Archives de
Étiquette : 1634

L’armée impériale de Wallenstein (1632-1634)

L’armée impériale de Wallenstein (1632-1634)

Avant 1632, l’infanterie de la ligue catholique se formait en bataillons de 2 000 hommes sur 26 rangs. Les bataillons impériaux étaient de 1 000 hommes combattant sur 19-20 rangs. La cavalerie combattait en escadrons de 500 à 1 000 chevaux sur 8 à 10 rangs. Après le désastre de Breitenfeld, Wallenstein va réorganiser l’armée Impériale. Selon Gualdo, il déclara de quelle manière il voulait être obéi, & prescrivit à un chacun ses devoirs. Entre autres ordonnances il régla que l’armée dorénavant porterait des écharpes rouges, & défendit toute autre couleur sous peine de la vie. (…) Il défendit, sous peine d’encourir sa disgrâce, à la cavalerie depuis le soldat jusqu’au colonel d’être jamais sans bottes ni éperons, aux officiers d’infanterie d’en porter (…). Puis il se préoccupa du recrutement : Isolani fut en Croatie & dans la Hongrie lever de la cavalerie, & pour ce service il fut fait à son retour général de toutes les troupes légères. Les capitaines chargés de recruter se partagèrent : les uns furent en Moravie, d’autres en Silésie, dans l’Autriche, la Styrie, la Carinthie, enfin partout où ils comptaient de trouver des hommes désoeuvrés & enclins au métier des armes. (…) La plupart venaient tout équipés se rendre aux enrôleurs, perçant la foule du petit peuple qui les entourait & dont les cris de joie passaient alors pour le présage assuré de la ruine des Suédois. Une grande partie de la cavalerie était sans cuirasses & les avait perdues dans les déroutes passées, & surtout à la journée meurtrières de Lepzig. Walstein en tira quantité de Lombardie. Wallenstein commanda effectivement 4 000 armures complètes pour ses cuirassiers, dont la moitié avec des armets (casques fermés) et la moitié avec des Zischägge (pots hongrois), et plus de 6 000 armures pour arquebusiers (cuirasse complète ou demi-cuirasse frontale plus pot hongrois). Enfin, au même moment (juillet 1631), la Ligue Catholique ordonne la levée de 9 000 fantassins en 3 régiments et 2 000 cavaliers en 4 régiments.

Wallenstein va par ailleurs adapter ses formations : son infanterie se déploiera dès lors en bataillons de 500 à 1 000 hommes, les ⅔ de mousquetaires, sur 10 rangs. Le bloc de piquiers, au centre, comprendra 7 rangs de piquiers et 3 de mousquetaires sur le front. La cavalerie combattra en escadrons de 500 à 800 chevaux sur 6 rangs, 8 rangs selon Folard. Puis la profondeur des escadrons passera à 4 ou 5 rangs à partir de 1636, et enfin à 3 rangs dans les années 1640, selon Montecuccoli, pour 50 chevaux de front. Selon Schildknecht, les cuirassiers impériaux privilégient la caracole, chargeant serrés à rangs ouverts, faisant une décharge de pistolet si l’ennemi tient ferme, puis défilant à droite et à gauche pour laisser la place au rang suivant, le premier rang se reformant derrière l’escadron. Mais Gualdo rapporte qu’à Breitenfeld, les cavaliers saxons ne s’attendaient ni au feu ni au choc réitéré de cette cavalerie de l’avant-garde menée par Schaumbourg & Cronenberg, qui tous deux l’épée à la main chargeaient en furieux à la tête des escadrons. Attaqués de front & pris en flanc les Saxons se replièrent avec précipitation sur les escadrons de l’électeur qui dans cette confusion s’ouvrirent. Les impériaux en profitèrent pour entrer dans cette cavalerie (saxonne) le sabre à la main.

Les régiments de cavalerie sont toujours théoriquement à 10 compagnies de 100 chevaux, plutôt à 7 ou 9 compagnies de 65 à 80 chevaux en pratique. Certains régiments continueront longtemps à mixer des cuirassiers et des arquebusiers. Ainsi, en août 1645, l’Obristleutnant Graf Boussu, qui est en charge du régiment Piccolomini, commande 200 cuirasses et 300 carabines pour son régiment, qui compte 500 hommes. L’armée impériale comprend, en avril 1633, trois corps de cavalerie. Le corps de cavalerie de Piccolomini compte 50 compagnies et 3 900 chevaux (régiments Piccolomini, Matthias von Toscana, Franz von Toscana, Terzka et les deux compagnies de Leibgarde de Wallenstein ; le corps de Schaffgotsch, compte 72 compagnies pour 4 700 chevaux (régiments Woschiz, Strozzi, Gonzago, Bornewall, Trost, Schaffgotsch, Marradas, Götz, Hassenburg et Lobkowitz) ; enfin le corps de Sparr, compte 70 compagnies pour 4 600 chevaux (régiments Lindlow, Eichstedt, Colloredo, Sparr, Lintersheim, Morocini, Götz et Wintsch). Dans la seconde partie des années 1640, les régiments passeront à 750 cavaliers selon Montecuccoli.

Il faudra attendre les années 1640 pour que la cavalerie impériale commence réellement à s’alléger, à l’image des Suédois ou des Français. Auparavant, Wallenstein ne paraît pas avoir autorisé cette évolution, comme le sous-entend Montecuccoli : les arquebusiers ou carabiniers ne peuvent faire un corps solide, ni attendre de pied ferme le choc de l’ennemi, parce qu’ils n’ont point d’armes défensives : c’est pourquoi il ne serait pas à propos d’en avoir un grand nombre dans une bataille, parce qu’on ne saurait les placer qu’ils ne causent de la confusion en tournant le dos. Comme leur emploi est de tourner en caracolant, et de faire leur décharge, puis de se retirer si l’ennemi les presse par derrière et qu’ils se retirent si vite que cela ait l’air de fuite, ils ôtent le courage aux autres, ou bien ils les heurtent, et se renversent sur eux. C’est ce qui détermina Wallenstein général, des troupes de l’Empereur, de les proscrire de l’armée après la funeste expérience qu’il en fit à la bataille de Lutzen l’an 1632. Mais en janvier 1645, l’abandon de l’armure complète est proposée à Piccolomini, tout au moins pour son régiment. Le lieutenant-colonel Graff écrit ainsi que les lourdes et encombrantes cuirasses complètes, qui distinguent les cuirassiers des arquebusiers, soient remplacées par le casque et la cuirasse en deux parties et à l’épreuve des tirs. Il argumente que, lorsqu’il gèle, les hommes se plaignent des brazallen (armures de bras avec gant de fer) qui ne se peuvent porter, et peuvent se casser. Il précise enfin que, comme le souhaite Piccolomini, nous mettrons en place les carabiniers au nombre de 20 par compagnie, qui seront du plus bel effet. On retrouve là le régiment de cavalerie impérial des années 1640 et 1650, décrit par Montecuccoli : les régiments de cavalerie sont armés aujourd’hui de demi-cuirasses, qui ont le devant et le derrière, de bourguignottes composées de plusieurs lames de fer attachées ensemble par derrière et aux côtés pour couvrir le col et les oreilles, et de gantelets, qui couvrent la main jusqu’au coude. Les devants de cuirasse doivent être à l’épreuve du mousquet, et les autres pièces à l’épreuve du pistolet et du sabre. Leurs armes offensives sont le pistolet et une longue épée qui frappe d’estoc et de taille. Le premier rang pourrait avoir des mousquetons. (…) Les cuirasses entières sont admirables pour rompre et pour soutenir ; mais après avoir reconnu que si ces armes ne sont à l’épreuve, elles servent de peu, et que même, le fer venant à se rompre, les morceaux rendent les blessures plus grandes ; et qu’au contraire si elles sont à l’épreuve, elles sont trop pesantes, et embarrassent tellement la personne, que le cheval étant tombé, le cavalier ne saurait s’aider ; que d’ailleurs les brassards et les cuissards rompent les selles et les harnois, blessent les chevaux sur le dos, et les fatiguent beaucoup, on a jugé à propos de s’en tenir aux demi-cuirasses.

Enfin, selon Montecuccoli le rôle du dragon impérial n’est guère différent que celui de son homologue suédois : les dragons ne sont autre chose que de l’infanterie à cheval armée de mousquets légers, un peu plus courts que les autres, de demi-piques et d’épées, pour se saisir d’un poste en diligence, et pour prévenir l’ennemi dans un passage. On leur donne pour cela des hoyaux et des pelles. On les met à cheval au milieu et dans les vides des bataillons pour tirer de là par dessus les autres ; d’ailleurs ils combattent d’ordinaire à pied.

Les régiments d’infanterie comptent en pratique de 6 à 9 compagnies de 115 hommes, pour une moyenne de 1 000 hommes par régiment. Puis ces régiments seront regroupés en brigades à partir de 1633, au nombre de 6 : Grana (27 compagnies des régiments Alt-Sachsen, Alt-Brenner et Grana), Von Waldt (32 compagnies des régiments Beck, Tieffenbach et von Waldt), Schaffenberg (23 compagnies des régiments Harrach, Terzka et Schaffenberg), Dietrichstein (30 compagnies des régiments Kehraus, Wallenstein et Dietrichstein), Manteuffel (25 compagnies des régiments Hardeck, Mansfeldt, Stranz et Manteuffel) et Funk (37 compagnies des régiments Lichtenstein, Funk, Illo et Gallas). Le tout fera 174 compagnies d’infanterie pour 20 000 fantassins. De sorte que l’armée impériale devait compter de l’ordre de 40 000 hommes, en comptant les Croates et l’artillerie.

À la mort de Wallenstein, un an plus tard, l’armée impériale compte 22 régiments de cavalerie (Alt-Piccolomini, Neu-Piccolomini, Strozzi, Lamboy, Rittberg, Breda, St Martin, Cronberg, Wildtberg, Rauchhaupt, Biesinger, Mülheimb, Alt-Sachsen, Marradas, Gonzaga, Nicolai, Ulfeldt, Morzin, Torneta, Streithorst, Hatzfeld, Willich), 21 régiments d’infanterie (von Waldt, Wallenstein, Wangler, Adelshofen, Mariame, Tieffenbach, Thun, Webel, Kehraus, Morzin, Hatzfeld, La Fosse, Jung-Breuner, Suis, Berch, Alt-Sachsen, Diodati, Jung-Wallenstein, Alt-Breuner, Gordon, Goltz), 4 régiments de dragons (Piccolomini, Buttler, Hennerson, Gallas), 7 régiments de Croates (Isolani, Cosetzky, Loysy, Corpus, Forgatsch, Prziowsky, Revai) plus des cosaques polonais, pour un total de 40 à 45 000 hommes.

Dans les années 1640 et 1650, les bataillons d’infanterie devront être composés, selon Montecuccoli, de 500, 1000 et 1500 hommes à 6 de hauteur, les deux tiers de mousquetaires et un tiers de piquiers. Si les compagnies font 150 hommes, un régiment de dix compagnies sera de 1500 hommes, nombre suffisant pour être conduit et gouverné par les officiers qu’on a coutume de lui donner, comme on a remontré depuis peu. Il propose ensuite de former des bataillons ayant en leur centre un bloc de 480 piques à 6 de hauteur et 80 de front, au devant desquels on met une rangée de 80 mousquetaires, qui étant couverts par les piques peuvent tirer en sûreté tantôt debout, tantôt un genou à terre, et un rang de 80 rondaches, qui couvrent tout ce qui est derrière. Les piques sont garnies de chaque côté, de deux manches de 400 mousquetaires (10 escouades de 40 hommes), dont une partie peut être placée derrière les piquiers et une autre postée480 par pelotons entre la cavalerie la plus proche, d’où elles font un feu continuel, jusqu’à ce que la mêlée commence : et alors elles se retirent dans les bataillons d’où on les a tirées.

Le bataillon idéal de Montecuccoli compte donc 1440 hommes, répartis en 480 piques, 880 mousquetaires et 80 rondaches

La pique et le mousquet n’ont pas évolué depuis le début du siècle. On ne se sert plus d’arquebuses dans les troupes allemandes, nous dit Montecuccoli, parce que le mousquet porte plus loin, et que l’homme qui porterait une arquebuse peut porter un mousquet. Les mousquetaires doivent porter une fourchette pour mieux ajuster leur coup. Quant aux piques, elles doivent être fortes, droites et longues de quinze, seize et dix-sept pieds, avec des pointes en langue de carpe. Les piquiers doivent être armés de casques et avoir des cuirasses, qui les couvrent devant et derrière. (…) Le mousqueterie seule sans piquiers, ne peut pas faire un corps capable de soutenir de pied ferme l’impétuosité de la cavalerie qui l’enveloppe, ni le choc et la rencontre des piquiers ; ainsi ils sont obligés de lâcher pied.

Ci-dessus : tambour, arquebusiers à cheval, et cuirassés impériaux (aquarelles de K.A. Wilke)

Ci-dessous : Polonais et Croates au service de l’Empire (aquarelle de K.A. Wilke)

 Ci-dessous : infanterie impériale (aquarelle de K.A. Wilke)

 

Les Gardes du Corps de Wallenstein (1628-1632) :

Ottavio Piccolomini est nommé, vers 1627-28, commandant de la Garde du corps de Wallenstein. L’établissements des Gardes du corps à cheval est alors de 4 compagnies : une de lanciers cuirassés, une d’arquebusiers à cheval, une de dragons et une de Croates. Chaque compagnie compte 100 à 150 chevaux. En septembre 1630, lorsque Wallenstein quitte le commandement, ses Gardes du corps comptent 10 compagnies. À Lützen, en 1632, Les deux compagnies restantes seront jointes au régiment des cuirassiers de Piccolomini.

Fin 1628, les lanciers sont revêtus une casaque à revers noirs et garnitures de soie rouge, et de gros boutons filés de soie. Ils portent l’armure complète et une lance arborant un étendard de couleur or, et une houppe au bout de la lance. Les casaques des 14 sous-officiers sont ornées de garnitures en or et de boutons ouvragés ; les parements des manches sont rouge carmin. Les quatre trompettes portent des lacets de soie rouge.

Les arquebusiers ont un uniforme similaire. Ils ne portent ni l’armure ni la lance, mais seulement un casque de fer, une carabine, un poulverin, un sac à balles et une bandoulière rouge. Cette compagnie comprend aussi 14 officiers et quatre trompettes.

Les dragons portent le mousquet et sont équipés pour le reste comme les arquebusiers.

Les Croates portent des casaques à gros boutons ronds et avec franges et passementeries, un chapeau de fourrure rouge, une bandoulière rouge, et sont armés de carabines.

Chacune des quatre compagnies de Leibgarde à sont propre étendard :

– Le premier porte un soleil éclairant de ses rayons un croissant de lune, avec la devise : Mutuando splendorem, stellis splendidior.

– Le second représente un lion attaquant des animaux qui s’échappent, avec la devise : “omnia vincit” ou “omnia cedant”.

– Le troisième étendard représente un lion pointant sa patte vers une roue ou une boule, symbole du bonheur; avec la devise : “mea haud luditur unguis”.

– Le quatrième représente Énée qui délivre son père Anchise des ruines fumantes de Troie avec la devise : “per tela per ignes”.

– Il existe un cinquième étendard représentant un navire pourvu de soldats, qui s’approche d’une étoile au-dessus d’une montagne.

Ces étendards arborent de plus les signatures AFD ou VDF (Albertus Friedlandie Dux ou Alberto Vallestein Duca di Fridlandt), et FS (Ferdinand II).

Ci-dessous : gardes de Wallenstein et Wallenstein (aquarelles de K.A. Wilke)

Stéphane Thion

L’armée du maréchal de La Force mobilisée contre le duc de Lorraine, septembre 1634

L’armée du maréchal de La Force mobilisée contre le duc de Lorraine, septembre 1634

Un petit bijou de document trouvé à la BNF, envoyé par le maréchal de la Force au roi. On y trouve la liste des compagnies et régiments ainsi que le nombre de chariots.
En 1634, une compagnie de cavalerie compte théoriquement 100 chevaux, moins de 50 dans la réalité. En 1628, Richelieu a voulu réunir les compagnies qui comptaient à peine 50 chevaux en escadrons d‘au moins 100 chevaux. Mais il ne réglementera réellement cette pratique que par l’ordonnance du 3 octobre 1634, constituant des “escadres” de 100 chevaux chacune.
Les vieux régiments d’infanterie comptent une vingtaine de compagnies et les régiments temporaires sont constitués de dix compagnies. La compagnie est théoriquement de 100 hommes, moins dans la pratique. L’année suivante Richelieu descendra la compagnie 3 officiers et 50 hommes.
Cette liste nous donne 40 compagnies de cavalerie et 25 régiments d’infanterie (dont 4 vieux).
40 compagnies totalisant 4,000 cavaliers soit plus de 95 chevaux par compagnie. Un chiffre élevé pour l’époque.
25 régiments d’infanterie totalisant 10,000 fantassins, soit 400 hommes par régiment. De l’ordre de 40 hommes par compagnie. Ce chiffre semble plus cohérent.
J’avais publié ce texte sur mon blog De Rohan à Turenne, mais il me parait utile de le partager à nouveau sur ce site.

L’ordre du départ et acheminement de l’armée du Roy, vers l’Allemagne, sous la conduite de Monsieur le Maréchal de La Force, de Vic le 17 de septembre 1634.

Avec le nombre des compagnies de cavalerie, et régiments d’infanterie de ladite armée.
A Lyon, 1634.

Monsieur le maréchal de La Force, général de l’armée du roi, dans le duché de Lorraine, et frontière d’Allemagne, ayant (contre les forces du duc de Lorraine) pris et fait rendre les villes et nombres des places de ce duché, comme aussi les plus importantes de l’Alsace à l’obéissance de sa majesté, et notamment la ville de la Motte, contre l’opinion de plusieurs, attendu la situation et forteresse inexpugnable de cette place très importante. Après donc avoir mis de bonnes garnisons dans les villes, et places de Charmes, Remiremont, Haguenau, Saverne, Biches, Vaudemont, Ville-destin, Boar, et autres lieux de conséquence pour conserver lesdites places dans l’obéissance du roi, lesquelles garnisons ont été tirées de quelques régiments de ladite armée, ainsi qu’on a fait pour la garde de la ville de Nancy, deux compagnies de chaque vieux régiments. Ormis que pour la garnison de la ville de la Motte, le sieur de Perigord (que le roi a commis pour gouverneur) a levé des compagnies suivant le pouvoir que lui en a donné sa majesté pour la garnison de cette dite place.
Toutes choses étant bien assurée, d’un côté et d’autres, ledit sieur maréchal aurait donné avis au roi, et à messieurs les ministres d’état, de tout l’ordre des affaires, tant dudit duché, que frontières d’Allemagne, et ensuite de ce qu’il aurait reçu commandement de sa majesté de s’en venir dans la ville de S. Mihel (l’une des principales de la Lorraine) où il aurait séjourné quelques temps avec madame la marquise de La Force sa belle-fille, et tout le train de leur maison.
Durant ce séjour les compagnies de cavalerie et infanterie de l’armée ont été séparées en divers lieux, mais non pas tant éloignées qu’au premier boute-selle de la trompette, et bruit du tambour toutes les troupes pouvaient être dans peu de temps sur pied, tant que les choses avaient été bien ordonnées, et le tout sans fouler le peuple, sinon que des moindres incommodités de la guerre.
Ledit sieur maréchal étant, comme dit est, dans la ville de S. Mihel pour se rafraîchir du grand travail qu’il a eu continuellement jour et nuit pendant le siège de la Motte où il a force tout ce qui pu permettre son âge, (tant que le zèle qu’il a pour le service du roi, l’a obligé de ce faire). Il aurait reçu commandement de sa majesté, de partir de ladite ville de S. Mihel, pour cheminer vers les frontières d’Allemagne, il arriva en la ville de Mers, nonobstant toutes les injures du temps, le dimanche dix-septième de septembre.
pendant son séjour dans ladite ville il envoya visiter tous les quartiers de ladite armée, et faire commandement aux chefs et officiers de faire avancer les troupes, tant de cavalerie, qu’infanterie vers Vic, et Moyen-Vic, ce qu’ils firent suivant l’ordre qui leur avait été envoyé.
Toutes choses étant prêtes, et en état de se mettre en campagne, ledit sieur maréchal (l’infatigable dans ces peines, notamment quand elles sont pour le service du roi) se rend avec la compagnie de gendarmes, commandée par monsieur de Boësse son petit-fils dans la ville de Vic, le mercredi 27 ensuivant. Dans cette ville le conseil fut tenu entre les chefs, et l’ordre arrêté pour aller vers les villes de Haguenau et Saverne, et de là suivant le cours des affaires avancer à Fribourg avec les forces suivantes savoir :

Cavalerie pour l’Avant-garde de l’armée.
La compagnie colonelle, commandée par monsieur de Bouchavane.
La comp. du maître de camp.
La comp. écossaise.
La comp. de M. de Blagny colonel.
La comp. de M. de Lorriere.
La comp. de M. des Roches-bariteaut.
La comp. de M. de la Fraizeliere.

Avec ces sept compagnies de cavalerie l’on a aussi fait joindre sept compagnies de carabins, qui sont :
La compagnie de monsieur Arnault, maître de camp, de présent gouverneur pour le roi dans l’importante ville de Philisbourg en Allemagne.
La comp. de M. d’Arrancourt.
La comp. de M. du Pré.
La comp. de M. de Courval.
La comp. de M. le marquis de Villars.
La comp. de M. de Byderan.
La comp. de M. de la Motte.

Infanterie de l’avant-garde.
Le régiment de Picardie, commandé par M. le comte de Barraut.
Le régiment de Navarre, commandé par M. de S. Simon l’aîné.
Le régiment de Varenne.
Le régiment de Vaubecourt.
Le régiment de Rambure.
Le régiment d’Alincourt.
Le régiment de Villeroy.

Corps d’armée pour la cavalerie.
La comp. des chevaux légers du Roy, qui est de 200 maîtres, commandée par M. de Contenant.
La comp. de la Reine.
La comp. de M. le Prince.
La comp. de M. le Cardinal Duc de Richelieu, commandée par M. de Mouy.
La comp. de M. le maréchal de la Force, commandée par M. le marquis de Bosse son petit fils.
La comp. de M. le baron de la Cressonière.
La comp. de M. de la Ferté de Sainneterre.
La comp. du feu chevalier de Sainneterre.
La comp. de M. le marquis de Praslin.
La comp. de M. le comte de Vattimont.
La comp. de M. le comte de Vientail.
La comp. de M. le marquis de la Valette.
La comp. de M. le marquis du Terrail.
La comp. de M. la comte de Pouillé.
La comp. de M. comte de M. de Beauveau.
La comp. de M. le marquis de Fourille.
La comp. de M. le comte de Dampierre.

Infanterie du corps d’armée.
Le régiment de Normandie.
Le régiment de Piemont.
Le régiment de M. de Tonnains.
Le régiment de M. d’Auquincourt.
Le régiment de M. le marquis d’Effiat.
Le régiment de M. le marquis de Mailleraix.
Le régiment de M. de Aunay.
Le régiment de M. de Nettencourt.
Le régiment de M. du Plessis Joygny.
Le régiment de M. de S. Etienne.
Le régiment de M. de Castelmoron.
Le régiment de M. de Bettencourt.

Cavalerie de l’Arrière-garde de l’armée.
La comp. de M. de la Blocquerie Liégeois.
La comp. de M. de Miches Liégeois.
La comp. de M. le comte de Guiche.
La comp. de M. le marquis de S. Chaumont.
La comp. de M. le marquis de Villeroy.
La comp. de M. de Fequiere, de présent ambassadeur pour le roi en Allemagne.
La comp. de M. le Premier.
La comp. de M. le commandeur de la Porte.
La comp. de M. le marquis de la Maillerais.

Infanterie de l’arrière-garde.
Le régiment de M. le colonel Elbron Écossais.
Le régiment de M. de Chasteliers-Barlot.
Le régiment de M. le baron de Montozier.
Le régiment de M. le baron de S. Hilaire..
Le régiment de M. de la Boulley.
Le régiment de M. le vicomte de Turenne.

Le lecteur me pardonnera, si les compagnies de cavalerie et régiments d’infanterie ici contenues ne sont peut-être selon le vrai ordre qu’elles doivent être, mon intention n’est point de frustrer le rang à qui il appartient.

Outre les forces ci-dessus, ledit sieur maréchal fait aussi mener dans le corps de ladite armée 27 pièces de gros canons, et 34 moyennes, 800 tant chariots que charrettes chargées de munitions de guerre, 1600 tant chariots que charrettes chargées de vivres, et de toutes choses qui sont nécessaires pour subvenir à une puissante armée.
Par la grande prévoyance du sieur Coquet, général des vivres dans ladite armée, il a à la suite d’icelle des blés et farines plus qu’il ne faut pour fournir plus de deux mois de pain d’amunition, qui ne manque d’être délivré tous les jours aux soldats dont les contrôleurs doivent apporter deux fois la semaine les quittances des compagnies du conseil.
Et pour les payes des capitaines, lieutenants, officiers, gendarmes et soldats, qui est le seul nerf de la guerre, le sieur de Gobelin maître des requêtes ordinaires de l’hôtel du roi, et intendant de la justice et des finances de l’armée, y prend continuellement un tel soin, qu’à point nommé les montres sont payées par les officiers, en telle sorte qu’il n’y aucun suite de plaintes.
Cependant que ce généreux maréchal, vieux routier de la guerre, fait reconnaître quelles sont les forces des français, monsieur le marquis de la Force son fils aîné ci-devant premier maréchal de camp de ladite armée est de présent vers les Ardennes avec 14,000 hommes, savoir 4,000 de cavalerie, et 10,000 d’infanterie sous sa conduite, où il attend les commandements du roi.

image_pdfimage_print