1

La bataille de Lützen (16 novembre 1632)

Avertissement : tous les schémas qui accompagnent la description de la bataille sont extraits de la superbe thèse d’André Schürger (2015), The archaeology of the Battle of Lützen: an examination of 17th century military material culture.

Après sa victoire de Breitenfeld sur Tilly (17 septembre 1631), Gustave Adolphe confie à l’Electeur de Saxe le soin de porter la guerre en Bohême alors que lui-même lance une offensive sur la Thuringe. Pendant ce temps, l’empereur Ferdinand propose à Wallenstein de reprendre le commandement de l’armée impériale., ce que ce dernier finit par accepter. De son côté, Tilly essaie de ralentir l’avance suédoise avant de se retirer en Haute-Franconie. En mars 1632, Gustave dirige son offensive sur la Bavière et se présente devant la rivière Lech défendue par Tilly. Celui-ci est alors gravement blessé lors d’une reconnaissance. Tous les espoirs de l’Empereur et du duc Maximilien de Bavière reposent maintenant sur Wallenstein. Mais le nouveau généralissime se préoccupe peu de la Bavière. Le 17mai, Gustave Adolphe fait son entrée à Munich. Le 11 juin, à la demande du duc de Bavière, Wallenstein finit par réagir. Le 11 juillet, alors que Gustave Adolphe cantonne non loin de Nuremberg, Wallentein se présente devant cette ville. Il établit son camp à Alta Feste, une forteresse proche de là. Durant deux mois, les Suédois vont s’employer à prendre cette forte position défensive. Sans succès. De son côté Holk, à la tête d’une seconde armée impériale, est parvenu à repousser les Saxons de Bohême. Il occupe maintenant Leipzig. Alerté, Gustave Adolphe se retire et se dirige vers la Saxe. Wallenstein le suit et rejoint Holk à Leipzig. C’est donc à Lützen que va se jouer l’avenir de la Saxe.

Ci-dessus : la bataille de Lützen selon P. Snayers. Ce tableau représente relativement fidèlement le champ de bataille vu de l’arrière des lignes impériales.

Le 15 novembre, alors que Wallenstein n’a pas encore connaissance de la position des ennemis, l’avant-garde impériale est accrochée par les Suédois, quelques kilomètres au sud de Lützen. Wallenstein envoie immédiatement un courrier à Pappenheim qui se trouve à une quarantaine de kilomètres de Lûtzen pour venir le renforcer. Celui-ci ayant reçu la lettre se met en marche vers minuit. Pendant ce temps, Wallenstein déploie son armée sur une ligne allant de Lützen à Leipzig, son flanc droit appuyé sur une petite colline et les moulins de Lützen. Au point du jour, Gustave Adolphe se change, refuse de prendre son casque et sa cuirasse, son épaule étant douloureuse du fait d’une blessure de mousquet, et monte sur Streiff, son cheval gris-pommelé. Il débouche sur le champ de bataille vers 9 heures du matin. La brume et le terrain parcouru de fossés ralentissant le déploiement de son armée, l’attaque ne commencera qu’à 11 heures.  L’aile gauche de cavalerie est menée par Bernard de Saxe-Weimar, l’aile droite par Stalhansk, le centre par Brahe.

Ci-dessus : déploiements impérial et suédois (Schürger, 2015)

La principale attaque est menée par Gustave Adolphe : 3 000 cavaliers suédois progressent difficilement vers les lignes ennemies, à travers les fossés. Heureusement les détachements de mousquetaires en soutien, par la supériorité de leur feu, sauvent l’offensive qui s’annonçait désastreuse. Heureusement, le soutien d’infanterie a suivi. La brigade bleue, soutenue par la brigade jaune bouscule l’aile gauche impériale et prend la batterie d’artillerie. Le reste de la cavalerie perd beaucoup de temps à traverser les fossés.

Ci-dessus : la situation entre 10h30 et 11h (Schürger, 2015).

La situation entre 10h45 et 11h15 (Schürger, 2015).

Pendant ce temps, la brigade verte s’avance vers la batterie de l’aile droite impériale devant les moulins et l’aile gauche de cavalerie weimarienne se heurte aux mousquetaires ennemis bien retranchés. C’est un échec. Mais Bernard de Saxe-Weimar, obsédé par la prise de Lützen, s’acharne et revient à la charge, sans autre résultat que de mettre le feu au village.

Ci-dessus : situation entre 11h et 12h (Schürger, 2015).

Il est midi. Sur l’aile droite, alors que la cavalerie suédoise se reforme, Brahe lance ses brigades sur l’infanterie impériale. Alors que les cavaliers suédois s’avancent, les cuirassiers de Gotz décident de se retirer, ébranlant ainsi les trois régiments d’infanterie à sa droite. Alors que le brouillard se lève, Wallenstein réalise que c’est sur son aile gauche qu’est dirigée la principale attaque : il la fait renforcer par les cuirassiers de Desfours et par une partie de sa réserve de cavalerie. Puis il lance sa seconde ligne d’infanterie contre Brahe.

Ci-dessus : situation entre 11h30 et 12h30 (Schürger, 2015).

C’est alors que l’énergique Pappenheim débouche sur le champ de bataille avec sa cavalerie accourue à marche forcée. Son infanterie n’arrivera qu’en fin de journée. Il prend immédiatement les choses en main sur l’aile gauche impériale et, vers 13 heures, lance une contre-attaque ayant pour but d’envelopper l’aile droite suédoise. Alors que les Croates débordent les cavaliers ennemis et foncent sur les bagages, les cuirassiers de Piccolomini enfoncent les régiments d’Östgota et de Smaland. Mais les mousquetaires commandés suédois accueillent les cuirassiers impériaux par un feu nourri de mousqueterie et d’artillerie légère. Pappenheim, touché par deux coups de mousquets et un boulet de 3 livres, s’effondre. Il est évacué du champ de bataille. Alors que Stalhansk réorganise son aile, les cuirassiers impériaux, découragés par la perte de leur général, stoppent leur offensive.

Ci-dessus : situation entre 12h et 13h (Schürger, 2015).

Dans le même temps, au centre, l’infanterie impériale renforcée par sa seconde ligne a contre-attaqué.  La brigade bleue et la brigade jaune sont attaquées à la fois de face par l’infanterie et de flanc par les escadrons de cuirassiers impériaux (régiment Bredau). Piccolomini, à la tête de ses cuirassiers, Brahe, à la tête de ses brigades sont blessés. Les brigades bleue et jaune sont pratiquement anéanties. L’infanterie suédoise se retire en ordre. C’est alors que Gustave, apercevant l’infanterie de Brahe en difficulté, charge la tête des régiments de Smaland et Östgota après les avoir réorganisés. Un peu après 13 heures, une balle de mousquet va mettre un terme à son épopée. Son corps ne sera retrouvé que 2 heures plus tard. Alors que la contre-attaque impériale s’essouffle et que les cuirassiers impériaux, suivant les ordres, se désengagent, les suédois se réorganisent. Bulach (seconde ligne de cavalerie) est parvenu à repousser les croates et à rallier ses escadrons de cavalerie. Au centre droit, les brigades suédoises orphelines de leur commandant parviennent néanmoins à se reformer.

Ci-dessus : la destruction de la brigade jaune suédoise par la charge de flanc des cuirassiers de Bredau (entre 11h et 13h) avec, en surimpression, toutes les balles de mousquets, carabines et pistolets retrouvées sur le champ de bataille (Schürger, 2015).

Ci-dessus : situation entre 12h30 et 14h (Schürger, 2015).

Bernard de Saxe-Weimar qui commande l’aile gauche suédoise, monte alors une attaque coordonnée avec le centre gauche. Il ordonne aux brigades de seconde ligne de renforcer la première ligne, Mitzlaff à gauche de sa brigade verte et Thurn à droite de cette brigade. L’artillerie lourde parvient à se déployer à droite de la brigade Thurn et est prolongée sur sa droite par la vieille brigade bleue (Alt-Blau). Bernard lance son attaque, probablement vers 13h30. L’aile droite impériale, venant de perdre plusieurs régiments de cuirassiers envoyés renforcés l’aile gauche, vacille. L’infanterie de Bernard parvient à prendre pied sur la colline, à emporter les canons placés à l’aile droite et à refouler la première ligne d’infanterie impériale. Mais une contre-attaque menée par Holk parvient à regagner le centre et à refaire sa ligne de front. Les moulins sont repris et les suédois se replient.

Sur l’autre aile, alors que la cavalerie suédoise, victorieuse, enveloppe ses adversaires, une nouvelle, terrible, se répand. Le roi est mort. L’impact moral de ce drame est terrible. L’élan des troupes protestante est stoppé. Au même moment, Piccolomini annonce la nouvelle aux troupes impériales.

Ci-dessus : la situation entre 14h et 15h (Schürger, 2015).

Bernard de Saxe-Weimar prend alors le commandement de l’armée protestante. Il est autour de 14h30. Toute la ligne suédoise est maintenant épuisée ou démoralisée. A l’exception de la réserve de Knyphausen, pratiquement intact. L’état de l’armée impériale n’est guère meilleur. Les deux adversaires font une pause et se réorganisent. Vers 15 heures, Knyphausen et Bernard débattent de la situation. Le premier suggère une retraite en bon ordre mais le second n’est pas d’accord. Il est persuadé que l’état de l’armée suédoise est bien meilleur que celui de l’adversaire. Il est persuadé qu’un nouvel assaut dirigé sur son aile peut gagner la journée. Le plan de Bernard est d’envelopper Lützen et l’aile droite impériale avec sa cavalerie alors que les brigades verte, Mitzlaff et Knyphausen prendront les moulins d’assaut.

Ci-dessus : la situation entre 15h et 16h (Schürger, 2015).

L’aile gauche suédoise s’ébranle vers 15h30 couverte par un feu intense d’artillerie. C’est une surprise pour les impériaux qui pensaient la bataille gagnée. Les brigades suédoises prennent pied sur la colline sans réelle opposition. Perdant leurs nerfs, les régiments impériaux d’arquebusiers à cheval quittent le champ de bataille. Les suédois tombent alors sur les régiments de cuirassiers restant. Alors que différents régiments se dissolvent, Piccolomini parvient à rétablir la situation. Une contre-attaque impériale est lancée mais Bernard parvient à la repousser et à garder la position.

Ci-dessus : la situation entre 16h et 17h (Schürger, 2015).

Il est maintenant entre 17 et 18 heures. La nuit tombe. L’infanterie de Pappenheim (2 900 hommes commandés par Reinach) apparaît sur le champ de bataille. Mais Wallenstein n’y croit plus. Il ordonne une retraite en bon ordre, couverte par l’infanterie de Reinach. Les Suédois restent maître du champ de bataille mais il s’agit d’une victoire coûteuse. Ils perdent 6 000 hommes, morts, blessés ou disparus soit probablement un peu plus que les impériaux. Et surtout, ils perdent leur leader emblématique.

 

Ordres de bataille

Remarque : pour des ordres de bataille plus détaillés, voir mes précédents articles sur les armées impériale et suédoise à Lützen (en saisissant “1632” ou “Lützen” dans le moteur de recherche du site).

L’armée suédoise (Gustave Adolphe) : 20 900 hommes (13 032 fantassins en 8 brigades et détachements de mousquetaires, 6 240 cavaliers en 25 escadrons, 60 canons).

Aile gauche (2980 chevaux, 1000 fantassins, 10 canons de 3 livres avec mousquetaires commandés) :

Première ligne (Bernard, 1550 chevaux, de gauche à droite) : 6 escadrons de cavalerie weimarienne et allemande des régiments Bernard de Saxe-Weimar (2 escadrons), Carberg, Domhoff/Courlande, Tiesenhausen-Livoniens et Courville, 5 détachements de 200 mousquetaires avec 2 pièces de 3 livres par détachement.

Deuxième ligne (Anhalt, 1430 chevaux, de gauche à droite) : 6 escadrons de cavalerie saxonne des régiments Hoffkirch, Anhalt, Lowenstein, Brandenstein, Steinbach et Stechnitz.

Centre (11 030 fantassins en 8 brigades de 1 350 hommes, 300 chevaux et 18 canons moyens et lourds, 24 canons légers de 3 livres) :

Première ligne (de droite à gauche) : Brigade bleue suédoise, brigade jaune, brigade “ancien-bleu”, brigade verte, une compagnie de mousquetaires (écossais d’Henderson) en réserve, 4 batteries de 5 canons.

Deuxième ligne (de droite à gauche) : Brigade duc Wilhelm, brigade blanche Knyphausen, brigade Thurn et brigade Mitzlaff et escadron de cavalerie Ohm en réserve en réserve.

Aile droite (2960 chevaux, 1000 fantassins, 10 canons de 3 livres avec mousquetaires commandés) :

Première ligne (Stalhansk, 1860 chevaux, de droite à gauche) :  6 escadrons de cavalerie suédoise des régiments Stalhansk (finnois), Stoop (Västgota), Sack (Sodermanland), Silversparre (Uppland), Sperreuter (Östgota), Stenbock (Smäland), 5 détachements de 200 mousquetaires avec 2 pièces de 3 livres par détachement.

Seconde ligne (Bulach, 1100 chevaux, de droite à gauche) :  6 escadrons de cavalerie weimarienne et hessoise des régiments Wilhelm Leib, Goldstein, Bulach, Beckermann, Rostein/Dalwigt-hessois et G. Uslar-hessois.

 

Pour LM Tercios, les brigades d’infanterie suédoise sont à 1 580 hommes et les escadrons de cavalerie à un peu moins de 250 chevaux. Les 8 brigades suédoises sont représentées chacune par un modern squadron reinforced, avec une stamina de 5 (et non 3 comme dans le livre de règles). Les brigades bleu suédoise et jaune étant veteran. Les 4 brigades de première ligne ont en plus la règle regimental gun. Les détachements de mousquetaires sont représentés par 4 compagnies (2 sur chaque aile) shot company musketeers brigade rule avec regimental gun. Les 25 escadrons de cavalerie (250 chevaux par escadron) sont cuirassiers modern cavalry, l’escadron de finnois (Stalhansk) étant en plus fearless. L’artillerie est représentée par 1 canon lourd et 2 canons moyens (les pièces légères étant intégrées dans les brigades d’infanterie).

 

L’armée impériale (Wallenstein) : 12 000 hommes (8 200 fantassins en 8 bataillons, 5 250 chevaux en 17 escadrons, 34 canons)

L’infanterie est déployée en 7 brigades de théoriquement 1000 h, 900 hommes une fois les mousquetaires détachés, dont 5 en première ligne et 2 en seconde lignes.

Devant l’armée : 24 canons moyens et lourds (9 canons de 24 livres, 2 de 16 livres, 6 de 12 livres, un de 10 livres, 6 de 6 livres) plus théoriquement 1 à 2 pièce légère par régiment d’infanterie).

Aile gauche (Holk, 2 350 cavaliers dont 900 croates, compagnie de mousquetaires et 7 canons) :

4 escadrons de cavalerie en échelons, plus 3 escadrons de croates, du centre vers l’extérieur, flanquant les 3 lignes du centre : cuirassiers de Gotz, arquebusiers à cheval de Piccolomini, arquebusiers à cheval de Leutersheim, cuirassiers de Lohe et arquebusiers de Loyers en un escadron, 4 croates d’Isolano, et un petit détachement de mousquetaires (150 hommes).

Centre (Wallenstein, 7 500 fantassins en 7 brigades/bataillons, 1 050 cavaliers et 20 canons, plus réserve) :

10 canons.

1ère ligne d’infanterie (de gauche à droite) : 5 bataillons des régiments Comargo, Breuner, Breuner & Grana, Colloredo & Chiesa, Waldstein & Alt-Saxen.

2nd ligne (de gauche à droite, 2 bataillons d’infanterie et 3 escadrons de cavalerie) :   un escadron de cuirassiers de Tontinelli/Lindelo, un bataillon d’infanterie du régiment Baden, un escadron de arquebusiers à cheval de Westfalen, un bataillon d’infanterie du régiment Jung-Breuner, un escadron des cuirassiers de Breda.

3ème ligne : un escadron d’arquebusiers à cheval de Goschütz et un escadron d’arquebusiers à cheval de Westrumb encadrant un petit bataillon d’infanterie (compagnies de mousquetaires).

Aile droite (Colloredo, 1 850 cavaliers, compagnie de mousquetaires/dragons et 7 canons) :

14 canons devant le moulin.

4 escadrons de cavalerie, 1 escadron de croates et un détachement de mousquetaires/dragons (550 hommes), en échelons, avec du centre vers la droite : un escadron des cuirassiers de Holk, un escadron des cuirassiers de Trcka & Desfours, un escadron des arquebusiers à cheval de Hagen et un escadron des arquebusiers à cheval de Drost, détachement de mousquetaires et dragons (dragons de Trcka) dans Lützen.

Corps de Pappenheim :

La cavalerie de Pappenheim arrive sur le champ de bataille (par le côté de table du joueur impérial) vers midi (quelques régiments de cavalerie sont déjà arrivés et en ligne). L’infanterie de Pappenheim n’arrivant sur le champ de bataille qu’à la nuit tombée, elle n’est pas intégrée dans ce scénario*.

Cavalerie : 6 escadrons de cavalerie se décomposant en 1 escadron de cuirassiers (régiment Sparr, 300 chevaux), 2 escadrons d’arquebusiers à cheval (régiments Bönninghausen et Lamboy, 750 chevaux), 1 escadron de dragons (régiments Merode et Pappenheim, 220 à 300 hommes) et 2 escadrons de croates (régiments Batthyanyi, Forgacs, Orossy et polonais, 1 000 hommes).

*Pour information, l’infanterie de Pappenheim comprend les régiments d’infanterie Gil de Haes, Goltz, Moriamez, Pallant, Reinach et Würzburg pour un total d’un peu plus de 2900 hommes (probablement 3 bataillons de 950 à 1 000 hommes).

 

Pour LM Tercios : les bataillons d’infanterie impériaux sont à 1000 hommes,  sauf celui de troisième ligne qui est à 500 hommes, auxquels s’ajoutent et 17 escadrons de cavalerie à 310 chevaux chacun. Les 7 bataillons d’infanterie des deux premières lignes sont classic squadron modernised musket only. Le bataillon de dernière ligne, constitué de compagnies de mousquetaires, est shot company musketeers. De plus, deux des bataillons de première ligne ont un regimental gun.  Les 2 autres compagnies de mousquetaires (une sur chaque aile sont shot company musketeers). La compagnie de l’aile droite inclue les quelques dragons de Trcka (100h). Les 6 escadrons de cuirassiers sont cuirassiers large formation, les 7 escadrons d’arquebusiers à cheval sont mounted arquebusiers large formation avec pistol, les 4 escadrons de croates sont light horse. L’artillerie se décompose en 2 canons lourds et 2 canon moyens.

Le champ de bataille : vous pouvez vous inspirer de la gravure du Theatri europaei ci-dessous. Le déploiement impérial y est faux mais les éléments de terrain sont bons.

Les impériaux sont protégés par un fossé : ce fossé est  very difficult. De plus, les deux compagnies de mousquetaires (et uniquement elles) placées sur les ailes et derrière ce fossé sont considérées protected. La compagnie de mousquetaires placée à l’aile droite (dans Lützen et la maison du meunier au pied des 3 moulins) est en plus covered. Les bataillons d’infanterie et les escadrons de cavalerie, placés derrière, sont plus éloignés du fossé et ne profitent donc pas de ces couvertures.

Ci-dessous : quelques représentations de ce fossé.

Ci-dessus et ci-dessous : d’après Schürger (2015).

 

La bataille commence à 11 heures et se termine vers 17-18 heures à la nuit tombée. A Lützen, le soleil se couche vers 16h20 le 16 novembre. La partie se joue donc en 7 tours. La cavalerie de Pappenheim arrive à midi sur le champ de bataille, c’est à dire au tour 2. Les 3 bataillons d’infanterie du corps de Pappenheim arrivent au 6e tour sur un 4+ sur un dé 6 ou automatiquement au 7e tour de jeu. La visibilité se réduit à partir du tour 5 : elle est de 8 pouces au tour 5, de 4  pouces au tour 6 et 2 pouces au tour 7. Il n’est pas possible de tirer et charger au-delà de ces distances.

Stéphane Thion

Sources :

W.P. Guthrie (1953), Battles of the Thirty Years War (Greenwood Press)

R. Brzezinski (2001), Lützen 1632 (Osprey Military)

A. Schürger (2015), The archaeology of the Battle of Lützen: an examination of 17th century military material culture. PhD thesis.




La seconde bataille de Breitenfeld (2 novembre 1642)

Baner meurt en 1641 et Lennart Torstensson lui succède à la tête de l’armée suédoise. Son premier chantier est de remonter le moral et la discipline de ses troupes, le laissant sur la défensive, pendant que Wrangel lève des troupes en Suède. Face à lui, les impériaux, commandés par l’archiduc Leopold Wilhelm dont l’inexpérience lui avait fait adjoindre le prince Ottavio Piccolomini, essaye de le provoquer, sans succès.

Le 20 octobre 1642, Torstensson, rejoint par Wrangel et Konigsmark, met le siège devant Leipzig après avoir traversé l’Elbe. Leopold et Piccolomini se portent alors au secours de la ville à marche forcée. Mais Torstensson vient à leur rencontre, le 22 octobre, et dispose son armée à l’ouest, face aux villages de Lidenthal et Breitenfeld. L’armée impériale se déploie alors face à lui.

L’armée impériale s’établit à quelque 16 000 cavaliers (dont près de 5 000 Croates, Cosaques & Hongrois) en 71 escadrons (dont 16 escadrons de Croates, Cosaques & Hongrois), 10 000 fantassins en 10 brigades et 46 pièces d’artillerie.

L’armée suédoise s’établit à 10 000 cavaliers en 51 escadrons, à 10 000 fantassins en 11 brigades, 29 détachements de 40 mousquetaires et 70 canons (18 pièces lourdes & 52 pièces légères de bataillon).

 

L’armée Impériale

Général en chef : Archiduc Leopold Wilhelm de Habsbourg, assisté du lieutenant général prince Ottavio Piccolomini

Aile droite – H. Gonzaga

Premier échelon (Bruay) : 6 régiments de demi-cuirassiers en 13 escadrons (régiments Mislik, Alt-Piccolomini, Bruay, Montecuccoli, La Corona Traga).

Second échelon (Borneval) : 8 régiments de demi-cuirassiers en 10 escadrons (Gardes du corps de l’Archiduc, Gardes du corps de Piccolomini, régiments Spiegel, Lutthe, Wolframsdorf, Capaun, Alt-Nassau et Borneval) , 1 régiment d’arquebusiers en 1 escadron (régiment Munster).

Flanqueurs : 8 escadrons de Croates & Cosaques.

Centre – Suys

Centre-gauche (Fernemont & Webel) : 5 « brigades » (bataillons) d’infanterie en deux échelon (3 devant & 2 derrière, régiments Sax-Lauenburg, Moncado, Gardes de l’Archiduc, Fernemont et Wachenheim).

Centre-droit (C. Gonzaga) : 6 « brigades » d’infanterie en deux échelons (3 devant & 3 derrière, régiments Caretto, Enkefort, Webel, Suys, Gonzaga et Ranfft), dont une brigade wallone (régiment Suys) en premier échelon .

Artillerie :  4 pièces de 12 livres, 2 pièces de 6 livres et 20 pièces d’artillerie régimentaire (3 livres).

Réserve (Suys) : 5 régiments de demi-cuirassiers (régiments Nicola, Novery, Gissenburg, et Desfours), 1 régiment d’arquebusiers (Grodetzky) et 1 régiment de dragons  (Paconchay) en 8 escadrons sur deux échelons : 3 escadrons de demi-cuirassiers et 1 escadron d’arquebusiers en premier échelon, 3 escadrons de demi-cuirassiers et 1 escadron de dragons en second échelon.

Aile gauche – Puchheim

Premier échelon (Nicola) : 8 régiments de demi-cuirassiers en 11 escadrons (régiments Pompeji, L; Gonzaga, Vorhauer, Wintz, Jung, Jung-Heister, Alt-Heister et Nicola) et 1 régiment d’arquebusiers à cheval en 1 escadron (Madlo).

Second échelon (Schleinitz) : 6 régiments de demi-cuirassiers – dont 4 saxons – en 8 escadrons (régiments Burksdorf, Lammersdorf, régiments saxons Callenberk, Knoche, Hanau et Schleinitz), 1 régiment d’arquebusiers en 1 escadron (Warlowsky) et 2 régiments de dragons en 2 escadrons (Gall de Burke et Gallas).

Flanqueurs : 8 escadrons de Croates et Hongrois.

Pour LM Tercios :

Les demi-cuirassiers sont cuirassiers modern cavalry  (ou modern cavalry demi-cuirassiers si vous avez Kingdom) et les arquebusiers montés sont mounted arquebusiers. Deux des escadrons de cuirassiers (Les gardes du corps de l’Archiduc et de Piccolomini) sont elite. Les demi-cuirassiers saxons peuvent aussi être considérés mercenaries. Les dragons sont dragoons. Croates et cosaques son light horse, pistol, mercenaries.

Les brigades d’infanterie sont tous des classic squadrons modernised, musket only. Chaque brigade d’infanterie possède la règle regimental gun.

Artillerie : les 6 canons de 6 et 12 livres sont artillerie moyenne. Prendre un canon pour 2 pièces réelles.

 

L’armée Suédoise

Général en chef : feld marshal Lennart Torstensson

Aile droite – Wittenberg

Premier échelon (Wittenberg) : 5 régiments de demi-cuirassiers allemands (Gardes du corps de Torstensson, régiments Hesse, Duval, Hoking et Kinsky)) en 14 escadrons, 13 détachements de 40 mousquetaires  avec 1 pièce d’artillerie légère par détachement.

Second échelon (Stalhansk)  : 3 régiments de demi-cuirassiers allemands (régiments Derfflinger, Wittkopt et H. Wrangel) et 1 régiment de demi-cuirassiers polonais en 10 escadrons (dont 2 escadrons de Polonais).

Centre  – Lilliehook

Centre-gauche (K.G. Wrangel) : 4 brigades d’infanterie en deux échelons (2 et 2, régiments K.G. Wrangel et Mortaigne devant, Axel Lillie et Schlieben derrière). Chaque brigade d’infanterie est appuyée par 2 ou 3 pièces d’artillerie légère (3 livres).

Centre-droite (Mortaigne) : 4 brigades d’infanterie en deux échelons (2 et 2, régiments Lilliehook et Baner devant, Pfuhl et Jeschwitski derrière). Chaque brigade d’infanterie est appuyée par 2 ou 3 pièces d’artillerie légère (3 livres).

Réserve en 3e échelon (Axel Lillie) : 3 brigades d’infanterie (régiments Maul, Plettenberg et Alt-Blau), 3 escadrons de demi-cuirassiers. Chaque brigade d’infanterie est appuyée par 2 ou 3 pièces d’artillerie légère (3 livres).

Artillerie lourde et moyenne : 8 pièces de 24 livres et 10 pièces de 12 livres. Artillerie légère accompagnant l’infanterie : 19 pièces de 3 livres au total (déjà comptabilisée ci-dessus).

Aile gauche – Königsmark

Premier échelon (Schlang) : 10 régiments de demi-cuirassiers allemands en 19 escadrons (régiments Stalhansk, Wittenberg, Cratzenstein, Douglas, Billinghausen, Schulmann, Pfuhl, Seckendorf et Mitzlaff), 16 détachements de 40 mousquetaires  avec 1 pièce d’artillerie légère par détachement.

Second échelon (Königsmark)  : 2 régiments de demi-cuirassiers allemands en 5 escadrons (régiments Tiderman et Lilliehook).

Pour LM Tercios :

Les demi-cuirassiers sont cuirassiers modern cavalry (ou modern cavalry demi-cuirassiers si vous avez Kingdom). les Gardes du corps de Torstensson sont elite.

Les mousquetaires commandés de l’armée suédoise sont musketeer companies, commanded shot : regrouper les 29 détachements en 4 unités de musketeer companies.

Les brigades d’infanterie sont reformed bataillons (depuis la mort de Gustave adolphe, la “brigade suédoise” n’est plus adoptée). Le régiment bleu (Alt-Blau) est veteran.

Toutes les brigades d’infanterie et les compagnies de mousquetaires disposent de la règle canon régimentaire (regimental gun), c’est à dire qu’elles ont toutes un canon léger faisant partie de l’unité.

L’artillerie se décompose en 8 pièces d’artillerie lourde et 10 pièces d’artillerie moyenne. Prendre un canon pour 2 pièces réelles.

 

Simuler cette grande bataille à LM Tercios :

Nous n’avons pas d’effectifs estimés pour cette bataille. L’armée impériale est estimée à 16 000 cavaliers pour 71 escadrons et 10000 fantassins pour 10 brigades, plus 46 pièces d’artillerie. Les escadrons sont donc en moyenne de 225 chevaux et les brigades de 1000 hommes.

L’armée suédoise est estimée à 10 000 cavaliers pour 51 escadrons et 10 000 fantassins pour 11 brigades, 29 détachements de mousquetaires et 60 pièces d’artillerie au total (y compris les 29 pièces légères accompagnant les détachements de mousquetaires). Les escadrons sont donc en moyenne de 200 chevaux et les brigades de 800 hommes. Les 29 détachements de mousquetaires sont de 40 hommes chacun.

Dans les années 1640, les armées suédoises et impériales alignèrent une cavalerie et une artillerie très nombreuse. Ici, plus de la moitié des effectifs est formée de cavalerie. Avec plus de 50 escadrons de cavalerie et  “seulement” 10-11 brigades (i.e. bataillons) de chaque côté, il vous faudra une cavalerie nombreuse. Les escadrons de cavalerie étant de petite taille (200 chevaux en moyenne), prenez une unité de cavalerie pour 2 escadrons réels. Si cela fait encore trop d’unités, divisez le nombre d’unités par deux (soit 5 bataillons d’infanterie et 12-15 unités de cavalerie de chaque côté). L’artillerie étant aussi très nombreuse, prenez une pièce d’artillerie pour 2 voire 3 pièces réelles (hors artillerie régimentaire intégrée grâce à la règle regimental gun).

 

Déploiement

Stéphane Thion

Ordre de bataille d’après William P. Guthrie




La bataille de Wolfenbuttel (29 juin 1641)

Wolfenbuttel (1641) :  Quand les Français de Guébriant volent au secours des Suédois !

Peu connue, la bataille de Wolfenbuttel voit une armée franco-suédoise affronter les Impériaux de l’Archiduc Leopold et Piccolomini.

Cette année là, c’est le comte de Guébriant, succédant au duc de Longueville, qui est à la tête de l’armée franco-weimarienne d’Allemagne. Leonard Torstensson a été appelé pour succéder au brillant Baner, mort le 20 mai, mais en l’attendant, c’est Königsmark qui est en charge de l’armée suédoise.

Début juin 1641, la ville de Wolfenbuttel est assiégée par les Brunswickois de Klitzing. Ceux-ci, craignant une attaque des Impériaux, appellent le comte de Guébriant à leur secours. L’Archiduc Leopold, secondé par Piccolomini, a de son côté réuni une forte armée composée d’Impériaux et de Bavarois. Le 28 juin au matin, l’armée franco-suédoise franchit l’Oder et se poste vis-à-vis de la digue construite par Klitzing pour inonder la ville. Quatre heures plus tard l’Archiduc et Piccolomini apparaissent. Ils installent leur armée sur une hauteur face à Wolfenbuttel. Prenant peur, les Brunswickois fuient vers les franco-weimariens, en semant la confusion dans leurs rangs. Les Brunswickois parviennent même à convaincre certains généraux Suédois d’abandonner le siège ! Mais Guébriant est là. Prenant les choses en main, il parvient à convaincre ses alliés de combattre. Pendant ce temps, les impériaux vont occuper cette journée à détruire les travaux de siège. L’attaque est planifiée pour le lendemain.

L’armée alliée, estimée à un peu plus de 24 000 hommes (5 400 brunswickois, 6 000 franco-weimariens et 13 000 suédois) se déploie sur une position solide : les troupes du Brunswick-Lünebourg occupent l’extrême gauche, appuyées sur la rivière Ocker et la digue, les Français et Weimariens de Guébriant sont au centre gauche, sur le plateau de Limberg, bien protégés par une large tranchée. Les Suédois de Königsmark occupent le centre droit et la droite, face au bois de Fimmelsen (ou Fümelsen). Une batterie de douze canons placée sur une colline centrale couvre la ligne de bataille.

Les forces impériales et bavaroises, estimées à près de 21 000 hommes vont se déployer face à l’aile droite alliée, formant un angle : à l’aile droite, Piccolomini avec la cavalerie impériale de Bruay devra réaliser une attaque de diversion sur l’aile gauche alliée ; les Impériaux de l’Archiduc Leopold, au centre, et les Bavarois de Wahl, à gauche, renforcés par les défenseurs de Wolfenbuttel, porteront l’attaque sur les Suédois. La gauche bavaroise déborde la droite suédoise : les brigades suédoises traversent donc un marais situé sur leur flanc et forment des abattis pour arrêter la cavalerie ennemie.

La bataille

Il est neuf heures du matin. Sans attendre les Impériaux, les Bavarois se jettent sur les Suédois qui tiennent ferme. Le vieux régiment bleu (alt-blau), un peu avancé, fini par plier, entraînant dans sa retraite toute la première ligne suédoise. Heureusement, c’est à ce moment que le régiment de cavalerie Baner charge les Bavarois de flanc, permettant au régiment d’élite de repartir à l’attaque. Trois attaques successives n’auront pas permis aux Bavarois de rompre les Suédois. Les régiments de Wahl se résolvent alors à se retirer dans les bois.

Il est maintenant midi. L’Archiduc Leopold et Piccolomini ayant erré plusieurs heures, par manque de reconnaissance du terrain, ne lancent leur attaque trois heures après celle des Bavarois, alors que ceux-ci ont été repoussés. Avec trois brigades d’infanterie impériale, l’Archiduc Leopold attaque le centre franco-weimarien qu’il parvient à repousser. Mais une batterie de 12 livres stoppe l’élan impérial. L’Archiduc lance alors deux régiments de cuirassiers à l’assaut de cette batterie et, dans le même temps, engage de nouvelles brigades sur le centre allié. Son attaque échoue une fois de plus, les franco-weimariens résistant fermement.

Un peu plus loin sur la gauche alliée, Piccolomini est parvenu à ébranler les Brunswickois. Tout le centre franco-weimarien menace maintenant de céder. Mais Taupadel, à la tête de quatre escadrons de cavalerie, parvient à prendre l’ennemi de flanc, faisant plier l’aile droite impériale.

Il est quinze heures. Sur l’aile droite alliée, les Bavarois, qui tiennent toujours la lisière du bois de Fimmelsen, reprennent l’offensive. Les régiments de cavalerie bavarois débouchent par une clairière et tentent une percée. Cette charge est dans un premier temps stoppée par la cavalerie suédoise commandée par le comte Hoditz. Mais celui-ci est gravement blessé dans l’action. Les Bavarois profitent alors de la confusion qui s’empare des Suédois. Guébriant, qui a senti le danger, envoie Taupadel à la tête de quatre escadrons weimariens renforcer l’aile droite suédoise. La charge de Taupadel à la tête de deux de ses régiments de cavalerie (Nassau et Taupadel) fait plier les cuirassiers bavarois. Königsmark en profite pour reformer sa cavalerie et repartir à l’attaque : Ses escadrons enfoncent quelques unités ennemies. L’infanterie de Wahl reflue alors dans les bois, au bord de la rupture. Au même moment, les Impériaux resserrent leurs rangs, essayant tant bien que mal de tenir le centre et l’aile droite.

L’heure de la retraite sonne

Vers dix-neuf heures, Piccolomini rameute ses escadrons vers le bois de Fimmelsen, afin de soutenir les Bavarois. Il parvient à rallier les régiments de Wahl. Ceux-ci, épuisés, ne pourront repartir à l’attaque. L’heure de la retraite a sonné. Ce jour là, la cavalerie impériale, placée au début de l’action à l’arrière-garde, aura brillé par son absence : « Elle reçut tant de coups de canon qu’elle se retira sans attaquer » écrira Guébriant. Les cavaliers de Piccolomini se déploient alors à quelque distance du bois de Fimmelsen pour protéger la retraite de la cavalerie bavaroise et de l’infanterie impériale.

Les Impériaux et Bavarois perdirent ce jour là un peu plus de 3100 hommes, ainsi que 45 drapeaux et cornettes. Le général Wahl trouvera la mort durant la bataille. Les alliés ne déplorent pour leur part que 200 tués et 500 blessés. La part prise à cette victoire par Guébriant aurait été fondamentale. « Il empêcha la retraite, il persuade le combat, il y commanda, et il y fit merveilles de sa personne » rapporte la Gazette de France.

Ordre de bataille allié (24 400 hommes)

Suédois (13 000 hommes dont 6 000 cavaliers) :

L’armée suédoise compte au total 12 brigades d’infanterie, 43 escadrons de cavalerie et 26 canons : au centre, quatre brigades d’infanterie sont commandées par Wrangel et trois brigades par Pfuhl, le reste des brigades occupant les fortifications entre franco-weimariens et suédois. La cavalerie est disposée sur les ailes suédoises et en seconde ligne : Wittenberg commande l’aile gauche de cavalerie (entre franco-weimariens et suédois) et Königsmark commande l’aile droite, dont le premier échelon compte quinze escadrons.

Nous ne possédons pas l’ordre de bataille exact des alliés. Mais une montre datant du 30 juin 1641 nous permet de connaître les régiments qui étaient présents lors de la bataille, sans connaître leur position exacte sur le champ de bataille.

L’infanterie « suédoise » (en réalité allemande à l’exception du vieux régiment bleu) compte les régiments Baner (c’est à dire le régiment Alt-Blau à 12 compagnies), Torstensson (12 compagnies), Pfuhl (8), Wrangel (8), Wittenberg (12), Mortaigne (12), Österling (8), Döring (8), Paikull (8), Bibau (8), Schneeberg (8), Ruth (12), Piettenberg (12), Innes (8), Strijks (8), Haake (8), Goltz (8), soit 17 régiments totalisant 168 compagnies et formant 12 brigades de la taille d’un bataillon.

La cavalerie « suédoise » compte les régiments Baner (12 compagnies), Torstensson (8), Cratzenstein (8), Pfuhl (5), Wittenberg (8), Königsmark (12), Billinghausen (12), Gustafson (10), Henrik (12), Horns (8), Landgrave d’Hesse (12), Derfflinger (8), Hoditz (10), Douglas (8), Witzleben (12), Birkenfeld (8), Seckendorf (8), Duwall (8), Geres (8), Jeskew (6), Fritzlews (8), Schlangen (12), Kinsky (6), Höcking (8) et Grünes (dragons, 8), pour un total de 25 régiments totalisant 228 compagnies en 42 escadrons. Les régiments Baner, Königsmark, Billinghausen, Gustafson, Henrik, Landgrave d’Hesse, Hoditz, Witzleben et Schlangen formaient probablement chacun deux escadrons ; les régiments Pfuhl, Jeskew et Kinsky chacun un escadron ; les régiments Torstenson, Cratzenstein, Wittenberg, Horns, Dörfflinger, Douglas, Birkenfeld, Seckendorf, Duwall, Geres, Fritzlews, Höcking et Grünes entre un et deux escadrons chacun.

A ces 7 000 fantassins et 6 000 cavaliers s’ajoutent 26 canons.

Français et Weimariens (6 000 hommes dont 2 000 cavaliers) :

Les régiments de cavalerie français sont probablement les régiments Guébriant et Watronville, répartis en quatre escadrons. Les régiments d’infanterie français sont probablement Melun, Guébriant, Nettancourt et Montausier formant deux bataillons.

Les régiments de cavalerie weimariens sont probablement Rosen, Taupadel, Nassau, Kanoffsky, Ohm, Muller, Schon, Caldenbach, Witersheim, Rotenham, formant vingt escadrons.

Les régiments d’infanterie weimariens ne sont pas connus parmi les huit existants (Forbus, Hattstein, Schonbeck, Flersheim, Hodiowa, Kannoffsky, Moser et Schmidtberg). Les régiments de Flersheim et Schmidtberg sont probablement présents.

Les bataillons ou brigades d’infanterie franco-weimariens sont de l’ordre de 1 000 hommes chacun. Les escadrons sont de petite taille, avec moins de 100 chevaux par escadron.

Quelques drapeaux de régiments français (dont certains étaient présents à la bataille)

Brunswick-Lunebourg (5 400 hommes dont 1 300 cavaliers) :

En 1638, Georges-Guillaume, duc de Brunswick-Lünebourg réunit une armée de 9000 hommes, qui atteignit plus tard à 12 000 hommes. Il nomme von Klintzig lieutenant général pour commander les troupes à son service.

La cavalerie comprend le régiment de cavalerie de la garde commandé par von Schönberg, les régiments de cuirassiers Meier, von Warberg, Koch et Danneberg. L’infanterie comprend le régiment « rouge » von Schlütter et le régiment « bleu » (peut être le régiment Braun) à six compagnies chacun, le régiment de la garde von Bessel et le régiment « jaune » von Waldow à deux compagnies chacun, pour un effectif total de 5 400 hommes, dont 1 300 cavaliers, engagés réellement dans la bataille.

A Wolfenbüttel, la cavalerie formait six gros escadrons d’un peu plus de 200 chevaux chacun : le Leib-régiment formait donc probablement 2 escadrons, les quatre autres régiments formant chacun un escadron.

Les 16 compagnies d’infanterie présentes provenant des quatre régiments cités formaient deux bataillons de 1000 à 1200 hommes, en plus des compagnies réparties dans les différents forts de l’extrême gauche.

L’aile franco-weimarienne compte ainsi six bataillons ou brigades d’infanterie, trente escadrons de cavalerie et cinq canons.

Ordre de bataille impérial et bavarois (20 à 21 000 hommes)

Même si les effectifs de l’armée bavaro-impériale restent sujet à conjecture, son ordre de bataille est lui parfaitement connu, grâce à deux schémas réalisés sur place par l’état-major. Vous en trouverez une reproduction ci-joint.

La cavalerie est répartie aux deux ailes et en réserve, l’infanterie occupant le centre, le tout sur trois échelons.

La cavalerie impériale occupe l’aile droite du dispositif, avec les régiments Montecuccoli, Alt-Piccolomini, Neu-Piccolomini (c’est à dire « vieux » et « nouveau » Piccolomini), Misling, Pompeji, Spiegell, Braganza, Caba, Bucheim, Harasdorf, Brouay et Gonzaga, le tout formant 25 escadrons. Des compagnies de dragons à pied provenant des régiments Gallas et Gall de Burk sont répartis entre les escadrons de cavalerie de la seconde ligne.

L’aile gauche de cavalerie comprend les régiments impériaux Geleen, Gisenburg, Sperreuter, Jung et Rodovan, les régiments impériaux Kolb, Löwenstein, Truckmüller, Gayling, Mercy, Werth et Spork, le tout formant aussi 25 escadrons. Comme pour l’aile droite, des compagnies de dragons à pied provenant du régiment bavarois Wolf sont répartis entre les escadrons de cavalerie de la seconde ligne.

Le centre compte onze bataillons d’infanterie répartis sur deux lignes, formés à partir des régiments impériaux Savelli, Caretto, Suys, Fernemont, Matthei, Gonzaga, Hage, Borri, Waldstein et (probablement) Rannft, ainsi que des régiments bavarois Hagenbach, Mercy, Hunoldstein, Hasslang, Gold et Winterscheid. La troisième ligne est occupée par sept escadrons de cavalerie, les gardes du corps de Piccolomini en formant quatre, le régiment de cuirassiers impérial Wintz un, et les régiments d’arquebusiers montés impériaux Munster et Grodetzky, à priori trois.

Onze canons et trois régiments de croates (Foldvary, Reikowitz et Losy) complètent le tout, sans que l’on sache leur position dans l’ordre de bataille.

Au total, l’armée impériale et bavaroise réunit 57 escadrons (y compris les croates), 11 bataillons et 11 canons.

 

Quelques drapeaux impériaux appartenant à un même régiment (régiment inconnu)

Simuler Wolfenbüttel

Wolfenbüttel est une bataille déséquilibrée avec un peu plus de 24 000 alliés bien protégés affrontant moins de 21 000 impériaux et bavarois. Néanmoins, le déploiement allié, reposant essentiellement sur la ligne de fortifications, est plus rigide. En contrepartie, l’armée impériale et bavaroise a l’initiative, c’est à dire le choix du point où va porter son effort. Piccolomini et l’Archiduc Leopold commandent les impériaux et bavarois, Guébriant et Königsmark les alliés. Pour les besoins du jeu, le comte de Guébriant est considéré comme général en chef de l’armée alliée, Piccolomini comme général en chef de l’armée impériale et bavaroise.

Pour équilibrer la partie, il est donc conseillé de limiter les possibilités d’activation des unités brunswickoises, à l’extrême gauche du dispositif allié : les unités de mousquetaires placées dans les fortins et les deux bataillons d’infanterie brunswickois ne devront pas quitter leur emplacement. Il en sera de même pour le bataillon français (ou brigade) de gauche formé des régiments Guébriant et Melun. La veille de la bataille, Guébriant, pour s’assurer la protection du fort qui gardait la digue, l’avait fait défendre par une brigade brunswickoise et par ces deux régiments, avec ordre de pénétrer dans le fort si nécessaire. Toujours dans un soucis d’équilibre, la cavalerie brunswickoise ne pourra pas quitter l’aile gauche alliée. Elle dépend d’ailleurs du général Klitzing.

Leifferten, Wolfenbüttel, Thÿde et Fimmelsen sont représentés par des villages (fortifiés ou non) et la plaine inondée au sud de Wolfenbüttel par un lac infranchissable.

 

Jouer avec la règle Liber Militum : Tercios

La bataille de Wolfenbüttel voit s’affronter deux armées importantes, avec plus de 20 000 hommes de chaque côté. Vous aurez donc besoin de beaucoup de figurines pour jouer à LM Tercios. Mon conseil est de réduire le nombre d’escadrons et de bataillons par deux (un bataillon/escadron sur la table pour deux bataillons/escadrons réels).

Tous les bataillons d’infanterie français, weimariens et brunswickois sont des bataillons réformés avec la règle « brigade » et sont armés de piques et de mousquets. Les suédois n’utilisent plus la « brigade suédoise » depuis la mort de Gustave Adolphe. Vous pouvez néanmoins utiliser des escadrons modernes pour les suédois mais en prenant l’option d’enlever l’unité de mousquetaire et de compenser en passant l’un des escadrons en vétéran. Les bataillons suédois sont de petite taille (moins de 600 hommes en moyenne) et la stamina de 3 des brigades « modernes » simulera ce petit effectif. Pour simplifier, compter 4 brigades de 3 escadrons suédois et 2 brigades de bataillons français, weimariens ou brunswickois. Pour les suédois, concentrer les bataillons de vétérans au sein d’une même brigade pour représenter le vieux régiment bleu (Alt-Blau).

Les régiments de cavalerie suédois, français et weimariens sont des escadrons de cavalerie moderne, de type « demi-cuirassiers » (les demi-cuirassiers ont un courage de 4 au lieu de 3 : voir page 18 de l’extension Kingdoms). Les régiments de cavalerie brunswickois forment 6 escadrons de cuirassiers (donc 3 unités à 2 escadrons). Il y a au total 72 escadrons de cavalerie alliés soit 36 unités de 2 plaquettes. Il y avait un régiment de dragons dans la cavalerie suédoise, mais ce régiment a à priori combattu au sein de la ligne de bataille : à vous de décider si vous préférez remplacer une unité de 2 escadrons de cavalerie par suédoise par 2 compagnies de dragons.

Les régiments d’infanterie bavarois et impériaux sont des régiments réformés à 3 bataillons réformés (Wallenstein a en effet réformé l’infanterie impériale en 1632), armés de piques et mousquets. Compter 3 brigades à 3 bataillons et une brigade à 2 bataillons

Les régiments de cuirassiers impériaux sont formés en partie d’escadrons de cavalerie moderne, de type demi-cuirassiers (Les demi-cuirassiers ont un courage de 4 au lieu de 3 : voir page 18 de l’extension Kingdoms), et en partie d’escadrons de Cuirassiers. Les gardes du corps de Piccolomini (3 escadrons) sont des cuirassiers « élite » (même s’ils n’ont pas combattus dans la réalité !). Les régiments d’arquebusiers impériaux sont formés d’escadrons d’arquebusiers à cheval. Les régiments de Croates sont formés d’escadrons de cavalerie légère (Light Horse) avec pistolets. Les compagnies de dragons sont formées chacune d’une unité de dragons.

La cavalerie impériale et bavarois comprend au total 57 escadrons dont 3 escadrons de gardes de Piccolomini, 6 escadrons d’arquebusiers à cheval, 48 escadrons de cuirassiers et 2 escadrons de Croates. Huit compagnies de dragons s’ajoutent à ce total. Cela nous donne donc 27 « régiments » à 2 plaquettes, 1 « régiment » à 3 plaquettes (gardes) et 8 compagnies (i.e. plaquettes) de dragons.

Nous ne connaissons pas la répartition des pièces d’artillerie par calibre. Pour simplifier, nous considérerons que tous les bataillons d’infanterie alliés (18) possèdent une pièce d’artillerie légère attachée (fauconneau). Le reste de l’artillerie (13 canons pour les alliés et 11 pour les impériaux et bavarois) est considérée comme artillerie moyenne.

La ligne de bataille alliée, entre l’aile gauche suédoise et la plaine inondée est protégée par des remblais de pierre et de terre, considérés comme des murs (règle « Wall »).

Si vous jouez à la règle LM Tercios avec budget (version règle imprimée), n’hésitez pas à passer quelques unités impériales ou bavaroises en « vétérans » et quelques unités de cuirassiers en « lourd » (heavy) afin d’équilibrer les armées.

Pour jouer ce scénario avec des effectifs plus facilement gérables, diviser tous ces chiffres (bataillons/escadrons d’infanterie et régiments/escadrons de cavalerie) par deux. Compter ainsi 2 brigades d’infanterie suédoise à 3 bataillons modernes et une brigade d’infanterie franco-weimarienne à 3 bataillons réformés pour les alliés et 2 brigades classiques à 3 bataillons pour le camp impériale (une brigade impériale et une brigade bavaroise). Pour la cavalerie alliée, compter 36 plaquettes (18 unités de 2 escadrons) et pour les impériaux, compter 30 plaquettes (15 unités de 2 plaquettes) plus 4 unités de dragons. Diviser aussi le nombre de pièces d’artillerie pas deux.

Bibliographie

Il n’existe à ma connaissance pas d’ouvrage qui aborde la bataille de Wolfenbüttel. « The later Thirty Years War » de William P. Guthrie y consacre tout de même une petite page.

Stéphane Thion