Archives de
Étiquette : Bavière

La bataille de Rheinfelden (3 mars 1638)

La bataille de Rheinfelden (3 mars 1638)

 

Fin 1637, le duc Bernard de Saxe-Weimar, maintenant au service de la France, passe en Alsace, venant de Lorraine, et traverse le Rhin. Puis il traverse la montagne noire en direction de Zürich, dans l’espoir de faire des levées en Suisse. L’armée du Duc compte alors dix régi­ments de cavalerie et huit d’infanterie. Alors que son adversaire, le duc de Savelli, ayant pris ses quartiers d’hivers à Fribourg, pourvoit en hommes les villes menacées, le duc de Weimar remonte le Rhin et fait sa jonction avec le duc de Rohan qui était en Valteline. Souhaitant empêcher les Impériaux de secourir le duc Charles de Lorraine, Weimar part le 28 janvier 1638 pour Laufenburg, qu’il prend le 30 janvier. Après avoir négocier la reddition de la ville de Waldshut, le duc Bernard se porte sur Rheinfel­den, ville située plus en aval, pour en faire le siège alors que ses subordonnés Nassau et Rosen sont envoyés vers l’Est, du côté de Constance et de Lindau, pour surveiller l’ennemi.

Bernard fait bloquer les accès de Rheinfelden aux premiers jours de février puis met son artillerie en batterie. L’armée weimarienne prend alors ses quartiers d’hivers, tout en s’activant au siège. Les 22, 26 et 28 février, trois mines explosent mais la ville résiste toujours. C’est alors que les impériaux vont réagir. Le 28 février, Jean de Werth réunit ses Bavarois aux Impériaux du duc Savelli, et se présente vers 8 heures du matin avec neuf régiments de cavalerie, quatre régiments d’infanterie fai­sant près de 3 000 hommes et deux compagnies de Croates. Les troupes impériales étaient à l’aile droite sous le commandement de Savelli, et les bavaroises à gauche, sous Jean de Werth. Alors que l’aile droite du duc Bernard enfonce l’aile gauche des ennemis, les impériaux mettent la gauche weimarienne en fuite. Le duc de Rohan qui sert alors dans l’armée de Weimar, y est blessé et fait prisonnier.  Le camp weimarien est pris ainsi que plusieurs officiers, forçant le duc à lever le siège.

Cette première bataille se solde par un échec pour le duc de Wei­mar. Mais celui-ci ne se décourage pas : il lève le siège et repart pour Laufenburg et Säckingen où il prend un avant-poste impérial. Enfin, ayant reposé et restauré ses hommes, il revient sur la plaine de Rhein­felden proposer la bataille à Savelli et de Werth, le 3 mars 1638. Les deux généraux bavaro-impériaux ne peuvent réunir toutes leurs trou­pes. Il leur manque ainsi trois de leurs meilleurs régiments de cava­lerie, les cuirassiers de Lamboy & de Billehe et les demi-cuirassiers de Sperreuter. Mais Savelli organise sa défense derrière un fossé de drainage, sa droite appuyée sur le Rhin et sa gauche sur un bois, son armée disposée en trois échelons.

L’armée du duc de Weimar, progresse en bon ordre vers l’ennemi. Alors que Taupadel fixe l’aile gauche ennemie et que l’artillerie ouvre de larges sillons dans les bataillons ennemis, les deux bataillons d’infan­terie weimariens franchissent le fossé. Les trois bataillons impériaux et bavarois, déployés hâtivement et affaiblis par les tirs combinés de l’infanterie et de l’artillerie régimentaire weimarienne, lâchent alors pied en entraînant la cavalerie dans leur fuite. Malgré la bonne tenue de l’aile de Werth, qui essaye de couvrir la déroute, l’armée impériale est annihilée : les pertes sont de 500 tués et 3 000 prisonniers.

 

 

Les armées impériale et bavaroise à Rheinfelden (1638)

Général en chef : duc Frederico Savelli & feld marshall Jean de Werth (Command Rating 8)

Aile droite impériale : Savelli

1er échelon : 1 régiment d’arquebusiers à cheval bavarois (Neunech) en 2 escadrons.

2e échelon : 1 régiment de dragons bavarois diminué (Wolf) soit 1 escadron et 2 esca­drons des cuirassiers bavarois Gayling. Ces deux escadrons sont répartis face aux intervalles de l’infanterie, de part et d’autre d’Henderson.

3e échelon : 1 escadron de Croates impériaux en 2 compagnies (Rejcovics) et 1 escadron des cuirassiers bavarois Gayling, placé entre les 2 premiers escadrons de ce régiment.

Centre : Sperreuter

1er échelon : 3 régiments d’infanterie bavarois, formant 3 bataillons (1 régiment impérial, Hen­derson, et 2 régiments bavarois, Pappenheim et Gold).

2e échelon : 2 escadrons des arquebusiers bavarois de Horst, répartis face aux intervalles de l’infanterie de Gold.

Aile gauche bavaroise : Jean de Werth

1er échelon : 1 régiment d’arquebusiers à cheval bavarois (Werth) en 2 escadrons et 1 régiment d’infanterie bavarois (Wahl) formant 1 bataillon contre les bois à l’extrême gauche.

2e échelon : 2 escadrons d’arquebusiers à cheval impériaux (régiment Valois ou Salis), face aux intervalles du premier échelon, entre les escadrons de Werth et l’infanterie de Wahl.

Aucune artillerie, mais un rideau de tirailleurs, près de la moitié des mousquetaires de l’armée, a été placé derrière le fossé de drainage.

Note : Les Bavarois étaient organisés sur les mêmes lignes que les Im­périaux, en régiments d’une dizaine de compagnies, pour l’in­fanterie comme pour la cavalerie, faisant maintenant de l’ordre d’un millier d’hommes, beaucoup moins en pratique, surtout pour la cavalerie. Durant les années 1636-38, les régiments et bataillons d’infanterie impériaux comptent 600 à 900 hommes alors que les régiments de cavalerie comptent de 300+ chevaux. L’infanterie combat en bataillons disposés sur dix rangs et la cavalerie en escadrons disposés sur quatre ou cinq rangs et chargeant au trot.

Lors de la première bataille de Rheinfelden, le 28 février, l’ar­mée bavaro-impériale est estimée à près de 7 500 hommes dont 4 500 à 5 000 cavaliers en 20 escadrons et 2 500 fantassins en trois bataillons et ne dispose d’aucune pièce d’artillerie. Le 3 mars, il manquera trois des régiments de cavalerie faisant 1 500 chevaux.

Pour LM Tercios, un bataillon d’infanterie impérial ou bavarois est représenté par un escadron classique modernisé (Classic squadron option modernised), les escadrons de cuirassiers par des escadrons de cuirassiers lourds (options heavy et caracole), les escadrons d’arquebusiers à cheval par des escadrons d’arquebusiers montés et les escadrons de Croates par des escadrons de cavalerie légère avec arquebuse (light horse, options veteran & arquebus).

 

L’armée weimarienne à Rheinfelden (1638)

Général en chef : duc Bernard de Saxe-Weimar (Command Rating 9)

Aile droite : Taupadel

Cavalerie : 5 régiments de demi-cuirassiers en 10 esca­drons, sur deux échelons : 3 en première ligne (Potbus, Wurtemberg et Nassau) et 2 en seconde ligne (Tau­padel et Rhingrave), dans les intervalles.

Aile gauche : Bernard de Saxe-Weimar

Cavalerie : 5 régiments de demi-cuirassiers en 10 escadrons, sur deux échelons : 2 en première ligne (Bo­dendorf et Rosen) et 3 en seconde ligne (Kanoffsky, entre les 2 bataillons d’infanterie, Ohm, entre Bodendorf et l’in­fanterie, et Caldenbach, entre les deux régiments de cavale­rie de première ligne).

2 régiments d’infanterie (Forbus & Hattstein) en 2 bataillons au centre.

Artillerie : 8 pièces légères de bataillons (de 3 livres) et 4 pièces moyennes de 12 livres.

Note : À la mi-1637, l’armée du duc Bernard de Saxe-Weimar se com­pose de dix régiments de cavalerie faisant 5 000 chevaux et quatre régiments d’infanterie totalisant 4 000 hommes. En janvier 1638, il ne reste que 4 000 chevaux en dix régiments et 2 000 fantassins en deux régiments. Chaque régiment de cavalerie compte théoriquement huit compagnies totalisant 500 hommes alors que les régiments d’infanterie comprennent théoriquement douze com­pagnies de 100 hommes, pour un total de 1 200 hommes. Cet établissement sera rarement atteint. Les weimariens combattent comme les suédois, en « brigades » (ou bataillons) de 700 à 1 000 hommes disposés sur six rangs et en escadrons de 200 chevaux disposés sur trois rangs et chargeant au galop.

L’armée de Bernard de Saxe-Weimar à Rheinfelden est estimée à 6 000 hom­mes dont 4 000 chevaux en 20 escadrons, 2 000 fantassins en deux bataillons et 14 canons (8 pièces de bataillon de 3 livres, 4 pièces de 12 et 2 pièces de 24).

Pour LM Tercios, les 2 bataillons d’infanterie sont des escadrons modernes vétérans (modern squadron, option veteran) ; les escadrons de cavalerie sont des escadrons de  cavalerie moderne demi-cuirassiers (modern cavalry, options demi-cuirassiers). Si vous n’avez pas l’extension Kingdoms, ces escadrons sont Cuirassiers avec option Modern Cavalry (ce qui revient au même !). L’artillerie légère peut être transformée en regimental gun.

Alternative : donner à l’ensemble de la cavalerie weimarienne, l’option veteran. mais il vous faudra en faire de même avec la cavalerie bavaro-impériale pour équilibrer. Vous pouvez par ailleurs équilibrer les armées en donnant cette option à quelques  unités après calcul des budgets des deux armées.

Enfin, vous pouvez diviser le nombre d’unités par deux, pour les deux armées, si vous n’avez pas assez de figurines.

Bon jeu !

La bataille de Wolfenbuttel (29 juin 1641)

La bataille de Wolfenbuttel (29 juin 1641)

Wolfenbuttel (1641) :  Quand les Français de Guébriant volent au secours des Suédois !

Peu connue, la bataille de Wolfenbuttel voit une armée franco-suédoise affronter les Impériaux de l’Archiduc Leopold et Piccolomini.

Cette année là, c’est le comte de Guébriant, succédant au duc de Longueville, qui est à la tête de l’armée franco-weimarienne d’Allemagne. Leonard Torstensson a été appelé pour succéder au brillant Baner, mort le 20 mai, mais en l’attendant, c’est Königsmark qui est en charge de l’armée suédoise.

Début juin 1641, la ville de Wolfenbuttel est assiégée par les Brunswickois de Klitzing. Ceux-ci, craignant une attaque des Impériaux, appellent le comte de Guébriant à leur secours. L’Archiduc Leopold, secondé par Piccolomini, a de son côté réuni une forte armée composée d’Impériaux et de Bavarois. Le 28 juin au matin, l’armée franco-suédoise franchit l’Oder et se poste vis-à-vis de la digue construite par Klitzing pour inonder la ville. Quatre heures plus tard l’Archiduc et Piccolomini apparaissent. Ils installent leur armée sur une hauteur face à Wolfenbuttel. Prenant peur, les Brunswickois fuient vers les franco-weimariens, en semant la confusion dans leurs rangs. Les Brunswickois parviennent même à convaincre certains généraux Suédois d’abandonner le siège ! Mais Guébriant est là. Prenant les choses en main, il parvient à convaincre ses alliés de combattre. Pendant ce temps, les impériaux vont occuper cette journée à détruire les travaux de siège. L’attaque est planifiée pour le lendemain.

L’armée alliée, estimée à un peu plus de 24 000 hommes (5 400 brunswickois, 6 000 franco-weimariens et 13 000 suédois) se déploie sur une position solide : les troupes du Brunswick-Lünebourg occupent l’extrême gauche, appuyées sur la rivière Ocker et la digue, les Français et Weimariens de Guébriant sont au centre gauche, sur le plateau de Limberg, bien protégés par une large tranchée. Les Suédois de Königsmark occupent le centre droit et la droite, face au bois de Fimmelsen (ou Fümelsen). Une batterie de douze canons placée sur une colline centrale couvre la ligne de bataille.

Les forces impériales et bavaroises, estimées à près de 21 000 hommes vont se déployer face à l’aile droite alliée, formant un angle : à l’aile droite, Piccolomini avec la cavalerie impériale de Bruay devra réaliser une attaque de diversion sur l’aile gauche alliée ; les Impériaux de l’Archiduc Leopold, au centre, et les Bavarois de Wahl, à gauche, renforcés par les défenseurs de Wolfenbuttel, porteront l’attaque sur les Suédois. La gauche bavaroise déborde la droite suédoise : les brigades suédoises traversent donc un marais situé sur leur flanc et forment des abattis pour arrêter la cavalerie ennemie.

La bataille

Il est neuf heures du matin. Sans attendre les Impériaux, les Bavarois se jettent sur les Suédois qui tiennent ferme. Le vieux régiment bleu (alt-blau), un peu avancé, fini par plier, entraînant dans sa retraite toute la première ligne suédoise. Heureusement, c’est à ce moment que le régiment de cavalerie Baner charge les Bavarois de flanc, permettant au régiment d’élite de repartir à l’attaque. Trois attaques successives n’auront pas permis aux Bavarois de rompre les Suédois. Les régiments de Wahl se résolvent alors à se retirer dans les bois.

Il est maintenant midi. L’Archiduc Leopold et Piccolomini ayant erré plusieurs heures, par manque de reconnaissance du terrain, ne lancent leur attaque trois heures après celle des Bavarois, alors que ceux-ci ont été repoussés. Avec trois brigades d’infanterie impériale, l’Archiduc Leopold attaque le centre franco-weimarien qu’il parvient à repousser. Mais une batterie de 12 livres stoppe l’élan impérial. L’Archiduc lance alors deux régiments de cuirassiers à l’assaut de cette batterie et, dans le même temps, engage de nouvelles brigades sur le centre allié. Son attaque échoue une fois de plus, les franco-weimariens résistant fermement.

Un peu plus loin sur la gauche alliée, Piccolomini est parvenu à ébranler les Brunswickois. Tout le centre franco-weimarien menace maintenant de céder. Mais Taupadel, à la tête de quatre escadrons de cavalerie, parvient à prendre l’ennemi de flanc, faisant plier l’aile droite impériale.

Il est quinze heures. Sur l’aile droite alliée, les Bavarois, qui tiennent toujours la lisière du bois de Fimmelsen, reprennent l’offensive. Les régiments de cavalerie bavarois débouchent par une clairière et tentent une percée. Cette charge est dans un premier temps stoppée par la cavalerie suédoise commandée par le comte Hoditz. Mais celui-ci est gravement blessé dans l’action. Les Bavarois profitent alors de la confusion qui s’empare des Suédois. Guébriant, qui a senti le danger, envoie Taupadel à la tête de quatre escadrons weimariens renforcer l’aile droite suédoise. La charge de Taupadel à la tête de deux de ses régiments de cavalerie (Nassau et Taupadel) fait plier les cuirassiers bavarois. Königsmark en profite pour reformer sa cavalerie et repartir à l’attaque : Ses escadrons enfoncent quelques unités ennemies. L’infanterie de Wahl reflue alors dans les bois, au bord de la rupture. Au même moment, les Impériaux resserrent leurs rangs, essayant tant bien que mal de tenir le centre et l’aile droite.

L’heure de la retraite sonne

Vers dix-neuf heures, Piccolomini rameute ses escadrons vers le bois de Fimmelsen, afin de soutenir les Bavarois. Il parvient à rallier les régiments de Wahl. Ceux-ci, épuisés, ne pourront repartir à l’attaque. L’heure de la retraite a sonné. Ce jour là, la cavalerie impériale, placée au début de l’action à l’arrière-garde, aura brillé par son absence : « Elle reçut tant de coups de canon qu’elle se retira sans attaquer » écrira Guébriant. Les cavaliers de Piccolomini se déploient alors à quelque distance du bois de Fimmelsen pour protéger la retraite de la cavalerie bavaroise et de l’infanterie impériale.

Les Impériaux et Bavarois perdirent ce jour là un peu plus de 3100 hommes, ainsi que 45 drapeaux et cornettes. Le général Wahl trouvera la mort durant la bataille. Les alliés ne déplorent pour leur part que 200 tués et 500 blessés. La part prise à cette victoire par Guébriant aurait été fondamentale. « Il empêcha la retraite, il persuade le combat, il y commanda, et il y fit merveilles de sa personne » rapporte la Gazette de France.

Ordre de bataille allié (24 400 hommes)

Suédois (13 000 hommes dont 6 000 cavaliers) :

L’armée suédoise compte au total 12 brigades d’infanterie, 43 escadrons de cavalerie et 26 canons : au centre, quatre brigades d’infanterie sont commandées par Wrangel et trois brigades par Pfuhl, le reste des brigades occupant les fortifications entre franco-weimariens et suédois. La cavalerie est disposée sur les ailes suédoises et en seconde ligne : Wittenberg commande l’aile gauche de cavalerie (entre franco-weimariens et suédois) et Königsmark commande l’aile droite, dont le premier échelon compte quinze escadrons.

Nous ne possédons pas l’ordre de bataille exact des alliés. Mais une montre datant du 30 juin 1641 nous permet de connaître les régiments qui étaient présents lors de la bataille, sans connaître leur position exacte sur le champ de bataille.

L’infanterie « suédoise » (en réalité allemande à l’exception du vieux régiment bleu) compte les régiments Baner (c’est à dire le régiment Alt-Blau à 12 compagnies), Torstensson (12 compagnies), Pfuhl (8), Wrangel (8), Wittenberg (12), Mortaigne (12), Österling (8), Döring (8), Paikull (8), Bibau (8), Schneeberg (8), Ruth (12), Piettenberg (12), Innes (8), Strijks (8), Haake (8), Goltz (8), soit 17 régiments totalisant 168 compagnies et formant 12 brigades de la taille d’un bataillon.

La cavalerie « suédoise » compte les régiments Baner (12 compagnies), Torstensson (8), Cratzenstein (8), Pfuhl (5), Wittenberg (8), Königsmark (12), Billinghausen (12), Gustafson (10), Henrik (12), Horns (8), Landgrave d’Hesse (12), Derfflinger (8), Hoditz (10), Douglas (8), Witzleben (12), Birkenfeld (8), Seckendorf (8), Duwall (8), Geres (8), Jeskew (6), Fritzlews (8), Schlangen (12), Kinsky (6), Höcking (8) et Grünes (dragons, 8), pour un total de 25 régiments totalisant 228 compagnies en 42 escadrons. Les régiments Baner, Königsmark, Billinghausen, Gustafson, Henrik, Landgrave d’Hesse, Hoditz, Witzleben et Schlangen formaient probablement chacun deux escadrons ; les régiments Pfuhl, Jeskew et Kinsky chacun un escadron ; les régiments Torstenson, Cratzenstein, Wittenberg, Horns, Dörfflinger, Douglas, Birkenfeld, Seckendorf, Duwall, Geres, Fritzlews, Höcking et Grünes entre un et deux escadrons chacun.

A ces 7 000 fantassins et 6 000 cavaliers s’ajoutent 26 canons.

Français et Weimariens (6 000 hommes dont 2 000 cavaliers) :

Les régiments de cavalerie français sont probablement les régiments Guébriant et Watronville, répartis en quatre escadrons. Les régiments d’infanterie français sont probablement Melun, Guébriant, Nettancourt et Montausier formant deux bataillons.

Les régiments de cavalerie weimariens sont probablement Rosen, Taupadel, Nassau, Kanoffsky, Ohm, Muller, Schon, Caldenbach, Witersheim, Rotenham, formant vingt escadrons.

Les régiments d’infanterie weimariens ne sont pas connus parmi les huit existants (Forbus, Hattstein, Schonbeck, Flersheim, Hodiowa, Kannoffsky, Moser et Schmidtberg). Les régiments de Flersheim et Schmidtberg sont probablement présents.

Les bataillons ou brigades d’infanterie franco-weimariens sont de l’ordre de 1 000 hommes chacun. Les escadrons sont de petite taille, avec moins de 100 chevaux par escadron.

Quelques drapeaux de régiments français (dont certains étaient présents à la bataille)

Brunswick-Lunebourg (5 400 hommes dont 1 300 cavaliers) :

En 1638, Georges-Guillaume, duc de Brunswick-Lünebourg réunit une armée de 9000 hommes, qui atteignit plus tard à 12 000 hommes. Il nomme von Klintzig lieutenant général pour commander les troupes à son service.

La cavalerie comprend le régiment de cavalerie de la garde commandé par von Schönberg, les régiments de cuirassiers Meier, von Warberg, Koch et Danneberg. L’infanterie comprend le régiment « rouge » von Schlütter et le régiment « bleu » (peut être le régiment Braun) à six compagnies chacun, le régiment de la garde von Bessel et le régiment « jaune » von Waldow à deux compagnies chacun, pour un effectif total de 5 400 hommes, dont 1 300 cavaliers, engagés réellement dans la bataille.

A Wolfenbüttel, la cavalerie formait six gros escadrons d’un peu plus de 200 chevaux chacun : le Leib-régiment formait donc probablement 2 escadrons, les quatre autres régiments formant chacun un escadron.

Les 16 compagnies d’infanterie présentes provenant des quatre régiments cités formaient deux bataillons de 1000 à 1200 hommes, en plus des compagnies réparties dans les différents forts de l’extrême gauche.

L’aile franco-weimarienne compte ainsi six bataillons ou brigades d’infanterie, trente escadrons de cavalerie et cinq canons.

Ordre de bataille impérial et bavarois (20 à 21 000 hommes)

Même si les effectifs de l’armée bavaro-impériale restent sujet à conjecture, son ordre de bataille est lui parfaitement connu, grâce à deux schémas réalisés sur place par l’état-major. Vous en trouverez une reproduction ci-joint.

La cavalerie est répartie aux deux ailes et en réserve, l’infanterie occupant le centre, le tout sur trois échelons.

La cavalerie impériale occupe l’aile droite du dispositif, avec les régiments Montecuccoli, Alt-Piccolomini, Neu-Piccolomini (c’est à dire « vieux » et « nouveau » Piccolomini), Misling, Pompeji, Spiegell, Braganza, Caba, Bucheim, Harasdorf, Brouay et Gonzaga, le tout formant 25 escadrons. Des compagnies de dragons à pied provenant des régiments Gallas et Gall de Burk sont répartis entre les escadrons de cavalerie de la seconde ligne.

L’aile gauche de cavalerie comprend les régiments impériaux Geleen, Gisenburg, Sperreuter, Jung et Rodovan, les régiments impériaux Kolb, Löwenstein, Truckmüller, Gayling, Mercy, Werth et Spork, le tout formant aussi 25 escadrons. Comme pour l’aile droite, des compagnies de dragons à pied provenant du régiment bavarois Wolf sont répartis entre les escadrons de cavalerie de la seconde ligne.

Le centre compte onze bataillons d’infanterie répartis sur deux lignes, formés à partir des régiments impériaux Savelli, Caretto, Suys, Fernemont, Matthei, Gonzaga, Hage, Borri, Waldstein et (probablement) Rannft, ainsi que des régiments bavarois Hagenbach, Mercy, Hunoldstein, Hasslang, Gold et Winterscheid. La troisième ligne est occupée par sept escadrons de cavalerie, les gardes du corps de Piccolomini en formant quatre, le régiment de cuirassiers impérial Wintz un, et les régiments d’arquebusiers montés impériaux Munster et Grodetzky, à priori trois.

Onze canons et trois régiments de croates (Foldvary, Reikowitz et Losy) complètent le tout, sans que l’on sache leur position dans l’ordre de bataille.

Au total, l’armée impériale et bavaroise réunit 57 escadrons (y compris les croates), 11 bataillons et 11 canons.

 

Quelques drapeaux impériaux appartenant à un même régiment (régiment inconnu)

Simuler Wolfenbüttel

Wolfenbüttel est une bataille déséquilibrée avec un peu plus de 24 000 alliés bien protégés affrontant moins de 21 000 impériaux et bavarois. Néanmoins, le déploiement allié, reposant essentiellement sur la ligne de fortifications, est plus rigide. En contrepartie, l’armée impériale et bavaroise a l’initiative, c’est à dire le choix du point où va porter son effort. Piccolomini et l’Archiduc Leopold commandent les impériaux et bavarois, Guébriant et Königsmark les alliés. Pour les besoins du jeu, le comte de Guébriant est considéré comme général en chef de l’armée alliée, Piccolomini comme général en chef de l’armée impériale et bavaroise.

Pour équilibrer la partie, il est donc conseillé de limiter les possibilités d’activation des unités brunswickoises, à l’extrême gauche du dispositif allié : les unités de mousquetaires placées dans les fortins et les deux bataillons d’infanterie brunswickois ne devront pas quitter leur emplacement. Il en sera de même pour le bataillon français (ou brigade) de gauche formé des régiments Guébriant et Melun. La veille de la bataille, Guébriant, pour s’assurer la protection du fort qui gardait la digue, l’avait fait défendre par une brigade brunswickoise et par ces deux régiments, avec ordre de pénétrer dans le fort si nécessaire. Toujours dans un soucis d’équilibre, la cavalerie brunswickoise ne pourra pas quitter l’aile gauche alliée. Elle dépend d’ailleurs du général Klitzing.

Leifferten, Wolfenbüttel, Thÿde et Fimmelsen sont représentés par des villages (fortifiés ou non) et la plaine inondée au sud de Wolfenbüttel par un lac infranchissable.

 

Jouer avec la règle Liber Militum : Tercios

La bataille de Wolfenbüttel voit s’affronter deux armées importantes, avec plus de 20 000 hommes de chaque côté. Vous aurez donc besoin de beaucoup de figurines pour jouer à LM Tercios. Mon conseil est de réduire le nombre d’escadrons et de bataillons par deux (un bataillon/escadron sur la table pour deux bataillons/escadrons réels).

Tous les bataillons d’infanterie français, weimariens et brunswickois sont des bataillons réformés avec la règle « brigade » et sont armés de piques et de mousquets. Les suédois n’utilisent plus la « brigade suédoise » depuis la mort de Gustave Adolphe. Vous pouvez néanmoins utiliser des escadrons modernes pour les suédois mais en prenant l’option d’enlever l’unité de mousquetaire et de compenser en passant l’un des escadrons en vétéran. Les bataillons suédois sont de petite taille (moins de 600 hommes en moyenne) et la stamina de 3 des brigades « modernes » simulera ce petit effectif. Pour simplifier, compter 4 brigades de 3 escadrons suédois et 2 brigades de bataillons français, weimariens ou brunswickois. Pour les suédois, concentrer les bataillons de vétérans au sein d’une même brigade pour représenter le vieux régiment bleu (Alt-Blau).

Les régiments de cavalerie suédois, français et weimariens sont des escadrons de cavalerie moderne, de type « demi-cuirassiers » (les demi-cuirassiers ont un courage de 4 au lieu de 3 : voir page 18 de l’extension Kingdoms). Les régiments de cavalerie brunswickois forment 6 escadrons de cuirassiers (donc 3 unités à 2 escadrons). Il y a au total 72 escadrons de cavalerie alliés soit 36 unités de 2 plaquettes. Il y avait un régiment de dragons dans la cavalerie suédoise, mais ce régiment a à priori combattu au sein de la ligne de bataille : à vous de décider si vous préférez remplacer une unité de 2 escadrons de cavalerie par suédoise par 2 compagnies de dragons.

Les régiments d’infanterie bavarois et impériaux sont des régiments réformés à 3 bataillons réformés (Wallenstein a en effet réformé l’infanterie impériale en 1632), armés de piques et mousquets. Compter 3 brigades à 3 bataillons et une brigade à 2 bataillons

Les régiments de cuirassiers impériaux sont formés en partie d’escadrons de cavalerie moderne, de type demi-cuirassiers (Les demi-cuirassiers ont un courage de 4 au lieu de 3 : voir page 18 de l’extension Kingdoms), et en partie d’escadrons de Cuirassiers. Les gardes du corps de Piccolomini (3 escadrons) sont des cuirassiers « élite » (même s’ils n’ont pas combattus dans la réalité !). Les régiments d’arquebusiers impériaux sont formés d’escadrons d’arquebusiers à cheval. Les régiments de Croates sont formés d’escadrons de cavalerie légère (Light Horse) avec pistolets. Les compagnies de dragons sont formées chacune d’une unité de dragons.

La cavalerie impériale et bavarois comprend au total 57 escadrons dont 3 escadrons de gardes de Piccolomini, 6 escadrons d’arquebusiers à cheval, 48 escadrons de cuirassiers et 2 escadrons de Croates. Huit compagnies de dragons s’ajoutent à ce total. Cela nous donne donc 27 « régiments » à 2 plaquettes, 1 « régiment » à 3 plaquettes (gardes) et 8 compagnies (i.e. plaquettes) de dragons.

Nous ne connaissons pas la répartition des pièces d’artillerie par calibre. Pour simplifier, nous considérerons que tous les bataillons d’infanterie alliés (18) possèdent une pièce d’artillerie légère attachée (fauconneau). Le reste de l’artillerie (13 canons pour les alliés et 11 pour les impériaux et bavarois) est considérée comme artillerie moyenne.

La ligne de bataille alliée, entre l’aile gauche suédoise et la plaine inondée est protégée par des remblais de pierre et de terre, considérés comme des murs (règle « Wall »).

Si vous jouez à la règle LM Tercios avec budget (version règle imprimée), n’hésitez pas à passer quelques unités impériales ou bavaroises en « vétérans » et quelques unités de cuirassiers en « lourd » (heavy) afin d’équilibrer les armées.

Pour jouer ce scénario avec des effectifs plus facilement gérables, diviser tous ces chiffres (bataillons/escadrons d’infanterie et régiments/escadrons de cavalerie) par deux. Compter ainsi 2 brigades d’infanterie suédoise à 3 bataillons modernes et une brigade d’infanterie franco-weimarienne à 3 bataillons réformés pour les alliés et 2 brigades classiques à 3 bataillons pour le camp impériale (une brigade impériale et une brigade bavaroise). Pour la cavalerie alliée, compter 36 plaquettes (18 unités de 2 escadrons) et pour les impériaux, compter 30 plaquettes (15 unités de 2 plaquettes) plus 4 unités de dragons. Diviser aussi le nombre de pièces d’artillerie pas deux.

Bibliographie

Il n’existe à ma connaissance pas d’ouvrage qui aborde la bataille de Wolfenbüttel. « The later Thirty Years War » de William P. Guthrie y consacre tout de même une petite page.

Stéphane Thion

image_pdfimage_print