Archives de
Étiquette : Danemark

La bataille de Lutter am Barenberg (27 août 1626)

La bataille de Lutter am Barenberg (27 août 1626)

Suite à la défaite du Rhingrave à Calenberg, en juillet 1626, et la perte de Göttingen, le roi Christian IV de Danemark concentre son armée entre Wolfenbüttel et Goslar. Alors que Tilly met le siège devant Northeim, le roi du Danemark part au secours de la ville, à la tête de 16 000 fantassins, 90 cornettes de cavalerie et 25 pièces d’artillerie. Dans un premier temps, Tilly recule devant l’avant-garde danoise puis, à partir du 22 août, ayant réuni ses forces, il reprend énergiquement l’offensive. Christian, intimidé, retraite alors vers Wolfenbüttel. Le 25 août au soir, l’avant-garde catholique rejoint l’arrière-garde du roi, ce qui donne lieu à des escarmouches. Le 26 au matin, Christian IV reprend sa retraite mais, pressé de près par l’avant-garde catholique, il doit faire face et se mettre en bataille. Il est trop tôt pour Tilly, qui doit attendre son infanterie. Après une brève canonnade, les Danois reprennent leur retraite. Le 27, alors qu’il progresse vers le défilé de Walmoden, ayant à sa gauche une colline boisé et à sa droite une plaine marécageuse qui s’étend vers Langelsheim, Christian IV fait mettre son armée en bataille, derrière un ruisseau qui se jette dans la rivière Neile, son aile droite orientée vers Muhle et dominée, derrière, par le château de Lutter.
Tilly fait arrêter son avant-garde et, en attendant que toutes ses troupes rejoignent, fait canonner l’ennemi. À midi, les deux armées se font face, alignées en bataille. Tilly lance son infanterie dans le vallon et envoie sa cavalerie contourner les ailes des danois, par «deux passages étroits». Les protestants sont déployés en trois lignes, dominant l’armée catholique. Un seul pont enjambe le ruisseau de la Neile. Christian lance alors son infanterie sur celle de Tilly qui progresse vers le vallon. Les vétérans du comte soutiennent le choc et repoussent les Danois alors que la cavalerie de des Fours est parvenue à trouver un passage, lui permettant de tomber sur les arrières protestants.

 

Armée de la Ligue Catholique
Général en chef : Jean Tserclaes, comte de Tilly

(Effectifs estimés entre parenthèses)

Aile gauche (cavalerie) – Oberst de Fours

• Colonne d’Erwitte : Régiments de cuirassiers Erwitte en 1 escadron (10 compagnies, 858h) et Hebersdorff en 1 escadron (7 compagnies, 622h), régiments de cavalerie Bock en 1 escadron (5 compagnies, 525h) et Cortenbach en 1 escadron (5 compagnies, 513h).

• Colonne des Fours, à l’extrême gauche : régiment d’arquebusiers à cheval des Fours en 1 escadron (10 compagnies, 600h), régiments de cuirassiers Alt-Saxe en 1 escadron (10 compagnies, 600h) et Hausmann en 1 escadron (6 compagnies, 400h) et les Croates de Peter Gall en 1 escadron (5 compagnies, 300h).

• En réserve (bout de la colonne Erwitte) : régiments de cavalerie Assenberg en 1 escadron (6 compagnies, 587h) et Westerholt en 1 escadron (6 compagnies, 400h).

• Artillerie: 3 fauconneaux (artillerie légère).

Centre – Tilly (centre-gauche et artillerie) et Anhalt (centre-droite)

• Centre-gauche : Régiments d’infanterie Alt-Tilly en 1 bataillon (8 compagnies, 2686h), Cerboni en 1 bataillon (10 compagnies, 1000h) et Colloredo en 1 bataillon (10 compagnies, 1400h). Un détachement de 200 mousquetaires pour occuper le pont.

• Centre-droit : Régiments Herbersdoff et Herliberg (18 compagnies, 3035h) en 1 bataillon commandé par Gronsfeld, Scmidt en 1 bataillon (10 compagnies, 2121h), Gallas en 1 bataillon (10 compagnies, 2000h), Fürstenberg en 1 bataillon (13 compagnies, 2279h), Jung-Tilly en 1 bataillon (6 compagnies, 1439h).

• Artillerie (devant le régiment Alt-Tilly) : 12 pièces d’artillerie réparties en 9 demi-canons et 3 demi-couleuvrines.

Aile droite – Obers Cronberg

• Régiments de cavalerie Cronberg en 1 escadron (10 compagnies, 823h), Schönberg en 1 escadron (10 compagnies, 600h), Lindlo en 1 escadron  (6 compagnies, 625h) et 1000 mousquetaires détachés des régiments d’infanterie Herbersdoff et Herliberg.

 

Armée Danoise
Général en chef : Christian IV de Danemark

(Effectifs estimés entre parenthèses)

Généraux : Thurn (aile gauche) et Hohenlohe (aile droite)

Première ligne – Fuchs

• Régiments de cavalerie Solms en 2 escadrons (6 compagnies, 400h), Uslar en 1 escadron (6 compagnies, 300h), Geest en 1 escadron (6 compagnies, 300h), Brunswick en 2 escadrons (10 compagnies, 400h), Hesse en 1 escadron (6 compagnies, 300h) et Wersabe en 1 escadron (6 compagnies, 300h).

• Régiments d’infanterie Lohausen (régiment bleu danois à 20 compagnies plus 1 Leib compagnie, 3200h) en 3 bataillons, régiment Kaas en 1 bataillon (1000h) et régiment Linistrow (ou Linsdorf) en 2 bataillons (12 compagnies, 2000h).

• Artillerie : 22 canons (artillerie moyenne) sur la colline.

Seconde ligne – Christian IV de Danemark

• Régiments de cuirassiers Royal-Leib en 1 escadron (1 compagnie, 300h), Royal-Leib arquebusiers en 2 escadrons de 5 compagnies (10 compagnies, 600h), Freytag en 2 escadrons de 5 compagnies (10 compagnies, 600h) et Baudissin en 1 escadron (6 compagnies, 300h).

• Régiments d’infanterie Kruse (régiment rouge danois à 20 compagnies, 2800h) en 3 bataillons, Frenkin en 1 bataillon (12 compagnies, 1000h), Riese et Rantzau en 1 bataillon (3 compagnies et 500h chacun) et Ungefugt (ou Ongewigt) en 1 bataillon (700h).

Troisième ligne – Rhingrave

• Régiments de cavalerie Erbott en 1 escadron (5 compagnies, 300h), Rhingrave en 2 escadrons (10 compagnies, 600h), et Courville en 1 escadron (6 compagnies, 300h).

• Régiments d’infanterie Limbach en 1 bataillon (12 compagnies, 800h), Solms en 1 bataillon (600h), Schlammersdorf en 1 bataillon (800h), Gotzen en 1 bataillon (700h), un bataillon suédois (700h) et 1 bataillon de volontaires (700h).

 

Jouer la bataille avec LM Tercios

Les régiments de cuirassiers sont cuirassiers, pistol, les régiments de cavalerie sont modern cavalry (cuirassiers, option modern cavalry), les arquebusiers à cheval sont mounted arquebusiers, les Croates sont light horse,  pistol. Les escadrons de plus de 550 chevaux sont large formation.

Les bataillons d’infanterie de la Ligue Catholique sont classic squadron, large squadron pour les bataillons de 2000h et plus. Les bataillons Alt-Tilly et Gronsfeld peuvent être considérés veteran.

Les bataillons d’infanterie protestants sont reformed battalion, modernised.

Les mousquetaires détachés sont musketeers companies et skirmishers.

Pour l’artillerie, prendre un pièce pour 3 ou 4 canons réels.

 

Déploiement

 

Stéphane Thion

Ordre de bataille inspiré de “Battles of the Thirty Years War : From White Mountain to Nordlingen 1618-1635” de William P. Guthrie.

L’armée danoise de Christian IV (1624-29)

L’armée danoise de Christian IV (1624-29)

Christian IV du Danemark a initié des réformes comparables à celles de Gustave Adolphe mais en restant plus proche du modèle hollandais. Son infanterie est organisée en régiments de théoriquement  12 compagnies de 200 hommes, soit 2 400 hommes, . Au combat, ces régiments doivent idéalement former deux bataillons de 1 200 hommes avec une proportion de deux mousquets pour une pique. Les régiments danois, comme ceux de l’Union protestante, étaient colorés. On distingue ainsi le régiment rouge et le régiment bleu.

La cavalerie danoise du roi Christian IV est organisée en régiments. Chaque régiment compte théoriquement 6 compagnies de 106 chevaux. Une compagnie se divise en quatre troupes, trois de 27 cuirassiers et une de 25 arquebusiers. Les régiments comptent donc  3/4 de cuirassiers et 1/4 d’arquebusiers qui se forment derrière les cuirassiers. La cavalerie se déploie en escadrons de 300 chevaux sur 6 rangs de profondeur et 50 chevaux de front.

L’artillerie est composée de canons, de demi-canons, de couleuvrines, de faucons, de fauconneaux et de petits mortiers de 8 livres, avec une proportion théorique de un à deux pièces pour 1 000 hommes.

Le déploiement souvent adopté par les armées danoises est celui en forme de losange (ou diamant), comme représenté par le sieur du Praissac : deux bataillons en première ligne, puis deux couples de deux bataillons, décalés à gauche et à droite en seconde ligne, et enfin un couple de deux bataillons, derrière les deux premiers, en troisième ligne. Ces huit bataillons sont flanqués d’escadrons de cavalerie, ceux-ci pouvant aussi être déployés en losange, et plusieurs de ces brigades peuvent être déployées côté à côté. C’est la forme déployée par l’armée danoise à Lutter am Barenberg en 1626.

Ainsi, l’armée se déploie théoriquement sur 3 lignes de 3 régiments d’infanterie, ces régiments disposés par paires de bataillons  avec des intervalles entre chaque paire de bataillon. Le second échelon couvrira les intervalles du premier échelon. Le troisième échelon sera déployé comme le premier échelon avec des régiments de cavalerie comblant les intervalles. Le gros de cavalerie sera disposé sur chaque aile, en échiquier. Comme l’infanterie, les régiments de cavalerie seront scindés et alignés en paires d’escadrons.

 

Ci-dessus : déploiement d’une armée selon Du Praissac (in Discours Militaires)

Ci-dessous : déploiement de l’armée de Christian IV à Lutter am Barenberge, 1626 (en bleu, à droite)

Christian IV, de même que Gustave Adolphe, conduira des expérimentations en ce qui concerne l’artillerie. Il rationalisera les calibres en les limitant à 5 calibres différents : fauconneau de 3 livres, double-fauconneau de 6 livres, demi-couleuvrine de 12 livres, demi-canon de 24 livres et canon de 48 livres.

L’armée “idéale” de Christian IV totaliserait 32000 hommes dont 25000 fantassins et 6000 cavaliers, 6 canons, 12 demi-canons, 6 demi-couleuvrines, 6 double-fauconneaux, 6 fauconneaux et 3 mortiers de 8 livres

Les danois ne composaient qu’une part de l’armée du roi Christian. La majorité des troupes étaient des mercenaires allemands, anciens régiments de Mansfeld et de Brunswick. En réalité, après que Christian IV déclara la guerre, il ne put emmener que  régiments danois avec lui. Le reste de son armée était composée principalement de protestants allemands, aux côtés d’écossais, anglais, français et hollandais.

Unités danoises de l’armée de Christian IV de Danemark (1625-26) :

Compagnie d’infanterie de la Garde (Leib) :                           1 compagnie estimée à 400 hommes

Régiment d’infanterie de la garde (Leib, régiment bleu) :  20 compagnies pour un total estimé de 2800 hommes

Régiment d’infanterie Kruse (régiment rouge) :                  20 compagnies pour un total estimé de 3000 hommes (3 bataillons)

Compagnie de cavalerie de la Garde (Leib) :                          1 compagnie estimée à 300 hommes en 1 escadron

Régiment de cavalerie de la Garde (Leib) :                           10 compagnies pour un total estimé de 1000 hommes en 2 escadrons

A ces unités, s’ajoutent les régiments des armées de Mansfeld, de Christian de Brunswick du Landgrave de Hesse-Cassel, du Rhingrave (…).

Source principale : Battles of the Thirty Years War, from White Mountain to Nördlingen 1618-1635  de W.P. Guthrie

 

Ci-dessus et ci-dessous : Arquebusier à cheval et drapeaux danois (Aquarelles de K.A. Wilke)

Ci-dessous : drapeau danois (Armémuseum de Stockholm, taille : 100x100cm)

 

Ci-dessous : cornette de cavalerie

 

Stéphane Thion

image_pdfimage_print