc d’Halluin compte 11 000 fantassins et 1 000 chevaux. Il ordonne alors cinq attaques :

La première attaque devra être menée sur le pont situé à droite (entre la montagne de Leucate et l’étang) par Saint-Aunès, avec son régiment (500 hommes), les milices de Narbonne (au moins 800 hommes) et de Béziers (800 hommes), et soutenue par la compagnie de volontaires commandée par Lairan/Leran (30 chevaux) et une compagnie mousquetaires à cheval de Toulouse aux ordres de Calvet (50 chevaux).

La seconde sera menée à gauche vers le port de la Franqui par le régiment de Languedoc (1200 à 1600 hommes en 2 bataillons), les milices de Jonquières, Cauvisson et de Mirepoix (500 h?) et sera soutenue par la cavalerie du marquis d’Ambre (150 volontaires), la compagnie des gendarmes de Cramail (50 chevaux) et la compagnie de chevau-légers d’Espondillan (50 chevaux).

La troisième attaque, à droite du régiment de Languedoc, sera menée par Saint-André avec son régiment (400 hommes), les milices de Nîmes (400 hommes) et de Castries (500 hommes) et sera soutenue par les compagnies de gendarmes du duc d’Halluin (100 chevaux au maximum) et les volontaires de Clermont-Sessac (50 à 60 chevaux) et de Magalasse (40 chevaux).

La quatrième attaque, à droite de Saint-André, sera menée par le régiment de Castelan (500 hommes), les milices de Montpellier (900 hommes) et de Carcassonne et sera soutenue par la cornette blanche d’Aubijoux (100 chevaux), et les compagnies de volontaires de Mirepoix, de Monssolens et de Mauléon (50 chevaux chacune pour un total de 150).

La cinquième attaque, à droite de Castelan, sera menée par les régiments de Vitry (1200 hommes), et les milices de Murviel et de Valat (plus de 300 hommes) et sera soutenue par les gardes d’Halluin (55 chevaux), une compagnie de mousquetaires à cheval de Toulouse aux ordres de Casel (50 chevaux), et les compagnies de chevau-légers de Boissac (52 chevaux), de Sainte-Croix, de Saussan et de Malves (autour de 40 chevaux par compagnie).

Une réserve formée des milices de Lodève, de Ganges et des Cévennes (au moins 1000 hommes) fut placée à la garde du camp, à droite de ces cinq corps.

Le duc d’Halluin aligne alors son armée en bataille, ses 4 canons placés au bord de l’étang de Leucate à gauche de la grange des Fenals, et fait distribuer échelles, fascines et fagots de paille aux unités de tête des attaques, afin d’abattre les retranchements ennemis, de combler les fossés, et de faire des ouvertures pour la cavalerie.

Au coucher du soleil, les cinq attaques sont lancées au signal de quatre coups de canons. « L’armée marcha vers les retranchements des ennemis avec telle gaieté, que les enfants perdus qui avaient été détachés de leurs corps, chargés comme ils étaient d’échelles et de fascines, allaient chantant des vers qu’ils avaient composés en langage du pays, contre le duc de Cardone et le comte Cerbellon » rapporte le Mercure Français de l’époque. « Il fut bien difficile de garder l’ordre en montant, parce que la nature du rocher qui était en beaucoup de lieux, resserrait les troupes dans les avenues dont l’accès était plus aisé ; et il est impossible d’exprimer le péril où nos soldats étaient durant les approches, car le feu de 6 000 mousquets, qui défendaient la ligne attaquée, fut entretenu par les Espagnols avec un si grand ordre et diligence, qu’il faut leur donner la gloire de tirer des armes à feu tous les avantages possibles. La cavalerie française n’était pas exempte de ce danger, car ayant reçu commandement de serrer les derniers rangs de l’infanterie, tous les escadrons étaient dans la portée du mousquet. Et il y avait de quoi s’émerveiller du petit nombre d’hommes que nous perdîmes en ces approches, durant lesquelles toute l’armée fut bien près d’une heure exposée au canon et au mousquet de l’ennemi, qui tirait avec d’autant plus d’assurance, qu’il était à couvert dans ses forts, et avait pour visée de si grands corps de cavalerie et d’infanterie, que les coups en semblaient infaillibles. Un vent de nord qui s’éleva fort impétueux au commencement de l’attaque, incommoda fort les mousquetaires espagnols, il portait le feu et la fumée dans leurs yeux, ce vent en langage du pays est appelé Vent droit, & le secours que nos troupes en reçurent faisait croire que la justice du ciel l’envoya pour favoriser notre bonne cause » poursuit ce journal.

L’attaque de Saint-Aunès, à droite, est repoussée, son chef ayant été blessé à la tête. Mais les quatre autres eurent plus de succès : l’infanterie repoussent les bataillons espagnols de leurs retranchements et ouvre la voie à la cavalerie qui suit.

A gauche, le régiment de Languedoc, divisé en deux bataillons, repousse ses adversaires à coups de piques et d’épée et parvient à prendre les redoutes et le fort royal de la Franqui défendu par le tercio d’Oropesa alors que les enfants perdus se faufilent par différents passages. Languedoc aurait été la première unité à pénétrer les défenses ennemies. Le bataillon des régiments de Mirepoix, Jonquières et Cauvisson suit. Alors que le régiment de Languedoc emporte les retranchements de gauche, celui de Saint-André parvient à forcer ceux qui lui sont assignés. Le régiment de Castelan en fait de même, soutenu par les milices de Carcassonne, ainsi que le régiment de Vitry.

L’infanterie a ainsi réussi à ménager un passage à la cavalerie. A droite de Languedoc et de Saint-André, une contre-attaque de cavalerie espagnole repousse des régiments de milice  sur leur soutien de cavalerie. Devant l’impossibilité de rallier ces milices, Halluin envoie ses gardes et les compagnies de volontaires d’Aubijoux et de Mirepoix pour charger la cavalerie ennemie. Les gardes, après avoir ouvert le feu à 10 pas, chargent soutenus par les deux compagnies de volontaires. Mais ces derniers se perdent en poursuivant l’ennemi dans la nuit noire. Ne parvenant toujours pas à rallier les milices de Nîmes et de Castres, Halluin passe les retranchements à la tête de la compagnie de chevau-légers de Boissac soutenu par quelques compagnies de volontaires formant un petit escadron (le tout devant faire moins de 250 chevaux). Débouchant devant l’escadron de cavalerie liégeoise de la Terraza, le duc d’Halluin le charge et le renverse.

Cerbellòn fait alors donner sa réserve : le tercio du Comte-Duc, 2 500 hommes en deux escadrons, sort du fort où il était retranché et tire par rang sur l’infanterie française mise en désordre par sa première attaque. Halluin réagit vite : il fait charger le tercio espagnol par les chevau-légers de Boissac et de quelques compagnies de volontaires, et parvient à le repousser jusqu’au fort. Il demande ensuite à Argencourt de lui envoyer les régiments de Vitry et de Languedoc qu’il avait réussi à rallier afin de déloger les espagnols du fort. Malgré la nuit, les Espagnols abattent de nombreux officiers par leur feu nourri. Mais une nouvelle charge de la cavalerie de Boissac soutient l’infanterie et les espagnols faiblissent, malgré sept de leurs piquiers qui résistèrent à douze piquiers français au cri de « Vive l’Espagne ! ». Une dernière contre-attaque de cavalerie espagnole (compagnie Marino) est mise en échec par l’increvable Boissac, les gendarmes d’Halluin et plusieurs compagnies de volontaires. Boissac y tuera même le capitaine Marino. Enfin, le tercio du Comte-Duc, malgré une résistance « inouïe » (ils se sont ralliés 8 à 10 fois autour du fort) fini par être enfoncé par les escadrons de Boissac et Sainte-Croix. Il aura fallu cinq heures pour venir à bout de l’armée espagnole. Halluin et ses gardes, Boissac, Sainte-Croix et les compagnies de volontaires qui les soutenaient firent jusqu’à neuf charges contre l’infanterie et la cavalerie espagnole. Et au bout de ces neuf charges, la compagnie de Boissac se ralliera une fois de plus en un instant au commandement de son capitaine.

Cerbellòn parviendra néanmoins à se retirer, à la faveur de la nuit, avec la plupart de ses drapeaux. Les français sont maîtres du champ de bataille, en ordre de bataille, les unités ralliées et l’arme au pied. Ils découvrent au petit matin l’ennemi en fuite. Leurs pertes atteignent 4 000 hommes tués, noyés ou blessés. Les français ont perdu 1 200 hommes dans la bataille. La compagnie de chevau-légers de Boissac, qui comptait 52 maîtres, n’en compte plus que 27, la compagnie de Sainte-Croix n’en a plus que 10 et les gendarmes d’Halluin n’en ont plus que 12. Halluin marche alors sur le camp ennemi avec sa cavalerie, y trouvant de la vaisselle d’argent, la paie de l’armée, 10 drapeaux et 2 cornettes, le parc d’artillerie et les munitions. Le duc d’Halluin gagna ce jour-là son bâton de maréchal, devenant maréchal de Schomberg.

 

Armée espagnole (Cerbellòn) : 12 000 fantassins en 10 escadrons(batailllons), 1 300 à 1 600 cavaliers, 18 canons

Remarque : le liste des unités provient principalement du Theatrum Europaeum et contient probablement quelques erreurs.

Lieutenant-général : Cerbellòn .

Aile gauche (Mortara, 5 bataillons) : un petit escadron du tercio majorquin de Francisco de Espejo dans le fort en bas de la péninsule de Leucate. Puis, à sa droite, un escadron du tercio de Villena puis un escadron du tercio du comte-duc Olivares commandé par Mortara puis un escadron du tercio de Ciudad Real. Derrière, entre ces deux escadrons, un deuxième escadron du tercio comte-duc d’Olivares.

Centre (Juan de Arce ? 2 bataillons) : Un escadron du tercio d’Aguilar (à droite du tercio de Ciudad Real) puis un escadron du tercio de Zúñiga (don Diego de Zúñiga serait en fait le mestre de camp du tercio d’Oropes ; si c’est le cas, ce tercio pourrait être celui de Fuensaldaña ou de l’Amiral de Castilla).

Aile droite (Leonardo Moles ? 3 bataillons) : un escadron du tercio napolitain (à droite du tercio de Zúñiga) puis 2 escadrons du tercio d’Oropesa.

En soutien (duc de Ciudad Real) : 15 compagnies de cavalerie formant 4 gros escadrons de 300 à 400 chevaux. De gauche à droite, 3 escadrons espagnols puis, en soutien des tercios d’Oropesa et napolitain, l’escadron des liégeois. Les 15 compagnies de cavalerie aux ordres du duc de Ciudad Real sont les compagnies du comte-duc Olivares, du comte de Bustamante, du comte Peno en Rostro, du comte d’Aguilar, du comte de Colmenar, du duc de Ciudad Real, de Fadrique Enriquez, de Francisco Marino, de Pedro Antonio de Jullio, de Juan de Terraza (commandant la cavalerie liegeoise), de Pedro Antonio de Solis, de Berbardo Soler, de Luis Galtan, d’Andrès Afilo Marino (commandant la cavalerie espagnole)  et de Pedro Royo.

Artillerie : 18 canons disposés dans les redoutes et les deux forts, sur le front espagnol.

Les 10 escadrons d’infanterie font 1 200 hommes chacun et les 4 escadrons de cavalerie font en moyenne 325 à 350 chevaux.

Pour LM Tercios, les escadrons d’infanterie sont tercios modernised. Les quatre escadrons de cavalerie sont cuirassiers large formation. L’artillerie est constituée de 3 canons moyens. L’infanterie espagnole est retranchée (covered et protected) et l’artillerie aussi (fortified).

 

Armée française (duc d’Halluin) : 11 000 fantassins en 14 bataillons, 1 000 cavaliers en 4 escadrons, 4 canons.

Extrême gauche (Le chevalier de Suze, 3 bataillons et 1 escadron de cavalerie) : 2 bataillons du régiment de Languedoc soutenu par un bataillon formé des régiments de Jonquières, Cauvisson et Mirepoix et par 1 escadron de cavalerie.

Gauche (Saint-André, 2 bataillons et 1 escadron) : 1 bataillon du régiment de Saint-André soutenu par 1 bataillon formé des milices de Nîmes et de Castres et par 1 escadron de cavalerie.

Centre (Icart, 2 bataillons et 1 escadron) : 1 bataillon du régiment de Castelan soutenu par 1 bataillon formé des milices de Montpellier et de Carcassonne et par un escadron de cavalerie.

Droite (Clermont, 3 bataillons et 1 escadron) : 1 bataillon du régiment de Vitry soutenu par 2 bataillons des régiments de Murviel et Valat et par 1 escadron de cavalerie.

Extrême droite (Saint-Aunès, 2 bataillons et 1 escadron) : 1 bataillon du régiment Saint-Aunès soutenu par 1 bataillon formé des milices de Narbonne et de Béziers et 1 escadron de cavalerie, 4 canons.

Réserve (2 bataillons) : 2 bataillons formés par les milices de Lodève, de Ganges et des Cévennes.

Les 14 bataillons font un peu moins de 785 hommes en moyenne et les quatre escadrons, 250 chevaux en moyenne.

Ci-dessus : drapeau du régiment de Languedoc (ex-Montmorency, d’après Fouré))

Ci-dessus : drapeau du régiment de Saint-André (d’après Fouré)

Pour LM Tercios, les bataillons d’infanterie sont reformed battalion modernised (musket only). Les 2 bataillons de Languedoc et le bataillon de Saint-André sont veteran alors que les 5 bataillons de milices sont raw. Pour simplifier, tous les escadrons de cavalerie sont cuirassiers. L’escadron constitué les gardes d’Halluin et les chevau-légers de Boissac et de Sainte-Croix est vétéran et élite. Les 4 canons sont représentés par une pièce d’artillerie moyenne.

Pour les dispositions du terrain et des unités, voir le plan ci-dessous.

Déploiement suggéré :

Règles spéciales : il fait nuit ! La visibilité est réduite à 2 pouces. Par ailleurs, toutes les unités d’infanterie en première ligne sont donc fortified. Pour en partie rééquilibrer, le duc d’Halluin est considéré comme commandant en chef de rang 4 alors que Cerbellon n’est que de rang 2. Les Français, en plus du duc d’Halluin, bénéficient de 5 généraux alors que les espagnols n’en bénéficient que de 3 en plus de Cerbellòn . N’hésitez pas à tester d’autres règles spéciales afin d’équilibrer la partie. il sera en effet difficile d’égaler l’exploit du duc d’Halluin…

Stéphane Thion

image_pdfimage_print

2 thoughts on “La bataille de Leucate (28 septembre 1637)

  1. Bonsoir,

    pour l’ordre de bataille détaillé des forces françaises à la bataille de Leucate, vous pouvez consulter les Archives du Ministère des Affaires Extérieures, AMAE Mémoires et documents nº1630. Soit 12.200 hommes et 1320 maitres.

    Cordialement,

    Pere Cristofol

Laisser un commentaire